Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

RECHERCHE Construire avec les sons

Sujets relatifs :

Le fil conducteur du récent colloque européen, organisé par le Plan urbanisme construction architecture (PUCA), dans le cadre de l’appel d’offres de recherche lancé en 2000, était la dimension sonore des espaces intérieurs sur les comportements et les usages.

Eloigner, orienter, protéger, isoler, apaiser, animer, séparer, relier… L’enchaînement des sons et des silences constitue, au même titre que la lumière (éclairement, luminosité, chaleur, etc), une composante majeure des espaces, dont les rythmes et l’intensité peuvent s’agencer en fonction du lieu, de sa fonction, de son environnement et de ses occupants. Or, aujourd’hui, le bruit est traité comme une gêne, non comme un allié.

De fait, les solutions techniques mises en œuvre conformément à la réglementation ne tiennent pas compte des représentations mentales subjectives du son qui varient en fonction de l’individu (âge, statut, réminiscence, etc.). Parmi les six projets retenus par le jury dans le cadre de cet appel d’offres, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris et son équipe (1) ont proposé l’humanisation d’un service de gérontologie.

L’identification des messages sonores existants dans les services et la prise en considération des desiderata des usagers passifs et actifs ont ainsi permis de répertorier les usages décrétés/imposés et les usages pratiqués/souhaités. En sus de l’aspect fonctionnel, normatif et technique de la construction, ont été intégrés des paramètres sensoriels d’acoustique (réverbération, matité, résonance, etc.).

Cette analyse a mis en évidence des procédures de conception d’espaces sonores diversifiés, ciblés et appropriés aux différents secteurs des services. Soit, un travail sur les volumes, les formes et les parois (recoin, alcôve, sas, niche, coupole, écran…), les matériaux acoustiques, l’aménagement, le rapport à la vue, au toucher ­et aux odeurs. Ce projet en cours d’étude qui requiert une ­conception en commun des différents acteurs, prouve d’ores et déjà que le maître d’ouvrage doit accepter la remise en cause de la pratique sélective des ­espaces au profit d’une plus grande interpénétration des activités et des ambiances.

La multiplication des situations sonores et leur superposition doivent entraîner un enrichissement des formes, des matériaux, des dispositifs techniques et une modification des usages… et jeter les bases d’une nouvelle réglementation sur la qualité sonore des logements.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°254

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

BAU 2019 : gros œuvre et isolation thermique

BAU 2019 : gros œuvre et isolation thermique

Pas de rupture technologique, mais des améliorations continues pour construire ou réhabiliter plus vite et mieux. Jeudi 17 janvier au matin, nous avons entamé l’exploration des halls A du salon BAU 2019. Ils sont[…]

18/01/2019 | IsolationActualité
"Grâce à L'IA, nous passerons du smart building à la smart city" - GA SmartBuilding (8/21)

"Grâce à L'IA, nous passerons du smart building à la smart city" - GA SmartBuilding (8/21)

 "Les géomètres-experts et le bornage: antisèche pour le président de la République"

"Les géomètres-experts et le bornage: antisèche pour le président de la République"

Bureau Veritas étoffe ses services liés à la performance énergétique

Bureau Veritas étoffe ses services liés à la performance énergétique

Plus d'articles