Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Réglementation : la résistance thermique R définit l’isolant

Sujets relatifs :

Réglementation : la résistance thermique R définit l’isolant

Que ce soit dans le neuf ou dans l’existant, seule la résistance thermique « R » est désormais prise en compte dans la réglementation pour caractériser les performances des isolants. Ce qui renvoie les isolants minces à une fonction de complément.

À l’occasion de l’entrée en vigueur le 1er novembre dernier de l’arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants, la Direction générale de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction, a précisé ses conditions d’application : « Pour appliquer cet arrêté, ainsi que la RT 2005 applicable à la construction neuve, la réglementation prescrit que le pouvoir isolant des produits de construction est caractérisé par la résistance thermique R (exprimée en m2.K/W). Seule cette résistance thermique R doit être utilisée pour l’application de la réglementation, de manière à garantir aux occupants la performance qu’ils sont en droit d’attendre. »

Cette prise de parole officielle intervient à la suite de l’étude financée par l’Ademe et réalisée par le Centre scientifique et technique du bâtiment (Cstb) en coopération avec le Centre énergétique et procédés de l’École des mines (Armines). L’objectif de cette étude in situ était d’étudier les déperditions thermiques au travers des produits réfléchissants en parois opaques en hiver. Il s’agissait d’évaluer l’ordre de grandeur de la contribution thermique d’un produit réfléchissant associé à deux lames d’air et de la comparer à une cellule de référence isolée avec un produit ­traditionnel en laine de verre, dont la résistance thermique certifiée est de 5 m2.K/W.

Tout en précisant que la consommation d’énergie des cellules ne permet pas de remonter jusqu’aux résistances thermiques intrinsèques des produits, le Cstb conclut : « Sur toute la période de mesure (3 mois en période de chauffage) la cellule A avec isolants réfléchissants a consommé deux fois plus d’énergie que la cellule B avec laine minérale. »

En réaction, le Syndicat des fabricants d’isolants réflecteurs minces multicouches (Sfirmm) conteste la valeur scientifique des tests in situ. Il remet en cause « la pertinence des résultats » et souligne des « approximations », telles que « l’absence de qualification des isolants testés, le silence autour de l’étalonnage des cellules d’essai avant le démarrage de l’étude, une mise en œuvre non-­réglementaire des isolants et une analyse qui porte sur les résultats obtenus sur une période très courte (cinq jours sur dix semaines d’essai). » Selon les fabricants d’isolants minces : « Les résultats présentés ne sont pas exploitables scientifiquement. »

Dans ce contexte de bataille scientifique, la Direction générale de l’urbanisme a tranché. Elle précise dans son communiqué comment déterminer la résistance thermique R en fonction des produits. Les isolants sont, soit normalisés au niveau européen, soit bénéficient d’un Avis technique. « Pour les autres produits qui ne sont évalués ni selon une norme européenne, ni selon un Avis technique, il est fait obligatoirement application des valeurs, fonction de l’épaisseur de l’isolant et de sa nature, définies dans les règles du ThBat auxquelles les textes réglementaires, et en particulier l’arrêté du 3 mai, fait référence. » Avec cette décision, les isolants minces réfléchissants ne peuvent être mis en œuvre que comme complément d’isolation.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°277

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Signature de la charte de mobilisation des acteurs relative au permis d'expérimenter

Signature de la charte de mobilisation des acteurs relative au permis d'expérimenter

Lors du marché international des professionnels de l'immobilier (MIPIM), le ministre de la Ville et du Logement a signé ce jeudi 14 mars au côté des foncières, des établissements publics[…]

18/03/2019 |
 Le bois acétylé apte à la fenêtre

Le bois acétylé apte à la fenêtre

Constance de Batz prend la direction des opérations chez MBACity

Constance de Batz prend la direction des opérations chez MBACity

Legendre signe un contrat cadre avec Resolving sur la gestion documentaire

Legendre signe un contrat cadre avec Resolving sur la gestion documentaire

Plus d'articles