Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Portes de garage motorisées en habitat collectif

Sujets relatifs :

Portes de garage motorisées en habitat collectif

Encadrées par une réglementation européenne pointilleuse sur la sécurité, les portes automatisées de garages sont devenues plus économes et moins bruyantes.

En France, il se vend par an en moyenne 6 000 portes motorisées de garage en habitat collectif et autant en rénovation.

Ce marché est très majoritairement dominé par les produits basculants, à 80 % d’après le fabricant Fresnais Automatismes, qui précise que : « la porte pliante ne représente à ce jour que 3 % des ventes en France. Les habitudes ont la peau dure, malgré les nombreux avantages indéniables que représente l’implantation d’une porte pliante ». Outre les basculantes et les pliantes, il se vend aussi un peu de portes coulissantes et sectionnelles.
Le choix est souvent conditionné par l’espace disponible en largeur, mais aussi en linteau et au plafond. Le constructeur Portis (division du groupe Otis) propose ainsi une porte à ouverture latérale de type accordéon, adaptée lorsque la place fait défaut pour installer une porte basculante du fait d’une retombée de linteau trop faible, d’une baie trop étroite ou du peu de recul. Le marché du basculant est dominé par quelques poids lourds comme Hörmann, Safir Métallerie, SDMI ou Sindaur. « Nous réalisons 45 % du chiffre d’affaires en rénovation et 10 % dans le neuf. La Région parisienne représente 60 % du marché de la rénovation, les DOM TOM 90 %. Notre faible part réalisée dans le neuf s’explique par des prix peu compétitifs face à nos concurrents, même si nos produits sont très appréciés au niveau de la qualité », constate Paul Edwards, président de Safir Métallerie. Les besoins sont différents sur les marchés du tertiaire, de l’industriel ou des bâtiments mixtes, de type immeuble et commerce. L’ouverture plus rapide et les grandes dimensions imposent l’enroulement et le sectionnel, ce qui nécessite du dégagement en plafond. Ainsi, Olivier Rigault, chef de produit chez Hörmann, détaille une offre industrielle « composée de solutions sectionnelles plus robustes dites “ industrielles ”, comme la porte Speed, qui possède une vitesse d’ouverture assez rapide, ou différents produits dans la famille des rideaux et des grilles à enroulement ».

Une ventilation obligatoire

En habitat collectif, les dimensions doivent être adaptables et les tabliers personnalisables. Les constructeurs proposent des variantes tant en matériaux, avec des tôles métalliques ou plus rarement du bois, qu’en motifs décoratifs, comme des cassettes ou des pointes de diamant.
Il est aussi possible de customiser son tablier en assortiment à la façade de l’immeuble. Dans ce cas, le fabricant fournit un cadre nu, et l’entreprise vient appliquer son propre habillage, en respectant différentes contraintes dont le poids.
La motorisation de la porte est dimensionnée en fonction du poids du tablier avec son éventuel contrepoid, mais aussi en fonction du nombre de places de parkings. La porte est, en effet, garantie pour un nombre maximal journalier de cycles d’ouverture et fermeture. À raison de 2 cycles en moyenne par jour et par place de parking, la valeur de 1 000 cycles max./jour correspond à 500 places maximum.
Autre sujet : la ventilation. L’article 9 de l’arrêté du 31 janvier 1986 relatif à la protection des bâtiments contre l’incendie, définit à 6 dm 2 la ventilation haute et basse par véhicule en cas de ventilation permanente naturelle à l’air libre. Suivant que le garage possède ou non, par ailleurs, une ventilation extérieure, la totalité ou une partie de cette ventilation s’effectue par la porte. Le tablier peut ainsi être entièrement barreaudé ou fabriqué en mailles métalliques ou conçu avec une tôle partiellement perforée. Le rendement de la ventilation utile est fonction de la nature du tablier. Avec des lames inclinées ou une simple perforation de la tôle par des trous carrés ou rectangulaires, le rendement stagne entre 20 et 30 % et peut monter à 40 % avec une double perforation. Le barreaudage ou la maille soudée permettent d’atteindre 70 à 80 % de rendement. La structure barreaudée d’une porte la rend aussi adaptée aux endroits soumis aux vents et courants d’air. Certains constructeurs comme Hörmann ou SDMI, proposent en option l’ajout de portillon. À titre d’exemple, le prix de vente par Hörmann de leur modèle basculant ET500 varie de 3000 E pour une simple tôle ondulée à rainures jusqu’à 7 000 E. La motorisation varie du simple au triple de 500 à 1 500 E.

