Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

RE2020 : « une prise de risque pour tout le secteur de la construction »

RE2020 : « une prise de risque pour tout le secteur de la construction »

Hervé de Maistre, Président de l’AIMCC

© Jean Chiscano

L’Association des Industries de Produits de Construction, qui rassemble les industriels des matériaux et équipements pour la construction, et, regrette que le gouvernement opte pour des objectifs de moyens plutôt que de résultats. Engagée dans le Comité Stratégique de Filière « Industries pour la Construction » aux côtés des pouvoirs publics elle compte poursuivre sa mobilisation pour une économie circulaire et pour une construction durable, décarbonée, respectueuse de l’environnement.

 

Depuis le début de la concertation préparatoire à la RE2020, l’AIMCC participe, réfléchi et travaille de concert avec les différentes parties prenantes, pour que cette règlementation propose aux concepteurs des objectifs ambitieux de performance environnementale, plutôt que des moyens a priori, ainsi que des outils de calcul et d’optimisation fiables, qui leur permettent d’effectuer les meilleurs compromis. Or, selon l’association, les annonces récentes des ministres Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon laissent craindre que l’orientation prise ne conduise à imposer un moyen, à savoir le recours à certains matériaux et modes constructifs, en s’appuyant sur des modes de calcul de l’impact environnemental contestés par les experts ; alors que la sobriété énergétique se trouve renforcée (coefficient Bbio) et que la prise en compte du confort d’été constitue une avancée vers une performance accrue des enveloppes.

Cela représente une prise de risque pour tout le secteur de la construction : économique puisqu’il renchérit le coût de la construction, industriel puisqu’il déstabilise les acteurs économiques français et environnemental au risque de ne pas atteindre les objectifs. D’autant que d’après l’AIMCC, des solutions techniques éprouvées existent et continuent de se développer grâce aux efforts d’innovation et d’investissement des différentes filières industrielles de la construction, et la performance repose souvent sur des équilibres entre les différents matériaux.

L’AIMCC annonce rester attentive à la suite des travaux annoncés pour que les clients puissent disposer des méthodes constructives adaptées à leurs besoins, qu’ils aient les moyens d’effectuer des choix éclairés, et pour que tous les acteurs et filières puissent continuer à développer des solutions réellement efficaces et durables. L’association continuera à travailler aux côtés des pouvoirs publics et des différentes parties prenantes pour réussir le plan de relance.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

L'ardoise ne vaut pas que dalle

L'ardoise ne vaut pas que dalle

Après Thermoslate, première tuile solaire thermique en ardoise lancée en 2014, l’industriel Cupa Pizzaras, spécialiste de l’ardoise naturelle, en décline une version dalle dédiée aux surfaces planes.Baptisée Thermoslate Plat,...

Vers un nouveau Bauhaus européen

Vers un nouveau Bauhaus européen

« Porter la qualité du logement dans le débat public »

« Porter la qualité du logement dans le débat public »

Un projet de ville durable en Chine

Un projet de ville durable en Chine