Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Dossier

Protéger pour l'éternité

Protéger pour l'éternité

De nombreux édifices cultuels nécessitent à ce jour d'importants travaux d'entretien, et de restauration.

Traitement des désordres, prévention des risques techniques et incendie, plans Vigipirate sont autant de défis à relever pour assurer la conservation et le maintien en exercice des lieux de culte.

La sécurisation du public est une question récurrente dans les lieux de culte où elle recouvre des problématiques variées. Il s'agit de protéger les personnes face au risque de chutes de pierres, d'effondrement d'un mur ou d'une toiture ancienne, mais aussi face au risque incendie et, plus récemment, à la menace d'attentat. De tous ces dangers, le traitement des désordres est le plus lourd à gérer et à financer. Créé en 2006 avec pour mission d'inventorier les constructions existantes, toutes époques et toutes confessions confondues, l'Observatoire du patrimoine religieux français est au fait du sujet. Fin 2016, il avait déjà recensé plus de 71 000 constructions - sur une estimation d'environ 90 000 -, parmi lesquelles près de 90 % d'édifices catholiques : églises paroissiales, cathédrales, abbatiales, chapelles et oratoires. Pour Marie-Laure Pain, déléguée générale de l'Observatoire, « l'état du patrimoine religieux français est dans son ensemble assez préoccupant. L'entretien a souvent été négligé par les propriétaires, publics ou privés, si bien que de nombreux édifices doivent aujourd'hui être entourés de mesures d'urgence en raison du risque de chute de pierres ou d'éléments architecturaux, ou fermés lorsqu'ils menacent de s'effondrer ». La situation est également hétérogène dans les grandes villes, où les édifices sont pour autant surveillés - même s'il est très difficile d'avoir l'œil sur des éléments de modénature qui culminent parfois à 30 ou 40 m de hauteur - et font régulièrement l'objet de chantiers de restauration.

Un état hétérogène

Les désordres les plus fréquents sont liés à des infiltrations d'eau en toitures, avec le risque lorsqu'ils ne sont pas pris à temps et le bâtiment rapidement mis hors d'eau, de se transformer en une longue liste de dégâts : fragilisation de la structure, apparition de champignons sur la charpente en bois, détérioration des enduits, descellement des vitraux… L'apparition de fissures sur les maçonneries est également courante. Souvent anodine, elle peut parfois être le signe d'un glissement de terrain ou[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°360

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Vers la ville intelligente

Dossier

Vers la ville intelligente

Quels sont les moyens technologiques déployés pour que les bâtiments contribuent à une meilleure gestion de la ville ? Pour quels bénéfices et avec quelles contraintes ? Le point sur la[…]

11/04/2019 |
Enjeux - L'énergie au cœur des stratégies

Dossier

Enjeux - L'énergie au cœur des stratégies

Enjeux - Gestion intelligente de l'éclairage

Dossier

Enjeux - Gestion intelligente de l'éclairage

Réseaux - Les voies de la communication

Dossier

Réseaux - Les voies de la communication

Plus d'articles