Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Façades changeantes (1/2) - Quand le bâtiment a bonne mine

François Ploye

Sujets relatifs :

,
Façades changeantes (1/2) - Quand le bâtiment a bonne mine

Sur la façade du centre sportif de la Cité Traëger (Paris), une photographie géante de l'artiste Patrick Tosani a été imprimée sur le film intercalaire du verre de sécurité.

© Lankry Architectes

Œuvres d'art monumentales, camouflage ou protection solaire high-tech, les façades s'enjolivent, jouent avec la lumière et, parfois même, s'animent en fonction du vent ou de l'orientation…

Les façades des immeubles sont des visages. Elles signent leur identité. Mais trop souvent, surtout dans le tertiaire ou les bâtiments publics, elles sont monolithiques, symétriques et uniformes. Vitrées et métallisées, elles brillent au soleil, luisent sous la pluie mais n'expriment rien de particulier. Certaines, pourtant, attirent l'attention, comme la façade e ), de Jean Nouvel et Architecture-Studio. Elle a marqué les esprits depuis son inauguration en 1987 avec ses 240 moucharabiehs au dessin élégant et ses diaphragmes motorisés qui se ferment au soleil.

B. Aéroport de Brisbane, Australie.

C. La façade pixelisée de l'internat de Dammartin-en-Goële (77).

Sortir ainsi des sentiers battus demande de prendre des risques et a parfois un coût, mais la diversité des propositions montre que les architectes peuvent, en jouant sur les matériaux ou les formes, insuffler de la vie, un supplément d'âme à leurs ouvrages. User ici d'un matériau rare, là d'un irisé, ailleurs de la terre cuite vernie ou d'un vitrage imprimé, ajouter des lignes de Leds, créer un motif à partir d'écailles aux orientations changeantes. Une telle mise en place d'éléments mobiles motorisés est, d'ailleurs, plus ambitieuse. Les moucharabiehs triangulaires des tours Al-Bahr, à Abu Dhabi (lire encadré p. 45), sont en ce sens exemplaires et font écho à ceux de l'IMA trente ans plus tard. Plus souvent, la nature est la première source d'inspiration. La démarche biomimétique est parfois revendiquée, comme pour la résidence Kley de Marseille (13), dont la peau en écailles conçue par l'Agence Tangram évoque celle du caméléon (lire encadré p. 44).

Les arts plastiques s'invitent

L'agence Lankry Architectes travaille ainsi la matière des façades de ses réalisations pour offrir une lecture décalée et changeante du bâtiment. « Réaliser une façade qui varie en fonction du temps, de l' heure, de la nuit[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°376

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

Au mois de juillet ont été validés les projets de 20 quartiers mobilisant près de 820 millions d’euros de concours financiers de l’Anru. Le comité d’engagement national de l’Agence[…]

01/08/2019 |
Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Réparer la ville

Evénement

Réparer la ville

Plus d'articles