Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

QUARTIER DE LA DÉFENSE Mixage de techniques innovantes,pour un immeuble pont

Sujets relatifs :

QUARTIER DE LA DÉFENSE Mixage de techniques innovantes,pour un immeuble pont

Enjambant un ouvrage routier, le bâtiment tertiaire de grande dimension a nécessité la mise en œuvre de plusieurs techniques performantes, afin de réaliser l’infrastructure en béton, ainsi que la superstructure en acier.

Situé à Puteaux (Hauts-de-Seine), à l’ouest du quartier de La Défense et non loin de la Grande-Arche, l’immeuble Basalte est réalisé par l’atelier parisien 2/3/4/architecture.

Prévu pour recevoir 3 500 collaborateurs, l’édifice regroupe des activités spécifiques de la Société générale. Étant implanté à proximité des deux tours du siège de la banque, le bâtiment tertiaire sera relié à elles, par une passerelle.

Cet ouvrage aux dimensions hors normes, dressé à 53 m de hauteur, mesure 180 m de longueur par 30 à 54 m de largeur. Il couvre une surface hors œuvre nette de 43 000 m2 et représente un coût d’investissement de 220 M3 HT. En fonctionnement 24 heures sur 24, cet immeuble comporte cinq niveaux de salles de marché traités en open space.

• Chaque plateau de 4 000 m2 peut abriter jusqu’à 700 personnes, pour un total maximal de 3 500. Les plateaux libres de 150 m de longueur et 35 m de largeur accueillent des bureaux, des salles informatiques, de réunion et de conférence, ainsi que des espaces de services et des locaux techniques.

• Le rez-de-chaussée bas loge, côté nord, un hall d’accueil à triple hauteur se prolongeant par une rue intérieure de 160 m de longueur. Celle-ci dessert, au nord, des salles de réunion et de formation, et au sud, des espaces de restauration, deux cafétérias et des sanitaires. Un parking souterrain de sept étages est glissé de part et d’autre du tunnel, tandis qu’une rampe d’accès aux pompiers chemine tout autour, la toiture hébergeant une multitude d’équipements techniques.

Le fait que le bâtiment pont soit construit au-dessus de la RN 314, voie d’accès au boulevard circulaire, lui confère une morphologie spécifique inhabituelle. Face à un environnement hétérogène, le bâtiment, implanté en pied de tours au nord, assure, comme l’énonce l’architecte Jean Mas : « un trait d’union dans le site, ainsi qu’une transition vers le parvis et la promenade piétonne s’étalant au sud ».

Un système constructif mixant béton et acier

Côté insertion urbaine, « le projet vise à effacer, par le biais de la couverture des voies, les nuisances et la coupure entre les quartiers, afin de récréer un lien par l’édifice lui-même », précise Jean Mas. Ce dernier qualifie la volumétrie du bâtiment de « tour allongée » qui se déploie comme « une ligne est-ouest brisée par deux inflexions, en relation avec les bâtiments avoisinants ».

• Aussi, l’édifice se développe en partie supérieure au-dessus d’un ouvrage de génie civil désolidarisé de l’ossature du bâtiment. Ce qui impose le choix d’une structure mixte, à infrastructure en béton et superstructure en acier. Celle-ci intègre trois noyaux techniques de distribution en béton, qui, ne pouvant être ancrés, ont été édifiés à cheval sur le tunnel. Le système constructif de la charpente en acier comprend deux jeux de poutres treillis transversales accolées de 22,20 m de longueur côté sud et de 9 à 13 m de longueur côté nord. Elles s’appuient sur des poteaux en PRS (Profilés reconstitués soudés) mis en place15 en partie centrale, tous les 16,20 m et sur la résille à poutres en croix de la façade sud. Et si ces poutres treillis sont liaisonnées à des poutres longitudinales de 16,20 m de longueur, des solives à profilés IPE 300 de 8,10 m de longueur relient ces dernières deux par deux, tous les 2 ou 3 m. La modénature de la façade sud, qui détermine l’implantation des poutres transversales, est formée de poutres en V de hauteur d’étage intégrant des consoles de reprise des balcons. • Dans les volumes des salles de marché, la forme galbée des poutres permet de diffuser de lumière jusqu’au centre des profonds plateaux. Sachant que les treillis facilitent l’incorporation des gaines de ventilation et des poutres froides. La hauteur importante de plancher, de 5,80 m de dalle à dalle, permet l’interposition d’une ample galerie technique (1,62 x 1,73 m), qui, glissée entre les membrures hautes et basses, assure le passage des réseaux (électricité, fluides, etc.).

Procédure de certification HQE

Chaque galerie est dotée d’une membrure à profilé HEA 240 posée en allège dans le plénum du faux plancher, qui a pour effet de libérer la hauteur des plateaux. Quant à la façade nord, elle intègre trois escaliers de secours suspendus aux planchers de la structure porteuse, par des portiques de reprise posés en consoles, ainsi que par des tirants latéraux placés en croix.

• Les planchers mixtes se composent d’un solivage à profilés IPE 300 soutenant des bacs collaborants, qui, pourvu de collecteurs, reçoit une dalle en béton coulée oscillant entre 14 et 20 cm d’épaisseur. Et la mise en œuvre de faux planchers nervurés de 50 cm d’épaisseur permet l’insertion des fourreaux des centrales de traitement de l’air se raccordant aux poutres froides. Par souci de redondance, un sprinklage général est installé dans l’ensemble des locaux de l’immeuble. Cela répond à la volonté du maître d’ouvrage de doubler systématiquement les équipements techniques, afin d’éviter tout risque éventuel de panne, le bâtiment devant rester autonome pendant soixante-douze heures.

• Par ailleurs, le projet fait l’objet d’une certification « NF Bâtiments tertiaires démarche HQE » en cours d’élaboration, qui concerne lesphases de programmation, de conceptionet de réalisation. Cette procédure, suivie par le Cstb, délivrera à terme des labels de performance énergétique. D’où une expression de façades à murs-rideaux agrémentées de batteries de brise-soleil qui régulent le rayonnement lumineux au gré des saisons. Chaque façade étant traitée différemment suivant son orientation. Au sud, la façade entièrement vitrée fait pénétrer la lumière du jour à flot dans les espaces de travail. Au nord, la géométrie de la façade est plus compliquée et un peu moins vitrée, à cause de l’incrustation de trois escaliers de secours. Les deux façades latérales sont elles aussi vitrées, celle orientée à l’ouest étant parée d’une équerre blanche qui sert de signal fort à l’ouvrage.

N°301

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°301

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

31 mètres, c'est la hauteur du bâtiment Perspective récemment inauguré à Bordeaux. Un édifice de 7 niveaux conçu en structure bois poteau-poutre qui met à l'honneur le bois massif,[…]

12/11/2018 | ActualitéChantier
Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Plus d'articles