Murs inclinés parés de briques

Sujets relatifs :

PHOTO - 842021.BR.jpg

© Doc. Vincent Fillon

L’agence lilloise Face B a conçu, à Nanterre (Hauts-de-Seine), un immeuble de bureaux dont les façades revêtues de briques s’inclinent à partir du niveau R+1. Le bâtiment, qui réunit des bureaux et une pépinière d’entreprises sur 18 000 m2, s’apparente à un monolithe habillé de briques. Son plan est cependant tridenté à partir du R+2, où il ménage des creux en façade nord-ouest pour apporter de la lumière au cœur de patios intérieurs. Curieusement, les trois pignons caractérisant les niveaux R+2 à R+5 présentent une inclinaison d’autant plus repérable que les murs sont aveugles. Un parti pris assumé par le tandem composé de Camille Mourier et de Germain Pluvinage, qui livre là sa première commande pour le compte de BNP Paribas Immobilier. « Pour obtenir un mur vertical sans enfreindre les règles d’urbanisme, il aurait fallu observer un retrait assez important par rapport à la ligne de parcelle, et donc perdre des mètres carrés, explique Germain Pluvinage. Le prospect d’urbanisme autorisant les premiers jours jusqu’à R+1, nous en avons profité pour installer au RDC et au premier niveau la pépinière d’entreprises. » À partir du R+2, les pignons offrent en revanche un angle rentrant de 12 % par rapport à la verticale. Toute la question était d’habiller ces pans de murs biseautés. « Nous souhaitions marquer la continuité avec le parement en brique de l’immeuble. Compte tenu des désordres potentiellement induits par les questions d’étanchéité, il fallait employer une brique dense, très peu poreuse et non sujette aux efflorescences. Le choix s’est porté sur une brique noire ayant subi deux cuissons, collée avec un joint mince de 6 mm », résume le jeune architecte. La réflexion menée ensuite avec l’entreprise Byn a porté sur le système de fixation au support - un mur porteur en béton armé. Pour garantir la cohésion des briques, on a multiplié les organes de support en acier inoxydable et les attaches réparties sur la surface de l’ouvrage. Le parement repose ainsi sur des « rails » et est maintenu par des équerres disposées tous les quatre lits à la verticale, et tous les deux lits à l’horizontale. La pose de chaque équerre a fait l’objet d’une reprise d’étanchéité et, dans la zone d’inclinaison du pignon, une discrète couvertine en aluminium anodisé prévient la pénétration de l’eau de pluie. Un habillage qui totalise 540 m2 de maçonnerie de briques de terre cuite.

N°341

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°341

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

BIM in the USA

BIM in the USA

La digitalisation de la construction semble acquise aux États-Unis. Mais le pays de l'Oncle Sam est-il pour autant en avance sur la France ? Petit tour de l'actualité numérique à Boston pour s'en rendre[…]

BFUP : La guerre des bétons ?

BFUP : La guerre des bétons ?

Le Sycabel édite son guide RPC câbles

Le Sycabel édite son guide RPC câbles

PaintUP robotise l'entretien et la peinture sur grande façade

PaintUP robotise l'entretien et la peinture sur grande façade

Plus d'articles