Quatre villages de vacances au grand air

Sujets relatifs :

PHOTO - 906489.BR.jpg

Le village du plan d’eau de Xertigny s’inscrit dans une logique de pôle d’excellence rurale (lire page suivante).

© Doc. Nicolas Waltefaugle/WM Architecture

Des différences de coûts importantes apparaissent lors de la création ou de la rénovation de centres de vacances selon la situation géographique, la nature des équipements collectifs et les exigences requises.

Le programme de construction ou de rénovation d’un village de vacances comporte de multiples variantes selon le niveau de prestations recherché et le thème développé (nature, sportif, famille, détente, etc.). Les incidences en termes de coût suivent la courbe des moyens et des services mis en œuvre, avec de grands écarts d’investissements, par exemple, entre un village nature ouvert à une clientèle familiale et sportive, et un centre de vacances haut de gamme de bord de mer, avec piscine et jeux aquatiques.

Au-delà du foncier, il faut prendre en compte un coût de construction des hébergements et des bâtiments annexes à la hausse, sachant que la demande de confort de la clientèle est plus élevée aujourd’hui qu’il y a une trentaine d’années. La tendance est ainsi aux surfaces habitables de 50 à 60 m2, avec terrasse, pour cinq à six personnes, contre 35 à 40 m2 dans les anciennes structures. En outre, une architecture vernaculaire et écoresponsable est de plus en plus mise en avant par les concepteurs, pour qui la recherche de qualité et de durabilité des installations est un engagement à suivre pour maintenir l’attractivité des sites. Celle-là passe par le choix de matériaux nobles (bois ou pierres d’origine locale, etc.) et d’équipements économes et respectueux de l’environnement (panneaux solaires, poêles à bois, etc.), mais aussi par l’accessibilité aux PMR, qui constitue un poste important. En effet, bien que rares soient aujourd’hui les villages de vacances conçus pour tous les handicaps (visuel, auditif, moteur et cognitif), beaucoup vont toutefois au-delà des contraintes réglementaires en vigueur en étant accessibles au niveau de certains de leurs logements, ainsi que de l’ensemble de leurs services.

Aménagements extérieurs et collectifs

Deux autres postes font également l’objet d’attentions particulières et d’investissements importants : d’une part, les aménagements extérieurs, qui regroupent des terrains de sports, des aires de jeux pour enfants, des cheminements et éclairages extérieurs, et, d’autre part, les services collectifs, c’est-à-dire l’accueil, le restaurant, l’animation, les clubs pour enfants, etc. À noter que de nombreux centres de vacances s’équipent actuellement de piscines couvertes avec services de bien-être intégrés, tels que hammam, salle de massage, fitness…, qui correspondent à des investissements élevés - de l’ordre de 700 000 à 800 000 € HT pour les villages de grande capacité -, même s’ils répondent à une stratégie de développement des activités hors vacances scolaires afin d’ouvrir les villages plus longtemps, voire sur toute l’année.
Enfin, lors de la construction de nouveaux villages, les maîtres d’ouvrage privilégient de plus en plus les constructions légères à ossature bois, qui ont l’avantage de pouvoir être préfabriquées en série et d’être mises en œuvre sur des délais très courts. Celles-ci s’avèrent en outre moins coûteuses que des solutions en dur, plus classiques. L’utilisation du bois véhiculant par ailleurs une image chaleureuse et écologique très appréciée des utilisateurs. Ce parti pris se retrouve également dans le cadre de rénovations où les structures légères se prêtent bien à l’extension de logements existants.

N°352

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°352

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Que vaut l'injection face aux pieux et micropieux ?

Que vaut l'injection face aux pieux et micropieux ?

L'injection a désormais pris place dans les techniques de soutènement. Pour autant, est-elle aussi performante, voire plus économique, que les techniques classiques de pieux ou de micropieux ? Même si la[…]

Les adjuvants démocratisent le béton "vert"

Enquête

Les adjuvants démocratisent le béton "vert"

Gymnase de l'Europe, Brest (29)

Gymnase de l'Europe, Brest (29)

Gymnase Hacine-Cherifi, Rillieux-la-Pape (69)

Gymnase Hacine-Cherifi, Rillieux-la-Pape (69)

Plus d'articles