Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Réhabilitation Retour aux origines pour sept façades en béton

Sujets relatifs :

Réhabilitation Retour aux origines pour sept façades en béton

1. les façades sont tout d’abord purgées,les aciers apparents étant ensuite passivés.

Datant de l’après-guerre, les façades de sept bâtiments font actuellement l’objet d’une campagne de rénovation visant à redonner au béton son aspect originel.

ÀBoulogne-sur-mer, le parc de Saint-Pierre comprend sept bâtiments d’habitation (R 3) construits dans les années 1950. Les façades sont constituées de briques alvéolaires revêtues d’une paroi béton de 6 cm d’épaisseur, élaborée à partir de galets locaux, l’ensemble étant séparé par un vide d’air de 15 à 20 mm. Des réalisations classiques de cette période d’après-guerre, soumises à une problématique non moins classique, comme l’explique Vincent Mantez, conseiller technique Sika : « La carbonatation du béton a provoqué le gonflement des armatures, le phénomène générant l’apparition d’éclatements au niveau des tabliers de fenêtres, de nombreux galets ayant été par ailleurs expulsés ».

D’où une dégradation générale des façades, avec apparition d’infiltrations, sans parler de la dangerosité résultant des risques de chutes de matériaux.

Pour des raisons budgétaires, les solutions d’isolation thermique par l’extérieur étaient écartées. Il fallait donc trouver la technique idoine, en sachant que le site fait l’objet d’une mesure conservatrice des architectes des Monuments de France. Certaines options étaient donc interdites, la rénovation devant s’effectuer à l’identique. « Comme nous avions réalisé un chantier semblable au Havre (1), Sika a été naturellement consulté pour ce chantier qui représente un marché d’un million d’euros hors taxes. Notre solution a été retenue après avoir soumis des échantillons en grandeur réelle, les trois nuanciers proposés respectant l’identité des bâtiments », souligne Vincent Mantez. Point fort : des essais en vraie grandeur au Ferrogard 903 (voir encadré), les résultats obtenus démontrant aux architectes l’efficacité de l’inhibiteur de corrosion et la justification technique de son application.

Des galets recollés manuellement

Dans la pratique, le mode opératoire débute par une purge des bétons et la passivation (Sika Monotop 610 AC) des aciers apparents. Les bétons des jambages de fenêtres, des cheminées, des souches et des corniches sont alors repris à l’aide d’un mortier de réparation fibré (Sika Monotop 612 F).

Suit un travail très élaboré puisque « tous les galets manquants ont été recollés au Sikadur 30colle », explique Dominique Scribat, l’un des chefs de chantier d’Eiffage Construction. Deux personnes auront été mobilisées pour cette tâche minutieuse. Certains panneaux, plus exposés que d’autres, ont dû être totalement refaits, chaque bâtiment nécessitant environ 300 kg de granulats. Les galets manquants ont dû être triés en fonction des critères de taille et de coloris, mais surtout être retrouvés ! « C’est notre filiale de préfabrication Spec qui a fourni la solution », précise Gérald Tourniquet, autre chef de chantier. En effet, l’usine utilisait encore ce type de granulats. Les anciens faux joints en mastic, qui n’avaient aucun rôle structurel, ont ensuite été supprimés au disque diamant, l’inhibiteur de corrosion étant alors appliqué après passage à l’hydrogommeuse. Après lavage, resurfaçage (mortier Sikatop 121) et gommage au sable extra-fin, la procédure s’achève par l’imperméabilisation du support (Sikagard 680 S) et l’application d’un vernis de protection métha­crylate (Sikagard 681 P). Le chantier, démarré en mars 2006, s’achèvera en juin 2007 sous réserve des conditions climatiques, « les produits très techniques mis en œuvre nécessitant de respecter des températures d’application et des temps de séchage très précis », conclut Vincent Mantez.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°270

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Les poteaux d'abord

Les poteaux d'abord

À Paris, l'architecture industrielle de la Poste du Louvre a été mise en évidence par les travaux de gros œuvre, qui s'achèvent. L'occasion d'une première visite de chantier.[…]

10/01/2019 | ChantierAcier
Quand la brique et le bois collaborent

Quand la brique et le bois collaborent

Une ITE sur 5500 m2 de façade amiantée

Une ITE sur 5500 m2 de façade amiantée

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Plus d'articles