Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Nicolas Michelin, architecte On développe la mixité verticale et la notion d'îlots mutualisés

Sujets relatifs :

Nicolas Michelin, architecte On développe la mixité verticale et la notion d'îlots mutualisés

Pour quelle raison la réalisation de ce nouveau quartier a-t-elle pris du retard ?

Pour assurer une mixité verticale des fonctions dans chaque immeuble, l'idée de départ était, en 2003, de sélectionner un seul groupement de promoteurs qui aurait réalisé les commerces, les bureaux et les logements sur les trois premiers îlots du quartier. Mais ce sont finalement deux groupements comportant au total sept promoteurs qui ont été retenus en 2005. Ils ont eu du mal à travailler ensemble et le projet n'a pas avancé.

Qu'est-ce qui a débloqué la situation ?

Après les élections municipales de 2008, les cartes ont été rebattues et les nouveaux élus ont décidé de changer la configuration d'ensemble : les trois premiers îlots sont devenus autonomes du point de vue de leur réalisation et les principes de mixité verticale se sont un peu assouplis. Les deux promoteurs ING et Apsys se sont repliés sur l'îlot B3 mais en demandant un agrandissement substantiel du centre commercial qui est passé à près de 30 000 m2 de surface de vente sur deux niveaux et qui s'étend désormais aussi sur l'îlot C3 voisin. Il comportera une vaste galerie intérieure de circulation, bénéficiera d'une toiture végétale et sera surmonté de logements en accession et sociaux, de bureaux, et d'autres types de programme comme une résidence services et une maison de retraite.

Les principes de mixité verticale des fonctions sont-ils conservés ?

La mixité fonctionnelle verticale est moins systématique mais on garde une bonne moitié des immeubles avec une triple fonction commerces-bureaux-logements. On veille aussi à ce que les bureaux puissent être reconvertis facilement en logements, le cas échéant. D'autre part, on conserve la notion de mutualisation à l'échelle de l'îlot pour les parkings, pour l'éclairage extérieur, pour la sécurité. Les architectes sont choisis en accord avec l'aménageur et le promoteur et élaborent leur projet ensuite, en fonction d'un cahier des charges assez léger pour favoriser une grande diversité architecturale. Tous les bâtiments sont en basse consommation.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°296

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Vers la ville intelligente

Dossier

Vers la ville intelligente

Quels sont les moyens technologiques déployés pour que les bâtiments contribuent à une meilleure gestion de la ville ? Pour quels bénéfices et avec quelles contraintes ? Le point sur la[…]

11/04/2019 |
Retour d'expérience - Pilotage et synergies de quartier

Dossier

Retour d'expérience - Pilotage et synergies de quartier

Retour d'expérience - La data s'invite au village

Dossier

Retour d'expérience - La data s'invite au village

Enjeux - L'énergie au cœur des stratégies

Dossier

Enjeux - L'énergie au cœur des stratégies

Plus d'articles