Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Objets connectés et risques liés aux bâtiments intelligents

Stéphanie Obadia
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Objets connectés et risques liés aux bâtiments intelligents

Une étude sur la cybersécurité et les objets connectés alerte sur les menaces pouvant peser sur les bâtiments et la protection des données. 

« Avec le développement des objets connectés et de la domotique, les entreprises sont confrontées à de nouvelles menaces susceptibles de nuire à la sécurité physique des bâtiments tout comme à la sécurité des données. » C’est le constat d’une étude menée par Trend Micro, une entreprise japonaise et leader mondial des solutions et logiciels de sécurité intitulée Cybersecurity Risks in Complex IoT Environments: Threats to Smart Homes, Buildings and Other Structures. Selon l’étude, les objets connectés, qui devraient avoisiner les 25,1 milliards en 2021, sont de plus en plus sophistiqués, mais ne bénéficient pas toujours de systèmes de sécurité intégrés. Les plateformes d’automatisation IoT des bâtiments intelligents sont autant de « brèches » que les cybercriminels peuvent saisir pour infiltrer les espaces physiques et les systèmes d’informations. Il est possible de faire par exemple de l’espionnage des utilisateurs, d’ouvrir des portes, de voler de données… mais aussi de cloner la voix d’un utilisateur pour commander des actions via un assistant vocal, d’ajouter un objet fantôme à un réseau pour maintenir des portes ouvertes en trompant les dispositifs de détection de présence ou d’insérer des erreurs logiques pour désactiver les alarmes intelligentes.

De nombreux serveurs d’automatisation IoT sont visibles publiquement sur le Web, parmi lesquels 6 200 serveurs Home Assistant accessibles via une simple recherche sur le moteur spécialisé Shodan. « Les cybercriminels peuvent alors profiter de ces informations pour s’introduire dans des bâtiments intelligents, reprogrammer les règles d’automatisation, dérober des données sensibles codées en dur (y compris les identifiants des routeurs), ajouter de nouveaux objets connectés, infecter des appareils avec des malwares ou encore détourner des objets pour les incorporer à des botnets. » Le risque peut également toucher les entreprises avec le développement du télétravail.

Le rapport dans son intégralité ici.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

1er programme certifié « NF Habitat HQE Ville de Paris »

1er programme certifié « NF Habitat HQE Ville de Paris »

Énergie, économies, qualité de vie et respect de l’environnement sont autant de domaines dans lesquels cette réalisation exemplaire, présentée ce jeudi 18 avril dans le 12ème arrondissement,[…]

Décret Tertiaire : les acteurs de l’efficacité énergétique saluent la concertation

Décret Tertiaire : les acteurs de l’efficacité énergétique saluent la concertation

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

Notre-Dame : « Les travaux de rénovation sont la cause de trois quart des incendies des bâtiments historiques » Claude Delahaye (Verspieren)

Notre-Dame : « Les travaux de rénovation sont la cause de trois quart des incendies des bâtiments historiques » Claude Delahaye (Verspieren)

Plus d'articles