Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

LonWorld 2003 consacre le rôle des intégrateurs

Sujets relatifs :

LonWorld 2003 consacre le rôle des intégrateurs

Tout peut être piloté avec un réseau LonWorks y compris le désenfumage. Belimo propose tous les composants et logiciels adaptés à cette fonction.

Au cœur du salon-congrès LonWorld 2003, à Munich, le bus de terrain LonWorks. Une preuve du développement de l’interopérabilité dans l’univers de la Gestion technique du bâtiment (GTB) et du rôle croissant des intégrateurs.

Un intégrateur est une entreprise qui choisit matériels et logiciels provenant de différents fournisseurs et les réunit sur un bus de terrain pour satisfaire les besoins actuels et prévisibles de son client. L’intégrateur s’acquitte de sa tâche en utilisant dans son projet des technologies ouvertes. Il en existe plusieurs niveaux. Le salon-congrès LonWorld 2003 qui s’est tenu dernièrement à Munich, a permis de comprendre comment ces technologies ouvertes se combinent entre elles pour le plus grand avantage du client final.

Suivi et maintenance pilotables à distance

Dans le bâtiment, il faut un bus de terrain « ouvert », dont les spécifications sont publiées et que n’importe qui peut utiliser. Le bus LonWorks de l’américain Echelon est actuellement le plus connu du monde de la GTB tertiaire. Les modalités techniques de son utilisation sont codifiées à la fois par Echelon et par LonMark, association qui gère la certification des produits, logiciels et systèmes en relation avec le bus LonWorks. Outre le protocole de communication, deux autres éléments sont importants : les objets Lon et les plug-ins. Les objets sont des profils types permettant de piloter de manière générique un matériel précis : une vanne, un volet, un ascenseur, etc. Cela sous-entend un travail commun des industriels. Ainsi, Grundfos, Salmson, Wilo et KSB ont créé un objet « pompe à vitesse variable ». Toutes les pompes de ce type pourvues d’une puce LonWorks peuvent ainsi être pilotées par n’importe quelle GTB ou supervision qui accepte les objets Lon. Pour les concepteurs et les installateurs de GTB, cela ouvre les choix de matériels et simplifie le travail.

Dans le secteur des portes automatiques, l’entreprise suisse d’automatisation Record a conduit un groupe de développement qui a abouti à la définition d’un profil générique de pilotage et de surveillance. Sur cette base, Record a imaginé Record Admpro, une application de gestion centralisée de portes automatiques qui fonctionne à distance. Le système assure, depuis un ordinateur, l’analyse technique détaillée et le paramétrage des mécanismes raccordés. Une caméra vidéo (webcam) peut être attribuée à chaque porte et facilite leur surveillance et leur commande, lorsqu’elles sont situées dans des endroits sombres. Les alarmes générées sont transmises par e-mail à différents destinataires. Suivi et maintenance sont aussi pilotables à distance ce qui diminue considérablement les frais d’entretien d’un bâtiment.

Le « plug-ins » LNS pour aller plus loin

S’il existe désormais un peu plus de 400 objets techniques Lon en bâtiment, certains fabricants vont plus loin en produisant des « plug-ins » qui s’incorporent à l’objet générique. Honeywell a publié de nombreux « plug-ins » LNS. Le contrôleur Excel 12 de Honeywell, par exemple, embarque plusieurs profils types Space Comfort Controller – Fancoil Object pour ventilo-convecteur, LonMark Lamp Actuator pour l’éclairage et un détecteur de présence. Multicontrôleur pour bureaux, l’Excel 12 pilote 12 fonctions différentes. Les fabricants communiquent leurs « plug-ins » à ceux qui souhaitent les utiliser.

Au-delà des objets et des « plug-ins », la communication entre le niveau local et les applications de l’entreprise est gérée de plus en plus en s’appuyant sur des technologies ouvertes. Toutes ces technologies (XML, SOAP, les services Web, OPC, les objets LON et les « plug-ins ») contribuent à libérer les concepteurs de l’emprise des fabricants. Si un matériel ou un logiciel est choisi aujourd’hui pour une opération en tertiaire, c’est parce qu’il est le plus adapté aux tâches envisagées et qu’il s’insère de manière transparente dans un ensemble cohérent, grâce à l’emploi de technologies inter-opérables et ouvertes.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°240

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Qualité de l’enveloppe : le signal d'alarme est tiré

Qualité de l’enveloppe : le signal d'alarme est tiré

Le Groupe de travail sur la qualité de l'enveloppe (GTQE) du Pôle de compétitivité Fibres-Énergivie publie un livre blanc en faveur d’une enveloppe performante pour un bâtiment sain et[…]

Finalcad lève 40 millions de dollars

Finalcad lève 40 millions de dollars

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Enquête

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Plus d'articles