Fluidifier l’entraînement

Au cours des années, les portes se sont allégées, avec des rails de guidage en alu, des pièces mobiles en composites et des moteurs plus compacts.
Pour faire face à la variété de situations, les fabricants conçoivent des produits adaptables et faciles à régler. Le cadre est composé d’un linteau et de deux piliers autoportants verticaux, complété si nécessaire d’un cadre dormant en absence d’écoinçons. Les poteaux latéraux sont parfois munis de joints phoniques antivibratiles.
La réglementation européenne impose aussi de les équiper des éléments de sécurité, feux, éclairage, boîtier de commande, bouton d’arrêt, etc. Dans le cas d’une porte basculante, deux rails horizontaux de guidage sont fixés au plafond. Le tablier est solidarisé à deux bras latéraux munis de galets qui coulissent en suivant les rails et lui permettent de basculer. L’entraînement du tablier est variable suivant les fabricants, par chaînes, câbles de tractions, crémaillère, voire sangle ronde incorporée au dispositif de compensation, dans le cas de la nouvelle porte Agate inventée par Michel Bachmatiuk. Ou courroie crantée qui, avec le moteur SupraMatic de chez Hörmann, assure « une utilisation sans entretien, car la tension de la courroie crantée s’effectue automatiquement ».
Un contrepoids ou un système de ressorts relié à la porte par le système de traction permet de contrebalancer le poids de la porte. Cet équilibrage est personnalisé en fonction du tablier choisi, grâce à un jeu de graduations qui permet d’obtenir la bonne tension. Plus l’équilibre du tablier sera bon, plus les efforts à fournir seront réduits. Le moteur consomme moins et le contrôle qu’il exerce sera meilleur.
En cas de panne électrique, la manœuvre manuelle sera aussi facilitée. La contrainte est qu’un enfant puisse ouvrir la porte manuellement une fois déverrouillée si cela s’avère nécessaire. La fluidité de fonctionnement est obtenue par un bon équilibrage du tablier avec son contrepoids, par une traction symétrique des deux côtés et par un contrôle en temps réel de la position et de la vitesse du tablier, avec un rattrapage éventuel. En fin de course, la porte est ralentie progressivement par le moteur et définitivement arrêtée par une butée. Le réglage initial de la motorisation est effectué automatiquement par un cycle d’apprentissage lors de la mise en service.

Se différencier par la performance énergétique et acoustique

La qualité de la motorisation influe sur le nombre de cycles d’ouverture et fermeture possibles par jour, sur la pérennité de l’équipement et sa consommation, mais aussi sur la sécurité et sur le niveau de bruit émis. Le poids des tabliers est facilement de 100 à 200 kg auquel s’ajoute le contrepoids, imposant à la motorisation de délivrer un effort de traction d’au minimum 1 000 N. Les moteurs utilisés sont soit synchrones « brushless » sans balais, pilotés par la fréquence de l’alimentation, soit asynchrones à courant continu, plus robustes et plus économiques à fabriquer. Si la porte est bien équilibrée et les pièces mobiles sans frottement, l’effort sera moindre. L’enjeu est de consommer uniquement lorsque c’est nécessaire. La consommation en veille du moteur a été divisée chez Hörmann par dix ces dernières années. De leur côté les fabricants de porte coulissante ou en accordéon, mettent en avant la performance énergétique de leurs produits qui ne nécessitent pas de contrepoids à déplacer.
Un autre sujet est le verrouillage de la porte en position fermée, qui est assez souvent obtenu par un système de ventouses électromagnétiques par maintien entre un électroaimant et la partie métallique de la porte. Un avantage est sa désactivation automatique en cas de panne électrique. Mais pour Michel Bachmatiuk, la ventouse cumule plusieurs handicaps, dont « une consommation énergétique importante, un bruit de claquement à la fermeture et un manque de sécurité. Un obstacle quelconque peut en effet empêcher le verrouillage de fermeture ». Sur sa nouvelle porte basculante Agate, il a préféré un système de blocage avec une butée comportant un cliquet antiretour biseauté monté de manière à coulisser sur un activateur. Même constat chez Fresnais Automatismes, qui a choisi de verrouiller sa porte Novvel sans ventouse magnétique et sans serrure électrique, avec un système mécanique breveté à consommation nulle. Quant à Novoferm, le fabricant propose sur sa porte basculante Trafimatic Plus des verrous électromagnétiques à manque de courant, une technologie qui ne génère aucune consommation en mode fermé. L’éclairage est un autre poste gourmand en énergie sur lequel les fabricants peuvent jouer en proposant des rampes de leds.
Le soin apporté à l’acoustique est un autre facteur différenciateur. Le bruit de grincement émis lors du fonctionnement de la porte est dû aux poids et aux efforts compensateurs, mais surtout au système d’entraînement métallique traditionnel qui est bruyant avec la crémaillère ou la chaîne de traction, les rails de guidage, les galets, etc.
Un certain nombre de pièces mobiles métalliques (roulette, galet, transmission...) ont été remplacées sur les nouveaux modèles par des pièces en matériaux synthétiques composites comme le polyuréthanne. Le bruit émis lors du guidage et de l’entraînement est considérablement réduit. Quant aux vibrations transmises à la maçonnerie lors de l’arrêt du tablier en butée, elles sont réduites par la qualité de la motorisation. Grâce à sa vitesse variable et par sa connaissance en temps réel de la position de la porte, le moteur peut ralentir le tablier progressivement en fin de course jusqu’à son arrêt complet.

Tableau des fabricants

N°320

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°320

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Enquête- Sols sportifs

Enquête

Enquête- Sols sportifs

Les installations sportives indoor appellent la polyvalence afin de permettre l'exercice de plusieurs activités, sportives ou non. Les sols doivent ainsi pouvoir s'adapter à de nombreuses sollicitations.

03/05/2018 | Produit
Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête

Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête - Ouvrants de toit

Enquête

Enquête - Ouvrants de toit

Enquête - Éclairage des musées

Enquête

Enquête - Éclairage des musées

Plus d'articles