Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Les diodes électroluminescentes

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Au moment de la disparition des lampes incandescentes classiques, économies d’énergie obligent, les professionnels de l’éclairage recherchent de plus en plus l’efficacité énergétique. Si les leds constituent l’une des réponses, leurs limites techniques sont à connaître pour en tirer le meilleur parti. Une led est essentiellement composée d’une puce, qui émet des photons, et d’un boîtier, qui protège l’assemblage. Dans les diodes, l’émission de lumière est provoquée par la recombinaison des électrons et des ions positifs à la séparation d’une jonction n-p (voir encadré), sous l’influence d’un champ électrique continu. C’est en 1907 que l’anglais Henry Joseph Round découvre la possibilité d’émettre de la lumière par un semi-conducteur. Vingt années plus tard, le technicien radio russe Oleg Vladimirovich Losev explique comment les électrons, en perdant de l’énergie, peuvent produire de la lumière sans dégager de chaleur. Sa demande de brevet restant sans réponse, il faudra attendre 1955 pour que le physicien américain Rubin Braunstein découvre l’émission infrarouge de l’arséniure de gallium et d’autres types de semi-conducteurs. Enfin, en 1962, l’Américain Nick Holonyak Jr. Américain (Compagnie General Electric) est le premier à créer une diode à spectre visible. Mais en 1992, le Japonais Shuji Nakamura met au point une led bleue à base de nitrure de gallium (GaN), un matériau semi-conducteur beaucoup plus efficace que ses prédécesseurs ; il réalise ensuite une led blanche qui va révolutionner le monde de l’éclairage, en particulier avec le développement des leds de forte puissance (supérieur à 1 W).   Les indicateurs lumineux   Les premières leds commercialisées se limitèrent tout d’abord aux indicateurs lumineux rouges car leurs composants (arséniure phosphure de gallium : GaAsP) ne permettaient pas d’obtenir d’autres couleurs. Entre 1960 et 1970, elles pénètrent le marché de l’affichage numérique, dans les calculatrices, puis dans les montres-bracelets. Mais, les industriels, séduits par leur faible consommation (moins de 1 W) et leur longue durée de vie (100 000 h), provoquent une production de masse entraînant une diminution de leur coût de fabrication. Dans le même temps, les progrès réalisés dans la technologie des semi-conducteurs GaP (phosphure de gallium) permettent l’apparition des leds vertes. Bien que leur efficacité soit moindre, la sensibilité de l’œil humain dans le vert compense cet effet (une led verte avec la même brillance que la rouge).   Les premières utilisations des leds sont assez limitées car leur efficacité lumineuse générale est faible, de l’ordre de 1 lumen par watt (lm/W), mais suffisante pour la signalisation sur tableau, ou pour les feux de circulation (feux tricolores, passages piétons). Une diode électroluminescente appliquée à l’éclairage apparaîtra dans les années[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Balcons - Des ouvrages qui se complexifient

Balcons - Des ouvrages qui se complexifient

La conception des balcons fait l'objet d'évolutions réglementaires en matière d'accessibilité et d'isolation thermique. La qualité des études et de la mise en œuvre[…]

11/09/2018 | ChantierTechnipédia
Risque sismique - Des techniques issues des ouvrages d'art

Risque sismique - Des techniques issues des ouvrages d'art

Risque sismique - Diversification des solutions constructives

Risque sismique - Diversification des solutions constructives

Risque sismique - Les industriels amortissent le choc

Risque sismique - Les industriels amortissent le choc

Plus d'articles
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX