Les Sciences de l’Homme (re)mises en demeure

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

MSH1

La Maison des Sciences de l'Homme a été rénovée par les architectes François Chatillon et Michel Rémon.

© Sergio Grazia

La restitution de sa façade-rideau emblématique a été le morceau de bravoure de la rénovation de la Maison des Sciences de l'Homme à Paris, fleuron de la construction dans les années 60.

Il y a des chantiers de rénovation dont la technicité réside dans la préservation de l’ingénierie originelle. Ainsi en est-il de celui de ce bâtiment, « dont la simplicité apparente cache une grande complexité », explique François Châtillon, architecte mandataire d’une opération menée pour le compte de l’Epaurif (Etablissement public d’aménagement universitaire de la région Île-de-France).Construit entre 1965 et 1969 par l’agence Lods-Depondt-Beauclair, il a subi désamiantage, curage, restauration, mise aux normes et de nouveaux espaces ont été créés en sous-sol. Des interventions lourdes, et pour cause : l’amiante était partout, jusqu’aux interstices entre les dalles et les éléments de la façade-rideau. Or, celle-ci constituait l’identité même de l'édifice.

Des modules de façade conservés

« Chacun des 1 260 modules de façade répétait à l’identique un motif associant volets extérieurs, châssis verrier, et en allège, un caisson accueillant les manivelles des volets ainsi que des éjecto-convecteurs, grâce auxquels le bâtiment a été l’un des premiers dotés d’un contrôle climatique total », décrit l’architecte. Puisqu’il fallait tout déposer pour le désamiantage, le choix a été fait, avec le concours du BET Roux & Associés, de conserver ce dispositif architectural et technique. Les modules ont donc été retirés, désassemblés, nettoyés, restaurés, puis restitués, avec de nouveaux joints et des doubles vitrages.

Vue intérieure des bureaux ; au premier plan, les caissons d'allège qui ont été reconvertis en coffres de rangement mais accueillent toujours les manivelles des volets. Photo : Sergio Grazia

Malgré l’installation d’un nouveau système de thermorégulation, les coffres d’allège sont restés, pour garantir l’esthétique d’origine. Architecte associé en charge du réaménagement intérieur, Michel Rémon a fait preuve de la même discrétion en incrustant des locaux supplémentaires sur un des étages désaffectés du parking. Rien n’a changé, et pourtant c’est un nouveau « bocal des sciences » qui s’apprête à reprendre vie boulevard Raspail.

Nous vous recommandons

Matériaux et architecture durable

Matériaux et architecture durable

La rédaction des CTB vous présente une publication récente. D’un côté, des progrès scientifiques qui assurent aux matériaux des propriétés inédites ; de[…]

26/05/2017 | Librairie
Appel à candidature pour le Prix Aperçus de Loire-Atlantique 2017

Appel à candidature pour le Prix Aperçus de Loire-Atlantique 2017

 BIM’s day épisode 10 : rendez-vous le 13 juin 2017

Agenda

BIM’s day épisode 10 : rendez-vous le 13 juin 2017

« Une construction traditionnelle en parpaing n’est pas invulnérable au feu de forêt »

« Une construction traditionnelle en parpaing n’est pas invulnérable au feu de forêt »

Plus d'articles