Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Dossier

Dossier gares (1/5) - Nécessaires cures de jouvence

Dossier gares (1/5) - Nécessaires cures de jouvence

Classée Monument historique, la grande verrière de la gare de Bordeaux Saint-Jean (33) a fait l'objet d'une réfection complète. Sa charpente qui s'était légèrement déplacée avec le temps a été soulevée et repositionnée dans son axe.

© Mathieu Lee Vigneau/SNCF-Arep

Le bon fonctionnement des gares implique des restructurations régulières. Des opérations de longue haleine, souvent complexes, qui doivent être conduites sans perturber le trafic ferroviaire.

Les travaux de rénovation des gares existantes dépassent en ampleur la création de nouveaux équipements. Ils sont généralement dictés par une hausse du flux de voyageurs, liée, par exemple, à l'ouverture d'une nouvelle ligne à grande vitesse, d'une liaison connexe (métro, RER, tramway) ou à l'arrivée d'un matériel roulant de plus grande capacité (ex : réseau Transilien). Les interventions cherchent avant tout à apporter de la fluidité aux cheminements et tout particulièrement aux circulations verticales. Elles se traduisent par l'ajout d'escaliers mécaniques, d'ascenseurs, obligeant parfois à travailler au cœur du dispositif, lieu de passage entre tous les transports (métro, RER, train…), comme ce fut le cas à Saint-Lazare et comme cela le sera prochainement à Montparnasse, à Paris. Mais la transformation a bien souvent une portée plus large et conduit à une requalification des espaces pour améliorer l'accueil des voyageurs et développer une offre de services et de commerces. S'ensuivent des travaux d'aménagement intérieur, le renouvellement des zones d'attente, des modes d'information, la réfection des sols, des finitions, mais aussi la recherche d'éclairage naturel…

Le respect du bâti existant

Intervenir sur l'existant nécessite une attention particulière à l'histoire de la gare. De nombreux ouvrages du XIX e siècle sont, en effet, inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques (ISMH). La mise en valeur des éléments historiques fait donc l'objet d'un dialogue avec les architectes en chef des Monuments historiques et des Bâtiments de France, mais elle n'empêche pas, comme à Marseille (13) ou à Strasbourg (67), d'adjoindre une aile contemporaine au bâtiment. Face à des ouvrages anciens de grande qualité architecturale, la difficulté est parfois de restaurer à l'identique tout en répondant aux nouvelles normes actuelles.

« Dans le cadre des travaux de la grande halle métallique de la gare d 'Austerlitz, à Paris, un travail a été mené avec le CSTB pour optimiser les contraintes climatiques des calculs aux Eurocodes. Des essais en soufflerie ont pour cela été réalisés sur une maquette de la gare et du quartier », explique Matthieu Leste-ven, responsable d'unité Projets nationaux chez Arep. Les programmes de restructuration sont souvent longs et complexes. Les[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°373

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Les gares passent en classe confort

Dossier

Les gares passent en classe confort

Conjuguant projet de transport et projet urbain, les gares françaises, rénovées ou nouvellement construites, doivent s'adapter à l'évolution des usages - intermodalité, mobilité,[…]

21/12/2018 | ERP
Dossier gares (2/5) - Espaces à vivre et à parcourir

Dossier

Dossier gares (2/5) - Espaces à vivre et à parcourir

Dossier gares (3/5) - Organiser l'affluence des voyageurs

Dossier

Dossier gares (3/5) - Organiser l'affluence des voyageurs

Dossier gares (4/5) - Le bien-être été comme hiver

Dossier

Dossier gares (4/5) - Le bien-être été comme hiver

Plus d'articles