Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Réseaux de chaleur et de froid : un accélérateur reconnu de la transition énergétique

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Réseaux de chaleur et de froid : un accélérateur reconnu de la transition énergétique

Ce mode de chauffage représente un excellent outil pour décarboner la chaleur. Il joue un rôle central dans la mise en œuvre de la transition énergétique et la dynamique des territoires : c’est ce que démontre cette année encore l’édition 2019 de l’enquête sur les réseaux de chaleur et de froid, réalisée par le SNCU, membre de la FEDENE, pour le compte du SDES et en partenariat avec AMORCE. Cependant, malgré un verdissement continu des réseaux, un retard inquiétant est constaté sur les objectifs de 2023 fixés par la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

5,7 millions de tonnes de CO2 évitées en 2018 grâce aux réseaux, soit l’équivalent de 2,7 millions de voitures retirées de la circulation

Les résultats 2018 confirment le rôle central des réseaux de chaleur comme vecteur reconnu de la décarbonation. Ils contribuent activement aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, en mobilisant des sources d’énergies renouvelables et de récupération locales. En dix ans, les énergies renouvelables et de récupération (EnR&R) sont passées de 27% à 57,1% des énergies utilisées par les réseaux de chaleur. Pour la cinquième année consécutive, les EnR&R comptent pour plus de la moitié dans le bouquet énergétique : en premier lieu la chaleur de récupération provenant des UVE (unités de valorisation énergétique des déchets) à hauteur de 25%, puis la biomasse 22% (malgré un ralentissement du développement) et la géothermie 5%.

Le verdissement des livraisons a permis de réduire fortement l’empreinte carbone : aujourd’hui, le contenu moyen en CO2 s’élève à 0,116 kg /kWh, soit 36% de moins que l’électricité, 50% de moins que le gaz naturel et 61% de moins que le fioul[3]. Il a donc été réduit de 45% en 12 ans. Cette réduction significative est principalement liée à l’introduction progressive de la biomasse dans le mix énergétique.

En 2018, les 781 réseaux de chaleur français enquêtés assuraient donc le confort thermique de plus en plus d’abonnés puisque 40 116 bâtiments sont raccordés (38 212 en 2017), soit 2,42 millions d’équivalents logements

En 2018, les réseaux de chaleur restent compétitifs par rapport aux autres modes de chauffage avec un coût global annuel pour un logement moyen, c’est-à-dire fourniture d’énergie, maintenance et amortissements compris, inférieur à celui du gaz collectif et de l’électricité[4]. Par rapport à 2017, le chauffage au gaz a connu une augmentation de son prix liée à l’augmentation des prix de marché du gaz naturel. Les réseaux de chaleur ont permis de limiter cet effet grâce à leur alimentation d’origine majoritairement renouvelable, déconnectée de la variation des cours mondiaux, qui assure la stabilité du coût de l’énergie livrée. 

 

2018 : un décrochage important par rapport aux ambitions de la France sur le climat et aux objectifs fixés par la PPE

Malgré une trajectoire positive du taux de verdissement des réseaux, l'augmentation de 0,4 TWh de la chaleur verte livrée en 2018 n'est pas suffisante pour atteindre les objectifs fixés.

Objectifs de livraisons vertes (EnR&R) : 24,4 TWh en 2023 (PPE) / 39,5 TWh en 2030 (LTECV)

Il est urgent d’accélérer le rythme actuel de développement des réseaux (création, extension) et de poursuivre leur verdissement afin d’atteindre l’objectif de 2023, soit une multiplication par 5 du rythme de développement de 2018 (soit +2 TWh/an pour atteindre les objectifs de la PPE pour 2023 et de la LTECV pour 2030).

 

Une filière d’avenir soutenue par des décisions ministérielles et des acteurs mobilisés

En tant qu’interlocuteurs privilégiés des pouvoirs publics, et représentants des porteurs de projets, AMORCE et le SNCU soulignent l’impact positif des 25 mesures annoncées par le ministère de la Transition écologique et solidaire dans le cadre du groupe de travail ministériel qui s’est réuni cette année.  

Ces mesures, couplées à l’augmentation du Fonds chaleur ADEME doivent permettre :

-          le rétablissement d’un niveau d’attractivité et de compétitivité nécessaire à la relance des réseaux dans tous les  territoires ;

-          le lancement de nouveaux projets de chauffage urbain, notamment dans les villes de plus de 10 000 habitants ;

-          l’extension, la densification et le verdissement des réseaux existants ;

-          l’innovation en faveur de solutions multi-énergies

Le SNCU et AMORCE se mobilisent pour accompagner le déploiement de ces mesures sur le terrain qui seront présentées et explicitées à l'occasion des 15èmes Rencontres des réseaux de chaleur et de froid organisées dans le cadre de la deuxième édition de la Semaine de la chaleur renouvelable (3-5 décembre 2019).

 

Les chiffres clés :

 

Réseaux de chaleur

● 781 réseaux enquêtés

● 5 781 km de longueur desservie

● 25,4 TWh de chaleur livrée

● 40 116 bâtiments raccordés

● 2, 42 millions d’équivalents logements raccordés

● 57,1 % d’EnR&R dans le mix énergétique

● 82 % des réseaux fonctionnent grâce aux énergies vertes

 

Réseaux de froid

● 23 réseaux

●1 ,05 TWh de froid livré

● 202 km de longueur desservie

● 1 381 bâtiments raccordés

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

RE 2020 : 1300 acteurs de la construction tirent le signal d’alarme

RE 2020 : 1300 acteurs de la construction tirent le signal d’alarme

Réintégration du Bilan Bepos. Maintien d’un coefficient d’énergie primaire (CEP) à 2,58 et taux de carbone à 210. Renforcement des travaux sur l’enveloppe des bâtiments en maintenant[…]

De l’eau chauffée par des ordinateurs

De l’eau chauffée par des ordinateurs

« Les technologies peuvent aider à la mise en œuvre de la réglementation amiante» Fatima Berral, présidente de Sogelink

Interview

« Les technologies peuvent aider à la mise en œuvre de la réglementation amiante» Fatima Berral, présidente de Sogelink

Le Serce publie une étude sur "L'électricité au cœur du bâtiment performant"

Le Serce publie une étude sur "L'électricité au cœur du bâtiment performant"

Plus d'articles