Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Priorité à la qualité d’usage et à l’autonomie

Sujets relatifs :

Priorité à la qualité d’usage et à l’autonomie

Ouvert à la rentrée 2012, l’internat Ferdinand-Buisson, à Voiron, fait figure de bâtiment pilote pour la Région Rhône-Alpes qui a réalisé, avec le concours de l’agence Chabal Architectes, son premier établissement d’enseignement passif et mis en œuvre une démarche d’accessibilité remarquable.

Lors de la construction du nouvel internat de 224places pour le lycée Ferdinand-Buisson situé àVoiron (38), les architectes en charge du projet ont réalisé un traitement de l’accessibilité et de la sécurité surmesure, où la cohérence se lit jusque dans les détails. Guidée par l'idée que le handicap ne se limite pas aux seules personnes handicapées, leur démarche a privilégié autant que possible les principes de qualité d'usage et d'autonomie.

Dans ce bâtiment R +3 à la forme ramassée, une grande attention a tout d’abord été portée à la manière de se repérer. Les locaux ont été organisés en deux ailes symétriques et cintrées, qui tournent autour d’un espace central dévolu aux circulations verticales.
Le RdC abrite une bagagerie, un foyer, des locaux techniques, ainsi que l’infirmerie du lycée. Les étages sont réservés aux chambres des internes et des maîtres d’internat et comprennent chacun une salle d’étude. Cette répartition permet d’atteindre facilement, dès l’entrée de l’internat, l’escalier central et l’ascenseur qui desservent les chambres. Elle a également l’avantage de limiter la longueur des couloirs.
La lumière naturelle participe également au repérage, dans la mesure où elle permet aux malvoyants et aux personnes à déficience cognitive, d’être toujours en contact avec l’extérieur. Son apport a été ici ésystématisé dans toutes les circulations, ce qui, dans le même temps, a permis de réduire les consommations d’énergie liées à l’éclairage et au chauffage. L’entrée du bâtiment est ainsi éclairée par un sas vitré, l’escalier central situé dans l’atrium par une verrière, et les couloirs par des châssis vitrés.
Un travail sur la colorimétrie contribue, par ailleurs, au repérage des personnes souffrant d’un handicap sensoriel. En plus des jeux de contraste mis en œuvre pour signaler les marches d’escalier, les paliers, les portes… chaque étage possède son propre code couleur, lequel est repris au niveau de la signalétique. L’affichage permet, quant à lui, trois niveaux de lecture par l’utilisation systématique de lettrage, de la couleur et du braille. Petit détail intéressant : la main courante de l’escalier est ici utilisée pour transmettre de l’information en braille et localiser chaque niveau. Ce repérage tactile est renforcé à chaque palier par des clous bombés en inox, plantés dans le sol en linoléum. Aux étages, le guidage se poursuit par une planche de bois filante fixée à hauteur des poignées de porte. En partageant la surface des murs, celle-ci présente aussi un avantage en terme d’entretien, puisqu’elle permet de ne repeindre que la partie inférieure des murs.

Un mobilier ergonomique sur mesure

À l’instar de l’hôtellerie moderne, le principe d’accès de l’internat repose sur un système de badge électronique, une alternative aux clés qui permet de concilier le besoin d’autonomie des internes, y compris des personnes en situation de handicap, avec les exigences de la direction en matière de contrôle d’accès, de sécurité incendie et d’exploitation. Le badge permet l’accès au bâtiment, aux chambres et donne aussi le droit aux personnes invalides d’utiliser l’ascenseur.
Dans les chambres, organisées en deux unités de trois lits, l’accent a été mis sur l’ergonomie. S’inspirant là aussi d’un principe hôtelier, l’entrée commune aux deux unités est ici utilisée comme bagagerie et penderie. Elle dessert les deux salles de bains - où des douches à l’italienne permettent de s’affranchir de tout socle - et les deux chambres. Dans celles-ci, l’organisation se veut plus fonctionnelle que le traditionnel séquençage pour chaque interne, avec d’une part, un espace nuit qui regroupe les trois lits, leur chevet et leur armoire, et d’autre part, un espace jour, où les bureaux, exposés à la lumière naturelle et disposés perpendiculairement à la façade, permettent un accès optimal aux fenêtres.
Le mobilier, dessiné par les architectes, répond à un double objectif de durabilité et de qualité d’usage, avec l’idée de libérer l’espace de tout obstacle, afin de faciliter les déplacements d’une personne en fauteuil roulant, ainsi que l’entretien. C’est ainsi que les tables de bureaux, sans pied, sont fixées aux murs par des tasseaux, et les armoires, intégrées dans les cloisons séparatives. Les tables de chevet sont équipées de roulettes. Une flexibilité qui prend tout son sens, lorsque la personne est hémiplégique, et qui offre aussi la possibilité de réunir les trois chevets le temps d’une partie de cartes… Par ailleurs, les commandes d’éclairage sont lumineuses et l’actionnement des volants roulants automatisé par commande électrique.
Bien qu’elle ait parfois impliqué des choix constructifs plus onéreux que les solutions traditionnelles, la démarche d’accessibilité de la maîtrise d’œuvre a permis de tenir l’enveloppe budgétaire globale de cette construction, par ailleurs, très compacte et isolée. Et comme le rappelle l’architecte Ludovic Viguet, de l’agence Chabal, « l’accessibilité ne coûte pas, dès lors qu’elle est pensée en terme de qualité d’usage. »

N°333

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°333

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Plus d'articles