Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Dossier

Réseaux - Les voies de la communication

Réseaux - Les voies de la communication

Arcom et Citylone proposent deux grands types d'équipement : un boîtier sur ou en pied de luminaire, ou bien un automate installé dans l'armoire électrique qui pilote une série de luminaires.

© Source: Arcom / Citylone

Les transferts de données en smart cities utilisent les réseaux existants - le courant porteur pour l'éclairage - ou développent des réseaux sans fil à bas débit et longue portée, comme LoRa et Sigfox.

Connecter un objet intelligent assure d'une part son contrôle, sa commande et la remontée des retours sur son état. D'autre part, cette connexion véhicule un volume de données potentiellement important. Mes ces dernières ne servent à rien si elles ne sont pas analysées. L'intelligence des objets connectés dans une ville requiert donc à la fois un moyen de communication et une analyse des données transmises. Les concepteurs d'un réseau de communication pour une smart city se posent toujours quatre questions : est-ce que les objets à connecter sont alimentés en électricité en permanence ou pas ? Quel est le débit de données à transmettre ? Faut-il communiquer seulement vers un central ou bien dans les deux sens ? Quel est le coût de connexion acceptable ? Les réponses détermineront les choix techniques de réseaux et de protocoles de communication.

Sifox n'assure pas l'analyse des données, l'entreprise les transmet sur son réseau sans fil bas débit. Les clients de SigFox - ici, Spie - reçoivent et exploitent eux-mêmes leurs données.

Protocole sur courant porteur

Les luminaires d'éclairage public, par définition, sont alimentés en électricité en permanence. La solution de communication toute naturelle consiste à utiliser cette alimentation permanente grâce à un protocole de communication sur courant porteur. Le français Arcom a ainsi développé Citylone, une filiale et une offre de solutions de gestion de l'éclairage public qui communiquent en protocole LonWorks sur courant porteur. Si l'alimentation électrique permanente est en place, mais[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°376

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

1er programme certifié « NF Habitat HQE Ville de Paris »

1er programme certifié « NF Habitat HQE Ville de Paris »

Énergie, économies, qualité de vie et respect de l’environnement sont autant de domaines dans lesquels cette réalisation exemplaire, présentée ce jeudi 18 avril dans le 12ème arrondissement,[…]

Décret Tertiaire : les acteurs de l’efficacité énergétique saluent la concertation

Décret Tertiaire : les acteurs de l’efficacité énergétique saluent la concertation

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

Notre-Dame : « Les travaux de rénovation sont la cause de trois quart des incendies des bâtiments historiques » Claude Delahaye (Verspieren)

Notre-Dame : « Les travaux de rénovation sont la cause de trois quart des incendies des bâtiments historiques » Claude Delahaye (Verspieren)

Plus d'articles