Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Motorisation indéréglable pour portes coulissantes géantes

Sujets relatifs :

Motorisation indéréglable pour portes coulissantes géantes

1. L’immense bâtiment de la base logistique Socamaine,qui s’étend sur 42 000 m2, sert à entreposer les marchandises de 35 grandes surfaces E. Leclerc. Il est divisé en cellules de compartimentage de 5 000 ou 10 000 m2.

Pour éviter tout risque d’incendie, un bâtiment de stockage de denrées a été compartimenté en cellules dotées de grandes portes coulissantes coupe-feu, elles-mêmes équipées d’un double dispositif à fermeture par gravité et à réouverture forcée.

Implantée dans la banlieue du Mans (Sarthe), la base logistique Socamaine de Champagne a pour vocation de fournir trente-cinq grandes surfaces de l’enseigne E. Leclerc, réparties dans l’ouest de la France. Couvrant une superficie de 42 000 m2, cet immense bâtiment a été conçu par les architectes A. Boutet et D. Desforges. Il entrepose les quelque 60 000 tonnes de produits secs approvisionnés par les différents fournisseurs affiliés à l’enseigne. Stockées sur une hauteur de 10 m, les marchandises doivent être acheminées dans d’énormes chariots de manutention de 2, 20 m de largeur par 6,20 m de hauteur, guidés par des faisceaux électriques disposés au sol. Afin de limiter la propagation de l’incendie, le volume est compartimenté en cellules de 5 000 ou 10 000 m2 délimitées par des murs coupe-feu réalisés en Siporex ou en béton de 20 cm d’épaisseur. Pour se déplacer à pied d’une cellule à l’autre, des portes battantes CF 2 h de 0,90 m de largeur par 2,10 m de hauteur, sont placées dans les murs. Elles sont doublées de grandes portes coulissantes sophistiquées permettant de faire circuler les chariots. D’une épaisseur de 82 mm, ces portes comportent deux parements en tôle d’acier galvanisé prépeint, insérant en leur milieu une couche d’isolant minéral de 80 mm, constituée d’un complexe de plâtre armé et de laine de roche haute densité. À raison d’une ou deux portes par cellule, la base contient au total 21 portes monumentales coulissantes, dont la majorité mesurent 5 m de hauteur. Quelques-unes, encore plus grandes, atteignent 7 m de hauteur, pour une largeur de 4 à 6 m. La taille impressionnante de ces portes ainsi que leur poids de l’ordre de 2 500 kg pour un modèle de 6 x 7 m, soit 60 kg au m2, a nécessité une étude spécifique du fabricant Malerba.

Modules préfabriqués assemblables

Ces portes présentent des caractéristiques très particulières, puisqu’elles ne peuvent se fermer qu’à l’aide de leur énergie intrinsèque (gravité et contrepoids). En effet, étant toujours laissées ouvertes, elles doivent se fermer automatiquement en cas d’incendie. Pour ce, chacune d’entre elles est pourvue d’un détecteur de fumée qui envoie l’information à une centrale d’alarme de sécurité incendie qui actionne elle-même un contact coupant l’alimentation. Au cas où cette centrale alarme ne fonctionnerait pas, une ligne à fusible thermo-électrique de sécurité ferme la porte. Le système hydraulique de fermeture se compose d’un embrayage frein électro-­magnétique, une sorte de gros aimant qui freine la porte très lourde. Ainsi, lorsque la centrale d’alarme coupe l’alimentation, la porte descend par son propre poids, car elle est suspendue et montée sur un rail métallique incliné suivant une pente de 1 à 2 %, installé en partie haute. En fait, ces énormes portes CF 2 h, préfabriquées dans l’usine de Malerba, sont livrées en modules de 1 m de largeur par 2,40 m de hauteur, prêts à être assemblés sur site. Étant pourvus, sur leurs tranches verticales, d’un système à tenons et mortaises, ces modules sont prêts à être assemblés, pour ne former qu’une seule porte. Montés progressivement bande par bande, ils sont vissés, en partie supérieure, sur la bande déjà formée. Par ailleurs, le système breveté appelé OuvradaS 40 S, qui équipe chaque porte, est une motorisation indéréglable et dénuée d’entretien qui ne sert qu’à ouvrir la porte, en maintenant manuellement le bouton du boîtier de commande. Sachant que la fermeture automatique de la porte n’est pas motorisée, afin d’éviter tout risque de panne de moteur en cas d’incendie. La priorité absolue étant d’assurer la sécurité incendie, en toute circonstance.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°272

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Panneaux solaires hybrides, la quête du rendement

Panneaux solaires hybrides, la quête du rendement

Avec moins d'encombrement et un meilleur rendement, les solutions solaires de production d'électricité et de chaleur ont le vent en poupe. Mais leur pertinence économique face au photovoltaïque seul n'est[…]

02/07/2019 | ChantierTechnipédia
Lille investit dans sa Bourse

Lille investit dans sa Bourse

Un écrin design au double mur de béton

Un écrin design au double mur de béton

Inauguration de L'Arbre blanc, à Montpellier

Inauguration de L'Arbre blanc, à Montpellier

Plus d'articles