Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Panneaux bois à ossature croisée pour agrandir des logements

Sujets relatifs :

Panneaux bois à ossature croisée pour agrandir des logements

À Reims, un bailleur social teste sur une opération de réhabilitation un nouveau type de panneaux à ossature bois croisée. Des panneaux pour façades-rideaux, qui intègrent isolant et menuiserie. Ce mode constructif affiche une bonne tenue au feu et des performances thermiques qui le sont tout autant.

S’il est un domaine où l’innovation n’est pas un vain mot, c’est celui de la construction bois. Ce qui est remarquable, c’est que ce sont les PMI et PME du secteur qui innovent. Et elles le font en industrialisant les process et en poussant très loin la logique de la préfabrication.

Dernier exemple en date avec la société Techniwood (filiale d’Ecologgia), qui fabrique un nouveau système industriel constructif « Panobloc ». Ce sont des panneaux bois massif à « ossature croisée » pour façades-rideaux qui viennent de se voir attribuer une Appréciation d’expérimentation du Cstb (Atex de type A n° 1910), première étape avant l’Avis technique. Cette Atex concerne uniquement une application en mur-rideau, sachant qu’à terme, l’entreprise souhaite décliner le système pour des applications en structure (mur, plancher, panneaux de sous-toiture).

Amélioration thermique

Aujourd’hui, Techniwood livre son premier chantier au bailleur social le Foyer rémois/Vilogia, dans le cadre de la réhabilitation en milieu occupé de plus de 530 logements dans le quartier Pays de France, à Reims (51). Une rénovation qui s’inscrit dans le cadre d’une convention Anru. Elle porte, notamment, sur l’amélioration thermique des bâtiments avec objectif BBC (passage de 185 à 85 kWh/m 2 .an) et prévoit, dans le même temps, l’agrandissement de chaque logement par la fermeture des terrasses et balcons. Cette fermeture est assurée au départ par un système classique de panneaux à ossature bois intégrant les menuiseries.
Pour l’un des bâtiments, l’entreprise Ecologgia en charge du chantier a proposé au maître d’ouvrage, dans le cadre d’un contrat avec l’entreprise générale (Pertuy Construction), de remplacer le classique panneau à ossature par les nouveaux types de panneaux. Ces derniers intègrent en usine les menuiseries, éventuellement les parements et, à terme, l’ensemble des fluides. Proposition acceptée en raison des propriétés intrinsèques du nouveau système. En effet, il obtient, à épaisseur égale, de meilleures performances thermiques (jusqu’à 30 % fonction du lambda des isolants utilisés) doublées d’une meilleure tenue au feu (voir encadré) sans protection. Un critère important pour un bailleur social.

Plis croisés décalés

Très concrètement, les panneaux sont constitués d’un empilage de plis croisés à 90°. Chaque pli est composé d’une alternance de lames de bois et de matériau isolant (laine de roche et/ou laine de verre). Les montants de l’ossature bois, de classe mécanique C4, en bois massif ou abouté, ont une section de 30 x 100 mm. Ils sont disposés avec un entraxe vertical de 0,600 mm et horizontal de 0,700 mm. Pour assurer stabilité et résistance mécanique, les plis qui composent l’ossature sont décalés les uns par rapport aux autres et assemblés par collage. Les remplissages d’isolant d’épaisseur 30 mm sont disposés entre les montants. L’ensemble, conformément aux dispositions de la norme DTU 31.2 Construction de maisons et bâtiments à ossature en bois, est recouvert d’un pare-pluie. Sa perméance à la vapeur d’eau étant fonction du type de revêtement extérieur.
Plusieurs configurations sont possibles en variant le nombre de plis et le type d’isolant. Ici, les panneaux ont une épaisseur de 150 mm. Ils sont livrés sur chantier avec les menuiseries (PVC double vitrage Argon.). Pour l’entreprise, la mise en œuvre dans le cas présent ne diffère pas de sa pratique habituelle pour ce type de travaux. Les modules sont fixés au plancher béton à l’aide d’équerres d’implantation, d’un étrier de panneau inséré dans le panneau en cours de fabrication et d’un plat de liaison au plancher.

Circuits courts

Pour ce chantier, l’innovation porte également sur le process industriel : soit un centre d’usinage 6 faces sans retournement de panneaux, ni manutention, avec une panneauteuse combinée, une presse de calibration numérisée de 750 t de poussée, un complexage allant jusqu’à cinq matières différentes en simultané… Une démarche exemplaire de développement territorial, menée en étroite collaboration avec les collectivités locales et la filière bois dans une optique de circuits courts. Composé de plus de 50 équipements, dont une douzaine de fonctions spécifiques, conçus uniquement avec des entreprises françaises, dont Techman Mécanisation et EGA Système, le process industriel est protégé par plus de neuf brevets français et internationaux.

N°320

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°320

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

À Versailles, une charpente en bois a été greffée sur les fermes en acier d'une halle SNCF désaffectée et une structure à poteaux et planchers en bois mise en œuvre conjointement, afin[…]

29/11/2018 | ChantierInnovation
Meccano géant sur le toit d'un bunker

Meccano géant sur le toit d'un bunker

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Plus d'articles