Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Mobilier intégré sous un habillage en acier laqué

Sujets relatifs :

Mobilier intégré sous un habillage en acier laqué

Le showroom de lampes sur pieds occupe une niche plaquée de bois de noyer d’Amérique, fermée par quatre portes en accordéon de 50 cm de largeur.

© (Doc. agence fd+hk.)

Pour rendre attrayant un petit commerce artisanal traditionnel d’électricité, les architectes ont intégré un mobilier contemporain, en mixant habilement des composants structurels préfabriqués et des éléments d’habillage sur mesure.

« L'entreprise Nicolas souhaitait moderniser son identité et mettre en valeur ses compétences d’installateur électrique et d’éclairagiste », expliquent les architectes Frédéric Descamps et Harold Klinger, chargés de l’aménagement d’un local commercial situé à proximité de la gare de Lyon, à Paris (xiie). « D’une surface de 32 m2, la boutique devait conserver sa fonction première de vente au détail », ajoutent-t-ils. À partir d’un budget réduit de 102 565 e HT, la première contrainte a été de conserver la même capacité de stockage pour le petit matériel (ampoules, prises de courant, fils électriques, piles, etc.). En seconde contrainte, il a fallu réimplanter un grand comptoir de vente avec intégration d’un poste de travail, inexistant auparavant. Le principe d’aménagement consiste à créer un lieu d’accueil pour les visiteurs ainsi que des espaces de présentation organisés selon trois thématiques : chauffage électrique, luminaires à poser et domotique, et luminaires encastrés en plafond. Mesurant 6,26 m par 5,11 m, l’espace rectangulaire est habillé, sur trois de ses murs, d’une peau verticale de métal laqué blanc, tramée suivant un même module. « Rappelant l’ambiance géométrique des armoires industrielles, cette peau lisse et brillante est volontairement répétitive, ne laissant rien transparaître de son contenu », précise l’architecte. En effet, cette enveloppe blanche abrite les rangements nécessaires. Elle se compose de modules de 50 et 101 cm de largeur. Chaque petit élément tramé est constitué d’une porte basse de 91 cm de hauteur renfermant le petit matériel et la documentation produit. Au-dessus, se superpose une porte haute de 158 cm, qui monte jusqu’au faux plafond. Elle insère une trouée vitrée servant de vitrine pour exposer divers produits électriques (ampoules, etc.).

Une ossature métallique préfabriquée

Quant au système structurel préfabriqué de chez Manutan, entièrement en acier galvanisé, il comprend des montants et des traverses de 3,5 cm de largeur qui accueillent des tablettes pliées de 10 et 20 cm de largeur par 98 cm de longueur. S’appuyant sur les raidisseurs rivetés, ces plateaux modulés sont assemblés pour s’adapter aux trois profondeurs de 40, 50 et 60 cm. Chaque échelle est maintenue au mur, en partie supérieure, par deux équerres, soit quatre équerres par module. Sachant que cette ossature est systématiquement décollée des murs existants de 5 ou 10 cm, pour laisser passer les câblages, ainsi dissimulés. Cette structure est ensuite habillée de portes en tôle d’acier thermolaqué blanc fabriquées sur mesure et mises en œuvre par l’entreprise Van Mullem. Elles sont dotées de trois dispositifs d’ouvertures adaptés à leurs fonctions. Le premier est un type d’ouvrant à la française. Les portes basses sont pourvues de deux charnières invisibles, alors que trois autres charnières équipent les portes hautes. Ces dernières présentent, en zone inférieure, une fenêtre fixe vitrée de 41 cm de longueur par 15 cm de hauteur. Cette petite vitrine est fixée par des goujons démontables sur quatre cornières qui pincent le verre et son joint mousse. Afin d’assurer un alignement parfait de toutes les portes, trois plinthes en acier thermolaqué ont été posées en pied, et en zones intermédiaire et haute. Ainsi, les deux portes superposées butent sur une bande métallique de 8 cm de hauteur qui fait office de joint creux permettant leur ouverture. En effet, chaque porte est agrémentée d’un pli intérieur encastré et invisible de 2 cm d’épaisseur qui, réalisé à 45°, offre une bonne prise en main.

Trois types d’éclairages

Le second système d’ouverture « en accordéon » est placé sur deux éléments et quatre portes d’un des trois murs, créant une niche qui sert à exposer une sélection de lampes sur pieds.

Il est constitué de deux rails en aluminium à coulisse haut et bas de marque Hawa, dotés de galets en Téflon : ce système coulissant étant masqué. La niche est parée de panneaux en stratifié plaqués de feuilles de bois de noyer d’Amérique de chez Oberflex. Les pièces prédécoupées, livrées, puis posées, sont ensuite vernies. Pour le troisième procédé d’ouverture, il concerne quatre modules télescopiques verticaux toute hauteur de 25 cm de largeur, 252 cm de hauteur et 60 cm de profondeur. Conçus comme des « tiroirs » longilignes, ils servent de supports ­d’exposition aux derniers modèles de radiateurs et ­sèche-serviettes. Chacun se compose d’un cadre à cornières laquées sur lequel est vissé un panneau de particule d’accrochage du matériel. Il coulisse grâce à deux rails hauts et bas, et à une roulette glissée en tête, sous le panneau.

L’éclairage a été conçu selon trois axes : un éclairage global, un plafond showroom et un luminaire ponctuel. Simple, l’éclairage général consiste à encastrer des lignes de spots Down Light de iGuzzini dans le plafond en ossature bois et plaques de placoplâtre. Implantés le long de la façade et des murs, ces spots sont répartis suivant un pas de 50 cm ou de 1 m, correspondant au réticulage des portes. Le plafond démontable, doté d’un décaissé de 57 cm de hauteur, aligne cinq modules en aluminium laqué blanc mat, de 1 m de largeur. Il incorpore une douzaine de luminaires différents, exposés en vraie grandeur.

Pour le luminaire ponctuel, la suspension épurée du belge Maarten Van Severen surplombe le comptoir. Ce dernier, qui mesure 3 m de longueur, 92 cm de hauteur 75 cm de profondeur, règne avec les meubles bas. Il est constitué d’une ossature en panneaux de particules sur laquelle repose un épais plateau autoportant en Corian (mélange de résine et de pierre), fourni et mis en œuvre par la société Créa Diffusion.

Sa couleur gris-vert est assortie avec le sol ­existant en granito.

.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Le marché du Foirail fait Pau neuve

Le marché du Foirail fait Pau neuve

Le marché palois a cédé sa place à un bâtiment culturel de 3 000 m2 construit à partir de la coupole historique, signature du site. Opération délicate, le chantier a nécessité une étude de risques pointue.Transformer l'ancien...

24/09/2021 | Actualité
Un Meccano en bois XXL

Un Meccano en bois XXL

Approche collaborative de grande ampleur

Approche collaborative de grande ampleur

Iter, le chantier du roi Soleil

Iter, le chantier du roi Soleil