Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Réhabilitation d’une cité utopique

Sujets relatifs :

Réhabilitation d’une cité utopique

© (Doc. Georges Fressy)

Classé au patrimoine des Monuments historiques, le Familistère de Guise, dans l’Aisne, fait l’objet depuis 2000 d’une vaste campagne de réhabilitation. Ce complexe monumental fut édifié entre 1859 et 1884 par Jean-Baptiste Godin, industriel visionnaire, pour y loger les ouvriers de son usine de fonderie (productrice des poêles Godin) et leur famille. Conçu pour accueillir 2 000 habitants, le Familistère ou « Palais social » comprenait, en plus de l’usine et de trois majestueux bâtiments d’habitation collectifs, divers services accessibles à tous, grâce à un système coopératif de travail et de capital mis en place par Godin. Économats, écoles, nourricerie, théâtre, bibliothèque, kiosque à musique, pharmacie, buanderie, piscine, jardin… Tout cela formait une cité ouvrière modèle, avant-gardiste en termes de confort et d’hygiène. Les appartements, spacieux et lumineux, étaient dotés d’un système de ventilation naturelle. L’entrée d’air neuf s’effectuait par de grandes baies en sous-sol. Il était acheminé dans chaque appartement par un conduit qui récupérait à son tour l’air usé pour l’évacuer en toiture. Chaque étage était alimenté par l’eau potable grâce à un système de pompe au sous-sol et de réservoirs en combles. Et sur chaque palier, un « cabinet à balayures » permettait aux habitants de jeter leurs déchets. Une trappe inclinée débouchait sur un large conduit descendant aux caves : les premiers vide-ordures de l’habitat collectif en France étaient nés. Aujourd’hui – alors que le régime communautaire a cessé de fonctionner depuis 1968 et que les bâtiments ont été rachetés par la Ville de Guise – la cité en cours de rénovation est encore habitée par quelques dizaines de familles, et les écoles, le théâtre et l’usine Godin sont toujours en fonctionnement.

Mis en place en 2000, le programme « Utopia » entend revaloriser totalement le Familistère en un pôle culturel, historique et touristique. Il a déjà vu la transformation des économats en lieu d’accueil du public avec cafétéria et librairie, la métamorphose du lavoir-piscine en salle d’exposition et le réaménagement du jardin en parc paysagé. Le pavillon central, plus vaste bâtiment du Familistère avec ses 150 logements et ses 7 000 m², a en partie été transformé en musée. Un parcours d’exposition de 1 600 m² y a été créé, avec la reconstitution de plusieurs appartements d’époque, dont celui de Jean-Baptiste Godin. Sa cour intérieure a récemment recouvré son immense couverture vitrée, une verrière de 900 m² substituée dans les années 1960 par des tôles translucides. Une seconde phase de réhabilitation, soutenue par la Fondation du patrimoine, la Fondation Crédit coopératif et une contribution publique, est prévue d’ici à 2013. Elle portera sur la rénovation de l’enveloppe du pavillon central et sur la fin de l’aménagement du parcours muséographique : 1 800 m² de salles d’expositions, un auditorium, un centre d’archives… En particulier, un espace de 140 m² baptisé « Les fabriques de l’utopie » présentera les expérimentations sociales pratiquées à travers le monde depuis le XIXe siècle.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°311

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Entretien avec Joël Latour, référent technique national maçonnerie et second œuvre chez Qualiconsult, à propos de l'aspect réglementaire des acrotères. CTB Pour quelles raisons avoir[…]

10/07/2019 |
BFUP : Des textes et des domaines d'application différents

BFUP : Des textes et des domaines d'application différents

Réduire et limiter les nuisances lumineuses

Réduire et limiter les nuisances lumineuses

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Interview

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Plus d'articles