Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Mostra Convegno : les innovations italiennes en génie climatique

Sujets relatifs :

Mostra Convegno : les innovations italiennes en génie climatique

Baltur, comme tous les constructeurs en Italie, propose des corps de chauffe à condensation enfermés dans une armoire inox. (Doc. P.P.)

Le salon milanais de la Mostra Convegno a mis en évidence la multiplication des pompes à chaleur gaz, la standardisation des chaudières à condensation, le développement des chaufferies préfabriquées et l’arrivée de nouveaux matériaux en sanitaire.

En Italie, la pompe à chaleur fait un retour remarqué avec des matériels de nouvelle génération, très performants. Le fabricant Robur a profité de la Mostra Convegno pour dévoiler sa nouvelle gamme de pompes à chaleur gaz à absorption réversibles GAHP, déclinée en trois versions : chauffage seul, réversible, chauffage et froid simultanés.

Le modèle GAHP-A est une Pac à absorption à gaz, chauffage seul, à condensation par air, d’une puissance nominale de 36,2 kW. Pour une température extérieure de –7°C et un départ d’eau à 60°C, le rendement est encore de 112 % sur PCI. Cet appareil affiche donc des rendements supérieurs à ceux des meilleures chaudières à condensation, et couvre la totalité des besoins de chauffage, sans chaudière d’appoint. Le modèle eau/eau GAHP-W peut fonctionner soit sur puisage, soit avec des capteurs enterrés. Il produit de l’eau chaude à 65°C et de l’eau glacée à 5°C. En production simultanée de chaleur et de froid, son rendement atteint 227% (73% en froid 154 % en chaud) sur PCI pour une puissance de 38,8 kW (départ à 50°C – retour à 30°C) en chauffage et de 18,4 kW (départ à 7°C – retour à 10°C).

Accorroni a adopté une autre technologie avec l’emploi, sur ses six modèles de Pac à gaz, d’un moteur endothermique à cycle Otto. Ce moteur à combustion interne – de 4 cylindres et 900 cc de cylindrée – tourne entre 2 000 et 3 000 tours/min. Une boîte de vitesse électronique permet de varier sa vitesse et celle du compresseur ouvert qu’il entraîne. Le circuit frigorifique utilise le R134a ou le R407C. Pour maximiser le rendement en chauffage et éviter l’arrêt pour dégivrage, deux échangeurs orientent la chaleur récupérée sur le moteur soit vers le dégivrage du condenseur – ce qui évite l’arrêt du cycle – soit vers le circuit de chauffage.

Tous ces modèles sont réversibles et capables de produire de la chaleur et du froid. Ces Pac savent donc fabriquer de l’ECS l’été, tout en assurant le rafraîchissement des locaux. Accorroni exprime la puissance de ses Pac à l’aide de trois valeurs : la chaleur récupérée sur le moteur et sur les produits de combustion (28 et 30 kW selon les modèles), la puissance froid de la Pac (27, 29 ou 32 kW) et la puissance chaud de la Pac (28 ou 30 kW). Acoustique : installation des chaudières à l’extérieurEn hiver, la puissance disponible pour le chauffage est donc la somme de la puissance récupérée sur le moteur et de celle produite par le compresseur.

Les Italiens posent chaque année 250 000 chaudière murales encastrées dans le mur extérieur des maisons individuelles. Ce qui résout les problèmes de bruit et d’encombrement, simplifie l’évacuation des fumées et facilite la maintenance. Tel est le credo de Ferroli avec Domina Insert, deux modèles mixtes instantanés de 24 et de 30 kW à encastrer. Elles sont pilotées par une console de commande déportée et fonctionnent jusqu’à –15°C extérieur. Rien ne s’oppose à leur emploi en France. On trouve toutes sortes de générateurs : classiques, à condensation, chauffage seul, mixte instantané, avec petit ballon incorporé, etc.

Autre tendance, les chaufferies préfabriquées, composées de plusieurs générateurs dans une armoire en acier inoxydable. Les chaudières sont toujours à puissance variable, de plus en plus à condensation. En associant puissance variable et cascade de chaudières, Thermital obtient une variation de puissance de 7,6 à 156,6 kW, avec ses armoires inox Syscon.

Thermodynamique : le CO2 s’installe

L’avenir des fluides HFC (R407C, R410A, R134a) est menacé en Europe. Les constructeurs en cherchent d’autres. Le CO2 est l’un des meilleurs candidats. Ses caractéristiques – pression très élevée (> 100 bar) et température importante – permettent de construire des machines compactes, produisant de l’eau chaude à plus de 70°C, par –15°C à l’extérieur. Sanyo commercialise la seconde génération de son préparateur d’ECS à condensation par air au CO2 : COP de 4,02. Carrier a construit, pour les hôtels et les grandes cuisines, un préparateur d’eau chaude utilisant le CO2.

Les sanitaires, eux, prennent des couleurs. Le hollandais Wet colorise vasques et baignoires dans la masse. D’autres proposent des lavabos monoblocs en matières de synthèse de couleurs vives. Côté matières, le verre est plus présent : vasques, lavabos et cabines, parois de douches et baignoires… La fibre de carbone est utilisée avec une armature en titane, pour façonner un lavabo mural autoportant. En attendant les receveurs de douches et les baignoires dans cette matière. Enfin, les cabines de douche perdent leurs portes et gagnent en simplicité.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°243

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Modules pour tout-petits

Modules pour tout-petits

Mercredi 13 février, les neufs modules constitutifs d'une crèche bâtie dans l'enceinte de l'hôpital Trousseau à Paris ont été grutés puis mis en place. Une crèche de 220 m2[…]

15/02/2019 | Chantier
Congrès Cinov 2019, cap sur la 3e révolution industrielle

Congrès Cinov 2019, cap sur la 3e révolution industrielle

Philippe Gruat prend la tête de la Filière Béton

Philippe Gruat prend la tête de la Filière Béton

"L'innovation est dans le croisement des approches" - Franck Boutté Consultants (21/21)

"L'innovation est dans le croisement des approches" - Franck Boutté Consultants (21/21)

Plus d'articles