Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

La première communauté énergétique de maisons individuelles en France

Rémi Milesi
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La première communauté énergétique de maisons individuelles en France

Certes, il ne s'agit pas (encore) de tout le village, mais la communauté énergétique Harmon’Yeu,  active depuis mars 2020, est composée de cinq foyers équipés de panneaux solaires fournissant l’électricité à l’ensemble des 23 foyers de la communauté. Les résultats sont prometteurs et les perspectives nombreuses, à condition d'un changement de réglementation.

Engie vient d’inaugurer une communauté d’énergie active baprisée Harmon'Yeu et lancée en mars 2020. Cinq foyers équipés sur 100 m2 de 64 panneaux photovoltaïques d’une puissance totale de 23,7 kWc - soit environ 20 m2 par maison productrice - produisent l’électricité pour les 23 foyers, avec une priorité donnée aux producteurs. (en pratique, le foyer le plus consommateur fait partie des maisons non équipées de panneaux).

Stockage et surplus de production

Une batterie de 15kWh est installée chez l’un des consommateurs afin de stocker l’énergie non consommée instantanément (ce qui équivaut à environ une heure de consommation) pour un usage en soirée par exemple. Les ballons d’eau chaude de 6 participants permettent également de stocker le surplus d’électricité produite pour un le chauffage de l’eau chaude sanitaire.

Pour Jean Bertrand-Hardy, directeur stratégie, business développement et innovation Engie France BtoC, il s’agit  "de commercialiser une offre d’autoconsommation collective pouvant être déployée partout en France, fait savoir l’énergéticien aux CTB. C’est pour cela que nous sommes à ce taux qui permet de répliquer cette solution dans d’autres parties du territoire Français.  Nous avons dimensionné les installations (panneaux photovoltaïques et stockage, batterie et ballon d’eau chaude), pour répondre à un optimum économique, conduisant à presque 100% d’autoconsommation et donc une autonomie de 28%. Nous pourrions augmenter ce taux en installant plus de panneaux ou en rajoutant une batterie, mais cela coûterait plus cher, et le retour sur investissement serait moins intéressant pour les membres de la communauté.

Le cerveau du système : l'Energy Management System

Le réseau mis en place repose sur trois piliers : l’usage du réseau existant d’Enedis, la mise en place de compteur connecté Linky et une interface de pilotage fin.

L’une des “fonctions cruciales” de cette solution, selon Jean Bertrand-Hardy, relève du système du système de pilotage dynamique de la production baptisé EMS - Energy Management System - développé par Engie. La répartition de l’énergie se fait de manière dynamique presque en temps réel (toutes les 5 minutes) en fonction des consommations de chacun grâce à l’EMS. Celui-ci permet d’optimiser l’équilibre entre la production solaire et les consommations énergétiques des foyers en choisissant d’activer ou désactiver le chargement de la batterie et des ballons d’eau chaude aux moments les plus opportuns. Au cours de l’expérimentation, plusieurs approches de distribution de l’énergie ont été testées pour ne retenir que  la meilleure..

Au total, 28% des besoins électriques de la communauté sont fournis par l’installation, pour un taux d’autoconsomation de 96% (la quantité d’électricité consommée issue des panneaux PV). Un record a été établit le 29 mai, avec 4 heures d’autonomie totale pour la communauté, sans aucun recours à l’énergie du réseau.

Des perspectives et des freins réglementaires

S’il existe déjà une trentaine d’expérimentations de communauté énergétique dans l’Hexagone, elles concernent surtout des immeubles d’habitation et sont l’œuvre de bailleurs sociaux (ou d'immeubles de quartier tertiaire). La communauté de l’île d’Yeu est la première impliquant des maisons individuelles. Prometeuse, elle ne concerne cependant qu’une zone restreinte, principalement pour des raisons de réglementation, notamment géographique - la réglementation n’accepte ce type de projet que s’il est implanté au sein d’un rayon de 1 km - et "technique", la quantité d’énergie produite acceptée aujourd’hui est limitée soit 3 mégawatts/crête.

Des discussions sont en cours pour faire passer ses limites à 20 km d’un côté et 5 mégawatts/crête de l’autre. De quoi peut-être rattraper le « très grand retard » de l’autoconsommation en France que regrette Hervé-Matthieu Ricour, directeur général Engie France BtoC, qui estime à "40/50 000 le nombre d’équipements d’autoconsommation installés en France chez les particuliers et les entreprises, contre 300 000 en Belgique et 600 000 en Allemagne".

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Centres aquatiques (4/5) - Produire et récupérer des calories

Dossier

Centres aquatiques (4/5) - Produire et récupérer des calories

Les contraintes de chauffage des centres aquatiques obligent à mettre en place des solutions pour mieux maîtriser les besoins, récupérer de la chaleur sur l'eau, utiliser le renouvelable, mutualiser les services. ..L'optimisation...

07/08/2020 | Dossier d'actuERP
Centres aquatiques (3/5) - Garantir une eau saine

Dossier

Centres aquatiques (3/5) - Garantir une eau saine

Centres aquatiques (2/5) - Offrir une expérience sensorielle

Dossier

Centres aquatiques (2/5) - Offrir une expérience sensorielle

Centres aquatiques (1/5) Le loisir dans le grand bain

Dossier

Centres aquatiques (1/5) Le loisir dans le grand bain