RE2020: le béton, l'acier, la tuile et les isolants minéraux vent debout contre l'ACV dynamique

RE2020: le béton, l'acier, la tuile et les isolants minéraux vent debout contre l'ACV dynamique

© Philippe Beuf auteur photographe www.philippebeuf.com

La filière béton, les isolants en laine minérale à travers le Filmm, la tuile et le syndicat de la construction métallique se mobilisent pour marquer leur opposition suite aux annonces des ministres Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon autour de la RE2020. Ils pointent, notamment, les incohérences relatives à l’introduction dans la réglementation d’un nouveau mode de calcul de l’empreinte carbone, dite Analyse du Cycle de Vie (ACV) dynamique simplifiée. Selon les professionnels, cela est "une dérive de la Loi qui favorisera le bois au détriment de l’innovation dans les solutions constructives".

Les professionnels du secteur marquent leur opposition suite aux annonces du Ministère de la Transition écologique qui, en cherchant " à favoriser les matériaux biosourcés, s’affranchit de la rigueur scientifique, crée un risque environnemental inconsidéré et rend inutile toute réflexion sur la manière de construire « intelligemment » les bâtiments de demain. De fait, s’ils partagent l’objectif d’une mise en place à court terme de mesures efficaces pour lutter contre le réchauffement climatique, "les professionnels ne peuvent laisser passer des choix politiques qui seraient contreproductifs et mettraient en péril tout un secteur". Selon le communiqué, "cette méthode

Les Filières dénoncent, en premier lieu, l’introduction de la nouvelle méthode de calcul de l’empreinte carbone instaurée pour la première fois dans le projet « RE 2020 ». Une décision d’autant plus surprenante qu’une méthode de calcul d’ « ACV classique », normée et utilisée par tous les pays européens de façon homogène, a fait ses preuves. Ces Filières investissent massivement et régulièrement pour mettre en place leurs trajectoires de décarbonation et ont pris, depuis de nombreuses années, le virage de la transition écologique. Selon eux, " la nouvelle méthode de calcul fait disparaitre pour un bâtiment classique de l'ordre de 100 kg de COpar m2 (sur une empreinte moyenne de l'ordre de 700/750 kg de CO2 par m2) soit plus de 5 millions de tonnes de CO2 par an, sans même modifier le mode de construction… alors que l’empreinte carbone d’un m3 de CLT (bois lamellé croisé) sera diminuée de -350 % en passant de +100 kg de CO2 à -250 kg de CO: un artifice qui aurait tous les atours d’une opération de greenwashing. Les acteurs de la construction français, pourtant en pointe sur le sujet, risquent ainsi d’être considérablement isolés, voire décrédibilisés".

Selon ces professionnels, le passage à une approche dynamique induirait que le seul levier valable pour réduire l’empreinte carbone des bâtiments de demain serait donc une utilisation massive de produits biosourcés, avec une logique de surconsommation de bois, au détriment d’une réflexion de fond relative à la conception des bâtiments, aux modes constructifs ou au mix matériau. " Les résultats pénaliseront systématiquement les matériaux qui émettent au début de leur cycle de vie et minoreront les émissions futures. La nouvelle approche transfère ainsi la responsabilité de la bonne gestion des émissions des produits et matériaux des bâtiments construits aujourd’hui aux prochaines générations, ce qui est éthiquement contestable et opposé aux principes du développement durable". Le recyclage des matériaux en fin de vie serait, en outre, très peu valorisé, en totale contradiction avec la Loi économie circulaire…portée par le même Ministère.

"Cette méthode de comptage, extrêmement favorable aux matériaux biosourcés déstabilisera une filière qui peine à se structurer. Une phase de transition est nécessaire pour se prémunir d’une vague d’importations et des inévitables émissions de gaz à effet de serre liées. Le ministère doit chercher au maximum à éviter les déconvenues industrielles et écologiques déjà rencontrées dans d’autres secteurs (solaire, biocarburant...)".

Ils appellent le gouvernement à abandonner l'ACV dynamique : " L’union et la détermination des professionnels de la construction est indéniable : industriels, représentant des maîtres d’ouvrage, architectes, bureaux d’étude… ont appelé de leurs vœux les pouvoirs publics à abandonner le projet d’ « ACV dynamique simplifiée » et d’inscrire le choix du nouveau procédé de calcul dans une démarche concertée entre les pouvoirs publics et les acteurs du bâtiment".

Au-delà de cette modification de la comptabilisation du carbone, les professionnels dénoncent une véritable dérive de la Loi avec l’annonce de décrets qui favoriseront le bois au détriment de l’innovation dans les solutions constructives.

*La filière béton, le Filmm et le syndicat de la construction métallique

Nous vous recommandons

BePositive pour répondre aux enjeux de construction durable et d'emploi et formation

BePositive pour répondre aux enjeux de construction durable et d'emploi et formation

Le salon BePositive se tiendra à Lyon du 21 au 23 mars 2023 pour informer et échanger autour de la transition énergétique. Cette édition sera marquée par la construction durable avec le déploiement de la RE2020, ainsi que l'emploi et...

03/02/2023 | BoisBois
Contrôle des opérations CEE (2/3) : notre cartographie des liens d’intérêt

Enquête

Contrôle des opérations CEE (2/3) : notre cartographie des liens d’intérêt

Vers une meilleure traçabilité des déchets

Vers une meilleure traçabilité des déchets

Contrôle des opérations CEE (1/3) : des bureaux hors de contrôle ?

Enquête

Contrôle des opérations CEE (1/3) : des bureaux hors de contrôle ?

Plus d'articles