Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Les bonnes pratiques contre l'humidité

Les bonnes pratiques contre l'humidité

La protection d'un plancher intermédiaire contre les intempéries permet également de le préserver des canalisations défectueuses.

© Lignatec

Le CLT assure, sous certaines conditions, une bonne étanchéité à l'air et intervient souvent favorablement dans les transferts hygrothermiques. Des précautions sont néanmoins à prendre lors de la mise en œuvre.

Le CLT, utilisé en France depuis le début des années 2000, connaît un fort engouement depuis cinq ans, indique « Clément Quineau, chargé d'affaires techniques de l'association CLT France. Nous n 'avons pas à ce jour connaissance de pathologies particulières relatives à l' humidité. » Un constat partagé par l'Agence Qualité Construction, qui indique n'avoir rien observé concernant ce matériau au-delà des problématiques classiques liées au bois. « Sur plus de 3 000 projets menés, va-2 de panneaux, le pourcentage de pathologies tend aujourd'hui vers zéro, assure de son côté l'ingénieur Nadja Rémond, chez Lignatec (agent commercial français de KLH). Le cas échéant, cela relève d 'un défaut de conception et/ ou de mise en œuvre, comme on l'observe aussi en ossature bois. »

Le CLT craint peu la pluie, mais il faut veiller à le laisser sécher s'il est humide avant de fermer le complexe (chantier du bâtiment de bureaux Opalia, Paris XIIIe.)

Le rôle du pare-vapeur

Les transferts de vapeur à travers l'enveloppe sont un point clé. Selon les référentiels techniques courants comme le DTU 31.2, le CLT doit être utilisé avec un pare-vapeur (Sd > 18 m, voire > 90 m). Ce DTU est en cours de révision. « Plutôt qu'exiger une valeur absolue de frein-vapeur, on pourrait se diriger vers un différentiel de résistance à la vapeur de l'ordre de 5 entre les parois intérieure et extérieure », commente Jean-Marc Pauget, délégué expert bois du Comité national pour le développement du bois. Voilà pour la méthode traditionnelle.

Il est aussi possible d'avoir recours à l'optimisation des transferts de vapeur par la simulation. On raisonne dans ce cas sans pare-vapeur. Cette approche est légitimée par une recommandation Rage de 2013. « Nous avons mis en évidence que le panneau CLT faisait office de frein-vapeur, indique Nadja Rémond. Dans la plupart des cas, il n'est donc pas utile d[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°368

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Le BIM 4D et la French smart city

Le BIM 4D et la French smart city

Dans le cadre de notre série de 21 entretiens consacrés à l'innovation en 2018, les experts interviewés ont mis en avant un ou deux exemples remarquables. Vous les retrouvez ici. Aujourd'hui, la[…]

22/01/2019 | UrbanismeActualité
"L'impression 3D pour de nouvelles perspectives architecturales" - TPF-I (10/21)

"L'impression 3D pour de nouvelles perspectives architecturales" - TPF-I (10/21)

Le BIM et les IGH bois préconstruits

Le BIM et les IGH bois préconstruits

Première rencontre autour du BIM2022

Première rencontre autour du BIM2022

Plus d'articles