Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Quels CLT pour demain ?

Quels CLT pour demain ?

Prototype de mur porteur CLT courbé, mis au point par l'agence Art & Build.

© Art & Build

Les fabricants explorent toutes les possibilités du CLT. Reste que la question du coût joue un rôle essentiel dans le déploiement effectif de ces solutions, sur un marché en pleine expansion mais très concurrentiel.

« Nous avons voulu montrer que le CLT offre une totale créativité », résume Steven Ware, architecte associé d'Art & Build, à propos du prototype de mur porteur en CLT cintré présenté en septembre 2017 lors du congrès Woodrise, à Bordeaux (33). Pour conférer de la plasticité au matériau, l'agence a en effet adapté le principe du lattice hinge, déjà utilisé par luthiers et artisans pour courber le bois à froid. « Le challenge était de démontrer la possibilité d'appliquer ce procédé à grande échelle et de l'adapter à l'épaisseur et au caractère multicouche du CLT », explique Louise Deguine, responsable du projet chez Art & Build.

 

La technique, rendue possible grâce aux outils de modélisation et de fabrication numérique, a consisté à réaliser des rainures dans le bois, pour l'affiner localement et lui prêter une plus grande souplesse. Pour caractériser la résistance mécanique du CLT cintré, l'agence s'est associée au bureau d'études Elioth (groupe Egis) ainsi qu'à des fabricants de CLT (Lineazen, puis Sacba), pour leur connaissance du matériau.

Une reprise des charges verticales optimale

Le mur CLT cintré développé est formé de deux parois courbes assemblées en caisson. L'expérience a montré que, dans un certain rayon de courbure, le gain de raideur dû à la forme compensait l'assouplissement des éléments incisés dans le panneau, rendant le panneau courbe structurellement équivalent à un panneau plan non-incisé pour la reprise de charges verticales. Art & Build recherche à présent des maîtres d'ouvrage volontaires pour intégrer cette innovation dans un bâtiment, et entamer les démarches d'Atex.

« Ce mur porteur peut se placer en noyau, ses performances en contreventement étant encore en cours de caractérisation », précise Louise Deguine. En alternative, le procédé pourrait[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°368

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

BAU 2019 : gros œuvre et isolation thermique

BAU 2019 : gros œuvre et isolation thermique

Pas de rupture technologique, mais des améliorations continues pour construire ou réhabiliter plus vite et mieux. Jeudi 17 janvier au matin, nous avons entamé l’exploration des halls A du salon BAU 2019. Ils sont[…]

18/01/2019 | IsolationActualité
"Grâce à L'IA, nous passerons du smart building à la smart city" - GA SmartBuilding (8/21)

"Grâce à L'IA, nous passerons du smart building à la smart city" - GA SmartBuilding (8/21)

 "Les géomètres-experts et le bornage: antisèche pour le président de la République"

"Les géomètres-experts et le bornage: antisèche pour le président de la République"

Bureau Veritas étoffe ses services liés à la performance énergétique

Bureau Veritas étoffe ses services liés à la performance énergétique

Plus d'articles