Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Performance énergétique en réhabilitation de logement social

Sujets relatifs :

Performance énergétique en réhabilitation de logement social

L’isolation de façade est réalisée en blocs de PSE, directement collés sur le mur brut. Ils sont ensuite recouverts d’une toile collée, qui recevra le revêtement projeté définitif. Les murs extérieurs maçonnés sont en forme de pyramide : 60 cm d’épaisseur au sous-sol, 30 cm au 3e étage.

Logirep réhabilite un bâtiment du début du xxe siècle. Baptisé Génération E pour Economie, Environnement, Energie et Equilibre, ce projet est réalisé en collaboration avec Logirep, Basf, Knauf, BPB Placo et d’autres industriels.

« Génération E » est née d’une première expérience menée dans le cadre d’un projet européen par Basf, dont Logirep était déjà partenaire : la modernisation du quartier Brunck à Ludwigshafen en Allemagne avec des maisons à 1 litre (10 kWh/m2./an), 3 (30 kWh), 5 (50 kWh) et 7 litres (70 kWh/m2.an). Les allemands ont pris l’habitude d’exprimer les consommations d’énergie primaire en litres de fioul : 10 kWh « énergie primaire » par litre de fioul. Avec la réhabilitation de la Demeure des Carrières, à Fontenay-sous-Bois, il s’agit d’adapter au logement collectif les technologies 3 L développées pour la maison individuelle à Ludwigshafen. Ce bâtiment d’une centaine d’années verra l’aménagement de 8 logements financés en Plai (PLA Insertion), destinés à une population très défavorisée. Le chantier, lancé fin 2005, durera environ 12 mois avec une livraison prévue fin 2006. Le but est de passer de 400 kWh/m2.an pour le chauffage et la ventilation à 50 kWh/m2.an en énergie primaire pour les mêmes usages. Pour les locataires, les charges devraient être de 20 à 30 % inférieures aux charges ordinaires d’un bâtiment réhabilité. Logirep réalise cette opération avec l’aide de Basf, Knauf, Lafarge, BPB Placo, Forbo, Tollens, STO et Siemens Electroménager. Par cette réhabilitation et d’autres projets qu’il mène en Europe, le chimiste allemand Basf entend valoriser les composants primaires qu’il fabrique, tel que le Neopor (du PSE à fort pouvoir isolant) et le Micronal (matériau incorporé aux plaques de plâtre pour leur conférer une inertie importante) et que ses clients industriels (Knauf, Lafarge, BPB Placo, etc.) utilisent ensuite dans leurs propres produits. Deux Atex (Appréciation technique d’expérimentation) ont été demandés pour ce chantier : l’un pour l’isolation par l’extérieur, l’autre pour le matériau à changement de phase incorporé dans des plaques de plâtre.

Isolation par l’extérieur

En élévation, l’isolation extérieure est réalisée en blocs de PSE StoTherm Classic/Néoport de 200 mm d’épaisseur x 1 000 x 500 en élévation ou en blocs Cellomur Ultra de BPB Placo : ce sont des produits identiques. La conductivité thermique des blocs est de 32 mW/m.K seulement. En ­partie enterrée, sont employés des blocs polyuréthanne StoTherm Classic/Styrodur de 120 mm fournis par STO. Cette société a également produit les profilés décoratifs de façade StoDéco Profil permettant de reconstituer des modénatures originales directement sur l’isolation extérieure. La toiture est isolée par des panneaux autoportants Fibratop Silver (Knauf) en 60 cm de largeur et jusqu’à 6 m de longueur. Ils sont constitués de Néopor (lambda de 32 mW/m.K). Deux logements, au rez-de-chaussée et au 1er étage, seront équipés de nouvelles plaques de plâtre à inertie Micronal PCM SmartBoard 26, fabriquées pour Basf par Knauf. Pour pousser aussi loin que possible les économies d’énergie, les logements seront loués avec un pré-équipement en appareils électroménagers Siemens de Classe A, la plus performante. Le bâtiment sera chauffé par un plancher basse température Roth, alimenté par une chaudière à condensation Viessmann. Un système Must de régulation et de communication, co-développé par ­Logirep et Delta Dore, assurera la gestion technique du bâtiment, la fonction de portier vidéo et favorisera les échanges entre les locataires et le bailleur, grâce à sa messagerie intégrée. Il permet à chaque locataire de suivre sa consommation d’électricité. Dans chaque logement, l’installation sera réalisée pour un suivi séparé des consommations de l’éclairage et de l’électro­ménager. Le châssis des fenêtres de toit incorpore des modules photovoltaïques qui alimenteront le moteur des volets et les commandes des fenêtres.

Logirep collabore avec d’autres maîtres d’ouvrage, notamment le Foyer Rémois (Reims) pour généraliser ce concept des « 5 litres » en réhabilitation.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°264

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

Au mois de juillet ont été validés les projets de 20 quartiers mobilisant près de 820 millions d’euros de concours financiers de l’Anru. Le comité d’engagement national de l’Agence[…]

01/08/2019 |
Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Réparer la ville

Evénement

Réparer la ville

Plus d'articles