Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Monumental puzzle en bois

Sujets relatifs :

Monumental puzzle en bois

Séville s’est doté d’une nouvelle icône architecturale, une structure organique en bois, destinée à devenir son futur centre culturel, commercial et touristique.

Au cœur du centre historique médiéval de Séville (Espagne), surla Plaza de la Encarnación, vient d’être inauguré un imposant ouvrage-sculpture. Conçu par l’architecte berlinois Jürgen Mayer H., lauréat du concours international pour la réhabilitation du site en 2004, l’édifice atteint 28 m de hauteur sur 150 m de longueur et 70 mde largeur.

Culminant à 21 m au-dessus de la place, un café-restaurant et une promenade panoramique jouxtent les toits de la ville. Au sol, deux niveaux d’esplanades sont destinés à accueillir marchés, commerces et manifestations culturelles. Enfin, au sous-sol,un musée archéologique expose les vestiges romains découverts durant la phase d’étude du projet.

Cet ouvrage est composé de quelque 3 400 pièces de bois, toutes différentes les unes des autres. Épaisses de 6,8 à 31 cm et mesurant 16,5 m x 3,5 m pour la plus grande, elles sont reliées par autant de nœuds d’assemblage en acier, selon une trame de 1,5 m x 1,5 m. Réalisées à partir de Kerto-Q de Finnforest, panneaux de placages d’épicéa thermo­collés, elles sont renforcées par des tiges filetées métalliquesdestinées à l’assemblage. Les éléments ont été préchauffés à haute température, afin de mieux résister aux grandes chaleurs de la région, puis entièrement recouverts d’une couche de protection polyuréthanne imperméable sauf à la vapeur d’eau. La mise en œuvre a ensuite été effectuée pièce par pièce, dans un ordre précis, comme pour un puzzle en trois dimensions.

La structure prend appui sur six colonnes cylindriques, réparties de manière à respecter l’emplacement des vestiges romains sous-jacents. Seules les fondations et les deux colonnes abritant les ascenseurs ont été réalisées en béton. Ces derniers desservent le restaurant panoramique qui repose sur une plate-forme an acier. L’édifice, se déployant en une large toiture ondulante sur 11 000 m², évoque un ensemble de gigantesques champignons ou parasols.

Cet assemblage entrelaçant lignes orthogonales et courbes paraboliques est l’une des plus grandes et plus complexes constructions en bois au monde.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°306

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Entretien avec Joël Latour, référent technique national maçonnerie et second œuvre chez Qualiconsult, à propos de l'aspect réglementaire des acrotères. CTB Pour quelles raisons avoir[…]

10/07/2019 |
BFUP : Des textes et des domaines d'application différents

BFUP : Des textes et des domaines d'application différents

Réduire et limiter les nuisances lumineuses

Réduire et limiter les nuisances lumineuses

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Interview

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Plus d'articles