Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Quatre ans et 10 millions pour le plan BIM 2022

Jacques Rolland

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Quatre ans et 10 millions pour le plan BIM 2022

Le nouveau plan numérique dédié au BIM est annoncé par le gouvernement. Présenté en clôture des Assises du Logement, il a été signé par l’ensemble des organisations professionnelles. Reste à en définir le périmètre.

En clôturant les premières Assises du logement, Julien Denormandie a dessiné sa "vision" du monde de la construction. « Il s’agit de "fluidifier" le secteur, afin de construire plus vite, moins cher et plus facilement ». Pédagogue, le ministre chargé de la Ville et du Logement a ensuite détaillé les quatre leviers sur lesquels il agit. La Loi dite Élan, d’abord, traitant de l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, et qui, même si elle vient d’être retoquée sur deux séries de points mineurs par le Conseil constitutionnel, cherche à assouplir le code de la construction et à clarifier le rôle de l'État. Ensuite, la volonté de donner une meilleure visibilité aux dispositifs fiscaux grand public de type Pinel, qui désormais seront fixés sur 4 ans minimum, sans modification possible. Puis la conviction écologique, élément central visant à construire de façon durable, abordable et économe.
La digitalisation, enfin, est citée comme quatrième levier sur lequel Julien Denormandie et son administration compte s’appuyer afin « que le numérique soit une chance pour les territoires, et accroisse la compétitivité des entreprises de la construction ».

Un budget de 10 Millions d’euros

Le plan BIM 2022 qu’il annonce alors officiellement en ce 15 novembre 2018, prend la suite du précédent PTNB (Plan de transition numérique dans le bâtiment) qui aura aussi duré quatre ans, de début 2015 à fin 2018. Il sera doté d’un budget de 10 Millions d’euros, actuellement encore disponibles car déjà provisionnés sur des programmes précédents, notamment par le PTNB et Pacte. Tous les représentants de la filière de la construction s’engagent dans cette nouvelle aventure dont les contours ne sont pas encore complètement définis.
A l’heure actuelle on sait que BIM 2022 qui sera piloté par l’Association pour le développement du numérique dans la construction (ADN Construction) distingue deux axes prioritaires. Le premier consiste à généraliser et structurer la demande de BIM dans les projets en accompagnant et en sécurisant les maîtres d’ouvrages pour définir et encadrer leur besoin. Entre autres, un observatoire du BIM permettra de mettre en avant les bonnes pratiques des acteurs et de capitaliser les savoir-faire. Le second axe vise à accompagner l’ensemble des acteurs pour se doter des outils dont ils ont besoin pour travailler concrètement en BIM, en définissant les compétences nécessaires à acquérir et en soutenant leur montée en compétence. À ce titre, le plan soutiendra le développement de pôles de compétence sur nos territoires pour que les acteurs de terrain puissent s’approprier concrètement ces outils. « Par contre, il est hors de question de rendre le BIM obligatoire dans les appels d’offres, prévient Julien Denormandie. Cela risquerait d’écarter les PME et les TPE qui n’ont pas encore eu l’occasion de franchir ce pas, et les éloigneraient encore plus de certains marchés. »

Le numérique ne se limite pas au BIM

Certains projets conduits par le PTNB seront poursuivis, voire amplifiés. C’est notamment le la plateforme Kroqi qui sera entièrement opérée par le CSTB. Par contre personne ne sait encore ce que deviendront les sites Web d’aide au choix des logiciels, d’identification des formations, des valises de sensibilisation dont les mises à jour ne tarderont pas à devenir indispensables.
Reste enfin à veiller à ce que le numérique ne se limite pas au seuls domaine du BIM ou de la maquette numérique. Dès maintenant d’autres nouvelles technologies numériques s’apprêtent à redessiner filière construction: impression 3D, drone, robotique, réalité immersive ou virtuelle, objets connectés, intelligence artificielle,….  Elles aussi provoqueront une rupture sur les modes de conception, de construction et de gestion des ouvrages. Il serait indispensable d’y préparer dès maintenant tous les acteurs de la filière construction.

Nous vous recommandons

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

À l’occasion du SIMI, Georges-Henri Florentin, directeur général de l’Institut Technologique FCBA, et Laurent Girometti, directeur général d’EpaMarne/EpaFrance ont signé un partenariat[…]

07/12/2018 | ActualitéEnvironnement
Premières rénovations Bas Carbone BBCA

Premières rénovations Bas Carbone BBCA

Terrasses et platelages extérieurs bois (2/2) - Des origines variées

Enquête

Terrasses et platelages extérieurs bois (2/2) - Des origines variées

Terrasses et platelages extérieurs bois (1/2) - La simplicité à composantes multiples

Terrasses et platelages extérieurs bois (1/2) - La simplicité à composantes multiples

Plus d'articles