Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Les défis de la grande hauteur

Les défis de la grande hauteur

La tour Silva à Bordeaux (33) : en R+17, avec socle et noyau béton, structure à colombage et planchers CLT. Le remplissage des façades est en Panobloc de Techniwood, pour la performance feu (90 min. ), avec un revêtement sous Atex.

© agence Art & Build et studio Bellecour

Les projets de tours ou d'immeubles de grande hauteur se multiplient en France, en particulier grâce à l'Appel à manifestation d'intérêt piloté par le Puca et AdivBois, l'enjeu étant de démontrer la maturité de la filière.

D'ici à 2021, plus d'une dizaine de programmes d'immeubles bois d'une hauteur allant jusqu'à 50 mètres (de R+8 à R+18) vont voir le jour dans l'Hexagone. En particulier, treize lauréats ont été retenus dans le cadre du concours national piloté par l'association AdivBois et le Plan urbanisme construction architecture (Puca).

Il y a quelques années, l'avenir de la grande hauteur s'écrivait avec les panneaux CLT. La réalité relève d'une diversification des modes constructifs, avec le système poteaux-poutres mixte bois et acier et un recours fréquent au béton pour le contreventement. Si le panneau CLT prédomine pour les planchers et s'avère assez populaire en façades, il est plus rarement choisi pour la structure verticale ou pour les noyaux. Une préoccupation étant d'optimiser la quantité de bois utilisé et de réduire le dimensionnement des fondations.

Assemblages, un point de vigilance

La grande hauteur amplifie les faiblesses du procédé, notamment pour ce qui concerne la raideur de l'assemblage des éléments porteurs en bois, les fixations et les connecteurs constituant des points de moindre résistance en construction bois. « La question des connecteurs est décisive. En CLT grande hauteur, les deux sujets sont la stabilité au feu et le contreventement », résume Benjamin Touraine, responsable activité structures complexes chez Elioth (Groupe Egis). Le couturage des vis entre deux panneaux de CLT est un point de vigilance, car les Eurocodes sont valables pour une stabilité au feu de une heure. Or, pour les[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°368

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Le BIM 4D et la French smart city

Le BIM 4D et la French smart city

Dans le cadre de notre série de 21 entretiens consacrés à l'innovation en 2018, les experts interviewés ont mis en avant un ou deux exemples remarquables. Vous les retrouvez ici. Aujourd'hui, la[…]

22/01/2019 | UrbanismeActualité
"L'impression 3D pour de nouvelles perspectives architecturales" - TPF-I (10/21)

"L'impression 3D pour de nouvelles perspectives architecturales" - TPF-I (10/21)

Le BIM et les IGH bois préconstruits

Le BIM et les IGH bois préconstruits

Première rencontre autour du BIM2022

Première rencontre autour du BIM2022

Plus d'articles