Dossier

Pose simplifiée de panneaux photovoltaïques

Sujets relatifs :

PHOTO - 880765.BR.jpg

Sundeck est une structure porteuse en tôle fixée à une sous-construction bois.

La solution Sundeck développée par la société SolarWorld permet le montage de modules photovoltaïques standard du fabricant, de type Sunmodule Plus, en mode portrait sur des toitures présentant une inclinaison comprise entre 18 et 60 °. Elle peut être mise en œuvre indifféremment dans la construction neuve, la rénovation de bâtiments et pour la réparation de toits, en toiture partielle associée à des tuiles ou des ardoises. Le principe de ce procédé, qui a obtenu un Pass’Innovation « vert » du CSTB ? La fixation des pièces « intermédiaires », constituées de tôles en acier galvanisé prélaqué, s’effectue directement sur la charpente traditionnelle en bois. Le système est conçu pour des liteaux d’une épaisseur minimale de 24 x 48 mm et des entraxes entre chevrons de 600 mm. Une pièce d’abergement est fixée dans la partie inférieure du champ, puis les tôles de drainage et des tôles d’abergement latérales viennent composer le support sur lequel les modules photovoltaïques seront fixés par serrage, sur leurs grands côtés, aux arêtes des tôles de drainage. Un joint mousse triangulaire établit la jonction entre le dispositif photovoltaïque et les éléments de couverture. De cette manière, la surface génératrice se substitue partiellement à la couverture conventionnelle, un aspect non négligeable dans le cadre d’une rénovation par exemple. La ventilation arrière est garantie par l’effet « cheminée » derrière les modules.

Conçu pour résister à des charges ascendantes normales admissibles de 800 Pa et des charges descendantes normales admissibles de 1 542 Pa, le système Sundeck génère également des économies sur le recours aux crochets de couvreur et aux profilés aluminium habituellement employés pour parer aux charges de neige et de vent élevées. Sa variante, Sundeck 8500, a d’ailleurs été développée spécifiquement pour des conditions extrêmes, notamment des charges de neige atteignant 8,5 kN/m.
Ce procédé est applicable aux bâtiments d’une hauteur limitée à 12 m, construits à une altitude inférieure à 900 m et à des locaux à faible ou moyenne hygrométrie, en atmosphères extérieures (rurale non polluée, urbaine ou industrielle normale, marine à une distance du bord de mer supérieure à 3 km).

N°347

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°347

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Quatre gymnases municipaux en régions

Dossier

Quatre gymnases municipaux en régions

Les gymnases « nouvelle génération » offrent une grande diversité de réponses techniques et architecturales, notamment axées sur la recherche de performance énergétique et de[…]

23/02/2017 |
Rénovation énergétique du patrimoine

Dossier

Rénovation énergétique du patrimoine

« Le bâti ancien appelle des solutions non standardisées »

Interview

« Le bâti ancien appelle des solutions non standardisées »

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

Dossier

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

plus d’articles