Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Les 700 places dédiées au site marseillais J4 à Marseille

Sujets relatifs :

Les 700 places dédiées au site marseillais J4 à Marseille

« Du fait de son implantation, dans une interface entre deux prestigieux chantiers, et de sa proximité avec la mer, cette réalisation était très complexe » Alain Delorme, maître d’ouvrage délégué, Vinci Park

Situé sur le port de la ville, l’espace culturel « J4 » accueillera pour la fin 2012, un parking sur 4 niveaux. Les contraintes géologiques ont imposé des fondations spéciales.

En 2013, Marseille deviendra la Capitale européenne de la culture. À cette occasion, la cité phocéenne a entrepris un vaste programme d’aménagement en créant plusieurs centres culturels et des infrastructures de transport. Parmi ces réalisations, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) et le Centre régional de la Méditerranée (CRM) prennent place sur le « J4 », une zone située entre le fort Saint-Jean et la cathédrale de La Major, dans le quartier de la Joliette à Marseille. Implanté dans la ZAC de la Cité de la Méditerranée, le terrain est délimité à l’est par le futur boulevard du Littoral, au sud par le Mucem et le CRM, et au nord par le futur Centre de la mer.

Pour accueillir le public des nouvelles infrastructures, un parking souterrain de quatre niveaux et 700 places sur 3 900 m² est en cours de réalisation sous l’esplanade du J4. Livré au dernier trimestre 2012, le parking baptisé « Vieux port Mucem » sera géré par Vinci Park sous la forme d’une concession de quarante ans. Le niveau -1 accueillera les locaux de la Direction de la propreté urbaine (DPU), à laquelle sont attribuées 60 places, et le gabarit à 3,50 m permettra l’accès aux véhicules pour la livraison de matériel et d’œuvres d’art des infrastructures environnantes. En outre, 15 places PMR seront réparties sur les différents niveaux et deux ascenseurs d’une capacité de 630 kg desserviront le parking.

Un chantier contraignant

La fouille du chantier s’est heurtée à différents aléas géotechniques liés à l’histoire du site. Occupé jusqu’en 1870 par la mer, cet emplacement a servi jusqu’en 1930 de zone de remblai avec des terres polluées à laquelle sont venus s’ajouter des voies de chemin de fer et des entrepôts industriels. De par son implantation à quelques mètres du port et à 10 mètres sous le niveau de la mer, l’opération a nécessité un dossier de loi sur l’eau. Sur les 63 300 m³ de déblais, plus de 27 000 m³ étaient pollués.
En outre, l’exposition du site régulièrement soumise à des vents forts a induit la réalisation d’une structure en béton coulé en place, préférée à la mise en œuvre d’éléments préfabriqués impliquant l’utilisation journalière de deux grues. Avec la proximité de la mer, des parois moulées et des pieux sécants presque étanches ont été réalisés. Le niveau inférieur a été doté d’un radier drainant d’une épaisseur de 0,20 m de béton sur 0,50 m de ballast. Au total, ce sont 6 400 m³ de béton et 281 tonnes d’armatures qui ont été nécessaires pour réaliser les parois moulées avec 351 ml de poutres de couronnement. La poutraison de 130 m de long et de 30 m de large repose sur un poteau central et sur les parois moulées. Des poteaux implantés tous les 4,70 m soutiennent des poutres d’une hauteur d’environ 1,20 m.

Accès piétons et véhicules

En surface, l’ensemble des émergences s’aligne sur une bande orientée est-ouest de 11 m de long, située à 10,50 m de la limite nord de l’esplanade. Inscrite dans le plan général d’aménagement du J4 imaginé par l’Atelier Yves Lion, cette bande regroupe les édicules des sorties piétons, la trémie véhicules, le patio de la DPU, les ouvrages techniques de ventilation et la signalétique relative au parking. À l’est, la rampe d’accès et de sortie des véhicules rejoint le boulevard du Littoral. Une bretelle a, par ailleurs, été créée pour un accès direct depuis le nouveau tunnel de la Joliette qui assure la liaison nord-sud de la ville. Trois édicules traités à la manière de kiosques s’alignent ensuite sur cette bande. Deux d’entre eux sont destinés à l’accès aux piétons. Ils sont dotés d’un ascenseur et de caisses de paiement. Le troisième, en position centrale sert d’issue de secours.
Ces kiosques sont habillés de lames métalliques horizontales en acier thermolaqué de couleur blanc perle RAL 1013 pour une meilleure intégration dans le paysage.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°314

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Confort d'été et changement climatique

Dossier

Confort d'été et changement climatique

DEMAIN SERA PLUS CHAUD Intégrer les phénomènes de surchauffe prévus par les climatologues dans la conception et l'aménagement des villes, c'est aussi préparer le bâtiment à assurer[…]

26/06/2019 | ActualitéDossier d'actu
Le bâtiment peine à passer au vert

Dossier

Le bâtiment peine à passer au vert

Quand la ville étouffe

Dossier

Quand la ville étouffe

Le confort d'été n'est pas encore une priorité

Dossier

Le confort d'été n'est pas encore une priorité

Plus d'articles