Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Occultation Des brise-soleil orientables en verre

Sujets relatifs :

Occultation Des brise-soleil orientables en verre

Les façades de la récente extension de l’École normale supérieure sont pourvues de brise-soleil, équipés de moteurs à carte magnétique. Ces derniers contrôlent leur fermeture/ouverture, selon la vitesse du vent, le degré d’ensoleillement ou la température intérieure.

Située en plein cœur de Paris, l’École normale supérieure a fait l’objet d’une restructuration partielle. Greffée aux édifices existants par des passerelles, l’extension créée (architecte : Philippe Gazeau) remplace un bâtiment des années 1930. Le programme dense superpose plusieurs strates : un parking, des magasins de stockage et des laboratoires sur les deux sous-sols ; un espace d’accueil en rez-de-chaussée ; une bibliothèque de mathématiques, une salle de conférences et une salle de sports en entresol ; une bibliothèque littéraire en étage ; et 59 chambres d’étudiants aux derniers niveaux. La surface hors œuvre nette de l’extension est de 7 617 m2, pour un coût d’investissement de 12,7 Me HT. S’élevant sur deux niveaux, les deux façades de la bibliothèque littéraire sont totalement vitrées, pour laisser pénétrer largement la lumière naturelle. Elles sont habillées d’une succession de brise-soleil verticaux protecteurs, alliant verre et métal. Leur conception particulière a été sujette à une ATEx (1), élaborée et financée par l’entreprise Décoglace qui a aussi réalisé la pose des brise-soleil. Si Glaverbel a fourni les verres, leur préfabrication a été menée par l’entreprise Vertal Sud-Est. En effet, les quelque 190 panneaux de verre utilisés mesurent 1,14 m de largeur par 2,25 m de hauteur. Chaque module se compose de deux feuilles de verre clair de 8 mm d’épaisseur, trempées thermiquement. Elles ont ensuite subi le traitement HST (Heat Soak Test), destiné à éviter la casse. Puis, l’opération « feuilleté 88 » a consisté à appliquer, sur chacune des deux feuilles et en face intérieure, un film EVA (éthylène vinyle acétate). Dans ce sandwich, est alors incluse une tôle d’inox de 0,6 mm d’épaisseur, polie et perforée.

Une technique de motorisation pointue

Ensuite, ce feuilleté de 18 mm d’épaisseur est passé au four pour liquéfier et rendre transparent le film qui emprisonne la tôle inox. Lors du refroidissement, le film durci scelle les deux feuilles de verre, leur conférant une résistance accrue. Quant aux menuiseries des ­façades, elles se composent de cadres en aluminium thermolaqué dotés de doubles vitrages en verre extérieur collé (VEC), réticulés selon un pas de 1,20 m. Leur particularité est d’être munies, suivant cette même trame, de fixations traversantes. Celles-ci ont été boulonnées sur des tubes en acier de section 100 mm, fixés sur les montants menuisés. Ce principe permettant de renforcer les points d’attaches. De plus, ces fixations sont pourvues d’entailles garnies d’un joint complémentaire et d’un autre en silicone, assurant leur étanchéité. La pose proprement dite des brise-soleil peut débuter, au moyen d’une grue et d’une nacelle à ciseaux. Les moteurs sont positionnés et fixés en partie basse, tous les 1,20 m, sous les équerres de soutien. Chacun est équipé d’une carte magnétique complexe qui contrôle l’ouverture et la fermeture des brise-­soleil, par rotation verti­cale à 90 °, suivant trois critères. Le premier, qui prend en compte la vitesse du vent, doit activer leur fermeture dès que le vent atteint 60 km/h, grâce à deux anémomètres, par façade. Le second les actionne, en fonction du degré d’ensoleillement, à l’aide d’une sonde. Et le troisième, qui mesure la température intérieure, déclenche leur rotation, grâce à une sonde-thermomètre. Cette motorisation permet d’occulter simultanément les deux éléments de brise-soleil : la manœuvre s’effectuant par trame de cinq modules. Étanche et résistant aux intempéries, l’ensemble du système est visible en façade.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°273

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Dossier

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Des programmes d'envergure apportent un nouveau souffle à des IGH vieillissants tout en les adaptant à l'évolution des exigences et des usages. Façades mal isolées, parfois en simple vitrage,[…]

14/03/2019 | Chantier
L'immeuble qui Pulse le BIM

L'immeuble qui Pulse le BIM

Nouveau tournant pour la soufflerie du CSTB

Nouveau tournant pour la soufflerie du CSTB

Socateb Étanchéité fête ses trois ans avec trois chantiers

Socateb Étanchéité fête ses trois ans avec trois chantiers

Plus d'articles