Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Quatre immeubles de bureaux face au soleil

Sujets relatifs :

Quatre immeubles de bureaux face au soleil

© (Doc. Gilles Aymard.)

Un clair de jour maximal pour les espaces de travail, c’est bien. Mais le coût des protections solaires, qui se révèlent indispensables, n’est pas négligeable.

Faites entrer la lumière : telle pourrait être la devise des concepteurs d’immeubles de bureaux. Ces apports de lumière ont trois avantages : un confort visuel supérieur, une baisse des coûts d’éclairage, et bien sûr de chauffage. Mais ces apports de lumière et de chaleur doivent être contrôlés pour éviter éblouissement et surchauffe. Cela passe par des protections solaires dont le coût est loin d’être négligeable.

Dans le cas du chantier L’Horizon à Saint-Étienne (42), le propriétaire bailleur a donné la priorité au confort thermique, réglementé et quantifiable. « La végétalisation de la façade contribue au contrôle des apports thermiques et joue le rôle de brise-soleil, indique Benoît Daudel, architecte au cabinet Art+I Lyon. Nous avons cherché à optimiser le clair de jour avec une façade très tramée sur une grande hauteur. Nous avons aussi prévu des stores-screen pour éviter l’éblouissement et inscrit leur descriptif dans le règlement de copropriété. Cette solution est un prototype, fruit de la collaboration d’un groupement d’entreprises associant différents savoir-faire. À ce jour, certains bureaux en ont, d’autres pas. L’aménagement intérieur des locaux est libre. Leur installation dépend donc de critères économiques. »

Trouver le juste équilibre

Pour le Sunway Building à Lyon (69), Laurent Dumas, architecte chez X’TO Architectes, a travaillé au juste équilibre entre éclairage naturel et confort thermique à coût maîtrisé : « Les brise-soleil en verre sont composés de deux lames de verres intégrant une sérigraphie, au motif perforé. Il a fallu respecter un pourcentage précis pour les perforations (48 %), afin de garantir une bonne visibilité de l’extérieur. Cette solution offre deux avantages par rapport aux plaques de métal perforées : le produit est plus léger et est moins onéreux. Les brise-soleil s’animent sur la façade, zone par zone, selon la course du soleil, en harmonie avec le nouveau traitement de surface Reynobond des parties opaques, qui change de couleur en fonction de l’ensoleillement, des angles de vision et des saisons. »
Dans le cas de l’immeuble Apard de Nîmes (30), le propriétaire est l’occupant et le confort visuel a fait partie intégrante de la réflexion, au même titre que les économies d’énergie.

L’occultation modulable encore coûteuse

« Pour le rez-de-chaussée, le polycarbonate s’est révélé une solution économique garantissant une diffusion douce de la lumière, explique Laurent Pelus, architecte de l’agence Architecture Environnement PM. Il assure une meilleure protection solaire qu’un vitrage plein sud. Il aura quand même fallu installer des fenêtres pour ventiler et voir l’extérieur. »
Pour profiter d’une vue incomparable sur Nîmes, de grandes baies vitrées ont été installées à l’étage. Orientés au sud, les vitrages sont en retrait de la façade et bénéficient d’un ombrage. Malheureusement, le confort visuel d’hiver n’a pas été complètement pris en compte. « Les occultations modulables sont souvent très coûteuses. Nous ne sommes donc pas forcément suivis par nos clients. Mais aujourd’hui, la présence d’un store pour maîtriser l’ensoleillement d’hiver devient nécessaire. »
Aux Archives nationales situées à Pierrefitte-sur-Seine (93), des kilomètres de documents doivent être conservés à température et luminosité optimales et contrôlées. La protection solaire se fait dans ce cas par la présence de stores-screen intérieurs et extérieurs.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

« Un recul de 30 à 40% de l’activité »

« Un recul de 30 à 40% de l’activité »

Cinq fédérations professionnelles ont décidé d’alerter le Premier ministre sur les conséquences de la crise du Covid-19 pour le secteur de la construction. Ils estiment entre 30 et 40% le recul de leur activité et entre 10 et 30% les...

04/05/2020 | CoronavirusChantier
Le numéro d'avril des CTB est paru

Le numéro d'avril des CTB est paru

Des résidences étudiantes à l'examen

Des résidences étudiantes à l'examen

Les chais viticoles bonifient leur image

Les chais viticoles bonifient leur image