Reconversion d'envergure à Charenton-le-Pont

Philippe Donnaes

Sujets relatifs :

, ,

Chantier
Reconversion d'un bâtiment de bureau transformé en une résidence de 90 logements, a Charenton-le-Pont [Val-de-Marne].

Le chantier s'inscrit dan une opération plus large englobant trois bâtiment au total: celui traité ici. un deuxième de 2500 m de bureaux rénovés pour location et un troisième sur cour, également transformé en logements.

Maîtrise d'ouvrage Immobilière 3F

Maîtrise d'oeuvre Agence Moatti-Rivière [architecture et scénographie]

Entreprises Bateg [tous corps d'état]: Brunel [curage désamiantage].

Bureau d'etudes techniques EGIS Nord

Surface 7 000 m2

Coût 10 M€

PHOTO - 6093_385178_k3_k1_966824.jpg

Cette opération, réalisée par le bailleur social 3F, a permis de transformer 7 000 m 2 de bureaux en 90 logements sociaux. L'ensemble pour un coût total de 1 450 €/m².

Compte tenu de la pénurie de logements dans la région parisienne, les bâtiments tertiaires obsolètes, souvent à proximité des transports en commun, forment un gisement potentiel important. Le bailleur social Immobilière 3F a ainsi réalisé, cet automne, sa plus grande opération de reconversion de bureaux en logements à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne).

La nouvelle façade

L'immeuble (R + 3 et R + 6) de 260 m de longueur, datant des années 1970 et construit le long du quai des Carrières, se situe dans un environnement urbain très contraignant. Il donne en effet, côté sud, sur l'enfer sonore de l'autoroute A4 et ses dix voies. La problématique acoustique était donc l'un des défis majeurs de l'agence Moatti-Rivière, en charge du projet. « Nous l 'avons résolu en intégrant des menuiseries aluminium garantissant un amortissement de 45 dB », explique l'architecte Alain Moatti. Mais surtout en construisant une nouvelle façade architectonique, positionnée 70 cm en retrait de l'existant, aux fonctions acoustique, thermique et esthétique en donnant une nouvelle identité au bâtiment.

Solution inédite de ventilation

Dans la pratique, celle-ci est constituée de béton cellulaire (épaisseur de 15 cm) habillé d'un bardage en tasseau de bois de Mélèze (pose verticale ajourée), l'isolation acoustique étant assurée par une couche d'absorbant en laine minérale de 10 cm d'épaisseur en face intérieure. Côté ventilation, la solution est inédite : « Le circuit de renouvellement de l'air, en forme de S, est intégré directement dans la maçonnerie », détaille l'architecte, la prise d'air s'effectuant dans le plafond de chaque loggia, deux filtres acoustiques, positionnés à chaque extrémité de la gaine, venant compléter le dispositif.

À noter : la nouvelle façade permet de réguler les apports solaires par l'effet de brise-soleil généré par l'existant. Sa végétalisation, permise de par son orientation, étant assurée par l'irrigation régulée des jardinières grâce à la récupération des eaux de pluie en terrasse. Côté performances, l'immeuble répond à la réglementation thermique des bâtiments existants et bénéficie de la Certification Patrimoine Habitat & Environnement. Le tout « pour un coût de construction de 1 450 € du mètre carré, donc légèrement inférieur à une opération neuve », conclut Alain Moatti.

N°358

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°358

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Aquarel empile ses bureaux en porte-à-faux

Aquarel empile ses bureaux en porte-à-faux

La morphologie particulière de ce bâtiment a nécessité la mise en œuvre de deux techniques atypiques de reprise des porte-à-faux. Situé en bordure de Seine et en face du parc de l'île[…]

22/06/2017 | Gros oeuvreChantier
Dalles post-contraintes pour parking aérien

Dalles post-contraintes pour parking aérien

L’hippodrome de Longchamp monte ses tribunes

L’hippodrome de Longchamp monte ses tribunes

Peau en bardage de tôle crénelée pour les Coursives de Pantin

Peau en bardage de tôle crénelée pour les Coursives de Pantin

Plus d'articles