Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Nénuphars géants en béton fibré

Sujets relatifs :

Afin d'apporter une touche décorative à deux bassins de rétention (110 x 70 m), implantés sur la commune du Blanc-Mesnil, le conseil général de la Seine-Saint-Denis a décidé d'y introduire 6 cellules flottantes en forme de nénuphars de 7 m de diamètre. Eu égard aux dimensions de ces plantes géantes, « il était parfaitement impossible de les réaliser en béton armé classique », explique René-Gérard Salé, directeur commercial BSI d'Eiffage TP.

Tout d'abord, pour des questions d'enrobage des armatures. Il s'agissait d'une contrainte qui aurait nécessité, outre des difficultés de ferraillage importantes, une épaisseur minimale de 12 cm. Conséquence : des structures, très lourdes dont il aurait fallu, en plus, « accroître la hauteur afin de permettre leur flottaison, principe d'Archimède oblige», souligne René-Gérard Salé ! Un béton classique n'est, par ailleurs, pas totalement étanche, « critère d'autant plus sensible que nous en sommes en présence d'eaux chargées et donc fortement agressives ». D'où des risques de corrosion rapide au niveau des armatures. Il en a résulté le choix du BSI, le BFUP (béton fibré à ultra hautes performances) mis au point par Eiffage TP et Sika, les caractéristiques du matériau permettant de réaliser des structures très fines de seulement 35 mm d'épaisseur, exemptes de tout ferraillage.

Dans la pratique, chacun des nénuphars est composé de 10 secteurs, de 1,50 m de hauteur, coulés à l'envers sur un matériau en polystyrène. Eu égard à la taille et au poids des structures (17 t), il était en effet impossible de les transporter entières, d'où la décision de les préfabriquer en atelier. Les nénuphars ont donc été ensuite reconstitués sur site, l'assemblage étant réalisé par l'intermédiaire d'un noyau central et d'une poutre périphérique - destinée à rigidifier l'ensemble et habillée d'une corniche en BSI - ces deux éléments, en béton armé étant coulés sur place et munis de connecteurs. La hauteur d'eau des bassins pouvant varier selon des amplitudes de 7 m, les nénuphars sont fixés en trois points afin de pouvoir redescendre sur des gabions. « À l'étiage, les nénuphars ne viendront ainsi pas se poser directement sur le fond », explique René-Gérard Salé, « et risquer ainsi de demeurer collés à la vase qui ne manquera pas de s'accumuler dans les bassins au cours du temps ». Ces gabions sont, par ailleurs, munis d'une dalle rainurée qui permettra à l'eau de mieux circuler tout en facilitant leur nettoyage. Avant la mise en flottaison, la zone centrale des nénuphars, limitée par la poutre circulaire, a été revêtue d'un liner et remplie de terre afin de recevoir, par la suite, des plantations.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°297

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Un panel de solutions pour mettre les sols à niveau

Un panel de solutions pour mettre les sols à niveau

Minces, parfaitement planes, résistantes et légères, les chapes fluides offrent performances, facilité de mise œuvre et suivi qualité rigoureux, de la formulation à l'application.[…]

30/10/2018 | Technipédia
Data centers (1/3) – La course à la sobriété des data centers

Data centers (1/3) – La course à la sobriété des data centers

Data centers (2/3) – À la recherche des frigories gratuites

Data centers (2/3) – À la recherche des frigories gratuites

Data centers (3/3) – Des installations sous surveillance

Data centers (3/3) – Des installations sous surveillance

Plus d'articles