Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Matières et jeux de lumières adaptés à l’air du large

Sujets relatifs :

Matières et jeux de lumières adaptés à l’air du large

Malgré un air chargé en sel, l’Intercontinental Thalassa et Spa de Bora Bora possède de nombreux espaces ouverts sur le lagon. D’où un choix très strict de matières adaptées à cette contrainte que lon retrouve dans ce restaurant primitif.

Les conditions atmosphériques difficiles et les lumières changeantes du lieu ont conditionné l’aménagement de cet hôtel de luxe, construit sur pilotis et ouvert sur le lagon.

La mise en scène intérieure de l’Inter­continental Thalassa et Spa de Bora Bora a été confiée aux architectes d’intérieur Sylvain Proyart et Carole Tessier, qui se sont investis dans un travail poussé des matières et des éclairages. Le résultat : un mariage innovant d’art polynésien réinterprété et de design contemporain, visant à surprendre, charmer et retenir les visiteurs. Par ailleurs, cet ensemble de luxe réalisé par l’architecte Philippe Grandou de l’agence IIHI de Papeete innove sur le plan environnemental. En effet, une climatisation naturelle a été mise en place grâce à la circulation dans les bungalows et les parties communes, d’une eau puisée à 7° à 915 m dans les profondeurs du lagon. Cette eau est également utilisée pour la thalassothérapie.

Une ouverture sur le lagon

Les espaces communs comprennent deux restaurants et trois bars dont le bar blanc, d’une superficie de 100 m². Immatériel et pur, avec un mobilier jouant sur l’élégance. le design de chaque chaise y est unique. La présence d’un air très salin, de surcroît brûlant du fait des UV, comme dans la quasi-totalité des espaces communs de l’hôtel, s’est avéré être une forte contrainte pour les architectes. Une première réponse a été d’écarter les matières les moins résistantes comme les essences nobles d’ébénisterie. Toutes les toitures sont en fibre de palmiers tissée dit Pandanus (1). Particulièrement légère, elle absorbe en outre parfaitement les sons. Pour des raisons d’entretien, les sols sont en grès Céram. Du fait des conditions atmosphériques difficiles qui font fortement travailler les bois sur la durée, la gamme d’essences a été restreinte à quelques espèces (merbau et au bambou). Pour habiller le mobilier et les murs, ont été privilégiées des matières plastifiées fournies par Placide Joliet ou Elitis ou des tissus type Trévira CS ou ignifugés en classe M1 ou M2 provenant de chez Lelievre, Rubelli, Metaphore, Jim Thomson, Elitis, Zimmet ou Rhode. « Le Trevira convient par exemple parfaitement bien, souligne Sylvain Proyart. Ce tissu ininflammable est certes brillant mais renvoie une lumière naturelle, et a un aspect soierie. Nous avons aussi exploité des matières plus brutes comme le crin et le ­chanvre. Une autre particularité du lieu est que le fond de l’eau est changeant. Il est très compliqué de gérer les couleurs alors que leur perception change en une demi-heure avec la lumière. » De jour, la lumière canalisée par les grandes toitures descendant très bas se trouve filtrée par les stores. Toutes les ouvertures ont été pourvues de stores brise-vent et brise-lumière, pour filtrer la lumière rasante, et pour protéger des intempéries. Les courants d’air créent une ventilation naturelle, mais de grands voilages lestés avec du fil de plomb de pêche ont été disposés pour cloisonner les espaces. Le mobilier un peu haut aide aussi à fragmenter l’espace en coins intimistes.

Des sources lumineuses combinées

« Pour réaliser cette ambiance modulable et graphique, confie Sylvain Proyart, il est toujours intéressant d’avoir trois types d’éclairages dans une pièce, par le haut, par le bas et en aérien. » Des lumières techniques mettant en valeur la haute charpente ont été combinées à d’autres plus intimistes. Comme la nuit tombe très tôt sous les tropiques, des ambiances jour et nuit ont été programmées avec des gradateurs et des variateurs, fournis par le constructeur Hager. Le soir, le décor est ainsi progressivement mis en valeur avec des spots cachés ombre et lumière. Enfin, la présence de voilages permet dans la journée de tamiser la lumière solaire, et le soir de diffuser en douceur la lumière des lampes, un rôle discret assuré aussi par les matières plastifiées du mobilier. La charpente a été peinte avec une lasure un peu blanche préparée sur le chantier. Cette charpente de grande hauteur est mise en valeur par deux séries de petits spots Thorn sur pivots, qui ont été réglés un par un. En aérien, vingt-cinq spots noirs directionnels sur rotule avec faisceaux horizontaux ont été disposés. Dissimulés dans la charpente, ils servent pour l’éclairage de jour. Vingt autres spots, des gamelles noires fixes en « lèche » sur la pente de toiture intérieure, ont été positionnés pour le soir et sont orientés vers le haut. Le tout est complété par six appliques en aluminium Targetti Groupe, brossées sur colonnes structurelles, avec leur faisceau dirigé vers le haut. L’éclairage d’ambiance à incandescence étant éclatant, des abat-jours fermés aux couleurs chaudes ont été privilégiés, fabriqués en fibre de bois collé sur tissu. Les cylindres centraux, qui cassent le grand volume existant sous la charpente de 6 m de hauteur, en sont un bon exemple. Au sol, une forêt de bougies hautes, situées dans des vases ou des pots apportent la note finale, complétée par trois lampadaires design et blancs.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°282

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Dossier

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Des programmes d'envergure apportent un nouveau souffle à des IGH vieillissants tout en les adaptant à l'évolution des exigences et des usages. Façades mal isolées, parfois en simple vitrage,[…]

14/03/2019 | Chantier
L'immeuble qui Pulse le BIM

L'immeuble qui Pulse le BIM

Nouveau tournant pour la soufflerie du CSTB

Nouveau tournant pour la soufflerie du CSTB

Socateb Étanchéité fête ses trois ans avec trois chantiers

Socateb Étanchéité fête ses trois ans avec trois chantiers

Plus d'articles