Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Marché - Les raisons d'un succès

Marché - Les raisons d'un succès

Le parc tertiaire à énergie positive L'Ensoleillée, du promoteur Ywood Nexity, à Aix-en-Provence (13).

© Cyrille Maury

Porté par le développement durable et l'engouement des constructeurs et de la promotion immobilière, l'utilisation du CLT a le vent en poupe. Le point sur un système constructif prometteur.

À l'origine de la création des panneaux en bois massif contrecollé en couches croisées (Cross Laminated Timber), un architecte - Jean Prouvé - qui utilise des panneaux trois plis en bois contrecollé Rousseau pour sa propre maison à Nancy (photo ci-dessous) dès 1954. Ils seront prescrits sur des bâtiments industriels collectifs en structure et support de couverture avant d'être supplantés, au fil du temps, par d'autres types de panneaux contreplaqués.

La maison de l'architecte Jean Prouvé, qui le premier, en 1954, imagina utiliser le CLT dans la construction.

Vers davantage de performances

À partir des années 90, le CLT fait son retour à l'initiative des scieurs allemands et autrichiens, rejoints depuis par des fabricants hexagonaux. L'objectif de ces produits de seconde transformation ? Augmenter la performance du matériau bois et valoriser une ressource forestière de qualité moindre. Après une tentative de développement en maison individuelle, peu concluante sur le plan économique, la stratégie est d'utiliser le CLT plus rationnellement dans les bâtiments à étages de R+1 à R+4 pour des applications de longues portées. Et depuis peu, pour des constructions plus élevées (lire p. 54).

Ce positionnement profite en effet de l'émergence des bâtiments durables - qui favorisent les bois d'ingénierie (biosourcés, bas carbone, filière sèche) - et des avancées significatives en termes de conception et de maîtrise des risques incendie et sismique - qui ouvrent désormais la voie des immeubles de grande hauteur.

Par ailleurs, l'offre gagne en visibilité. Depuis juillet 2014, l'association CLT France regroupe presque tous les acteurs de la filière, et le concours national « Immeubles à vivre bois », lancé par Adiv Bois (créé en 2016 pour promouvoir la filière) et le Plan urbanisme construction architecture (Puca), a remporté un succès notable : 24 équipes en compétition et 13 projets lauréats en cours de programmation. Dans un pays caractérisé par une forte culture béton, le grand atout du CLT est de proposer un système constructif à part entière, capable de réaliser des ouvrages structurels de très grandes dimensions - planchers, murs, voiles tra-vaillants, cloisons séparatives et supports de toiture - en intégrant les exigences[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°368

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

L’entreprise AGP a réalisé en 25 ans une quinzaine de relevé de Notre-Dame. Il compile aujourd’hui les différents nuages de points réalisés afin de proposer une maquette complète de[…]

18/04/2019 | Actualité
Notre-Dame : « Les travaux de rénovation sont la cause de trois quart des incendies des bâtiments historiques » Claude Delahaye (Verspieren)

Notre-Dame : « Les travaux de rénovation sont la cause de trois quart des incendies des bâtiments historiques » Claude Delahaye (Verspieren)

Notre-Dame : enjeux juridiques autour de la reconstruction

Notre-Dame : enjeux juridiques autour de la reconstruction

Le point sur l’expérimentation E+C-

Le point sur l’expérimentation E+C-

Plus d'articles