Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

MUSEOGRAPHIE Le musée des Arts décoratifs fait peau neuve

Sujets relatifs :

MUSEOGRAPHIE Le musée des Arts décoratifs fait peau neuve

Papiers peints panoramiques, armoires, horloges, épingles de cravate… Lorsqu’il rouvrira ses portes à l’automne 2006, le musée des Arts décoratifs réunira en un lieu unique environ 4 500 objets du quotidien, qui vont du Moyen Âge à nos jours. Quatre équipes d’architectes ont travaillé par zone, en étroite collaboration avec les conservateurs concernés. À savoir, Bruno ­Moinard et Oscar ­Tusquets chargés des collections historiques, Sylvain Dubuisson de la partie contemporaine, ­Bernard Desmoulin de la galerie Dubuffet, des jouets et de la galerie d’étude, Daniel Kahane de l’espace des expositions temporaires et des circulations. Conçu sur 9 500 m2, le parcours croise les présentations chronologiques et typologiques. Sa linéarité est rompue par des plafonds rabaissés, des murs de refends et des chicanes, des angles vitrés équipés de fibres optiques et des entrées décalées. Le cheminement est rythmé par dix period rooms, ou petits salons fidèlement restaurés par des ornementalistes pour faire revivre les œuvres dans leur contexte. C’est la cohérence des matériaux et des coloris qui assure la continuité entre les diverses approches architecturales. Enjeu du projet : restituer l’identité d’origine et la fluidité visuelle sur la ville. D’où la suppression du plancher métallique interne de la grande nef centrale pour lui redonner son volume d’antan, la réouverture des occuli et la libération des baies latérales des galeries, côté jardin du Carrousel et rue de Rivoli. De grands modules de vitrages simplement maintenus par des pattes en acier brossé créent la transparence entre les galeries et la nef. Contraintes d’un ERP en partie de grande hauteur (IGH) et respect de l’existant obligent, les procédés industriels ont été conjugués aux pratiques artisanales pour assurer la sécurité du public, du personnel et des œuvres. De même, encloisonnement et désenfumage des escaliers, mise en place de portes coupe-feu, accès pompiers en façade et nouvelles issues de secours, création de colonnes sèches et de robinets d’incendie armés (RIA), améliorent la conformité à la réglementation contre l’incendie. Soit un financement de 34 Me, à la fois public (ministère de la Culture) et privé (mécènes, donateurs), qui permettra au musée des Arts décoratifs de respecter l’engagement de ses fondateurs : « Entretenir en France la culture des Arts qui poursuivent la réalisation du beau dans l’utile ».

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°260

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Qualité de l’enveloppe : le signal d'alarme est tiré

Qualité de l’enveloppe : le signal d'alarme est tiré

Le Groupe de travail sur la qualité de l'enveloppe (GTQE) du Pôle de compétitivité Fibres-Énergivie publie un livre blanc en faveur d’une enveloppe performante pour un bâtiment sain et[…]

Finalcad lève 40 millions de dollars

Finalcad lève 40 millions de dollars

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Enquête

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Plus d'articles