Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Le village olympique sera en bois et biosourcé

Stéphanie Obadia

Sujets relatifs :

,

Solutions bois construction et aménagement recommandées

- Techniques courantes jusqu’au R+3  inclus : solutions constructives Ossature Bois (COB) selon NF DTU 31.2 : panneaux 2D à fortes valeurs ajoutées (bardage et menuiseries intégrées), modules 3D (industrialisation tous corps d’état requise), volume de bois standard pour l’ensemble du bâtiment (entre 100 et 150 dm3/m² SDP), capacité de production des composants de la filière 100 % française.

- Techniques courantes de R+ 4  jusqu’au R+8 (dernier plancher inférieur à 28 m) : solutions mixité intrafilière bois : poteaux-poutres bois lamellé-collé, planchers CLT bois/béton (par exemple), façade ossature bois, volume de bois medium (entre 150 et 350 dm3/m² SDP), capacité de production de la filière française de 100 %.

- Techniques non courantes au-delà du R+8 (dernier plancher au-dessus de 28 m) : poteaux-poutres bois et mixité autres matériaux : les poteaux et poutres bois-lamellé collé ou CLT peuvent être mis en œuvre sans limitation de hauteur, planification spécifique, mixité de matériaux et lien avec l’expérimentation Adivbois en cours, volume de bois à définir.

 

Commercialisation des îlots du village olympique et paralympique

148 200 m2 SDP : 2 200  logements familiaux, dont 25  à 40 % de logements sociaux

17 700 m2 SDP : 990  logements spécifiques

104 500 m2 SDP : activités tertiaires

9 000 m2 SDP : activités hôtelières

28 700 m2 SDP : activités, commerces, équipements

Deux écoles primaires, un nouveau gymnase, un lycée reconstruit, une caserne de pompiers et une base projetée de la police et 7 ha d’espaces verts.

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le village olympique sera en bois et biosourcé

Premier Meet-Up Francebois 2024 au Pavillon de l’Arsenal, Paris.

© Jonas Tophoven

C’est officiel ! Les bâtiments du futur village olympique seront entièrement en bois et biosourcé en dessous de R+8 et en solutions mixtes, en filière sèche, au-delà. Un cap pour la filière bois, notamment, qui doit s’organiser pour relever le défi et entrer dans la course.

Salle comble lors du premier Meet-Up Francebois 2024 au Pavillon de l’Arsenal. Les annonces faites lors du Mipim à Cannes sont confirmées. Le futur village olympique sera en grande partie en bois. Entièrement en bois et labellisés BBCA (E3C2) pour les bâtiments de moins de 28  mètres. En solution mixte et filière sèche, labellisés E3C1 au-delà. « Le bois sera préconisé au-delà des R+8,  mais pas imposé », précise Celine Terrier-Laurens, directrice du pôle Ambitions écologiques et Héritage au sein de Solideo (Société de livraison des ouvrages olympiques) en charge de la livraison du village. Les objectifs étant de limiter les Atex, de permettre aux équipes de répondre et de construire vite. 

Le calendrier est très serré : les premières offres sont attendues pour le 15  avril, moins de un mois ! Les équipes devront être composées d’architectes, de bureaux d’études environnemental et de promoteurs. Se grefferont en mai des spécialistes du bois en mai (architectes, BET et promoteurs). Les constructeurs entreront également dans la course en mai, afin de permettre aux équipes d’être dans les clous. « L’offre initiale doit être déposée en septembre et l’offre finale mi-octobre. Mi-novembre, le conseil d’administration de la Solideo actera des équipes retenues »* Une course contre la montre ! Les permis de construire seront délivrés fin mars  2020, les travaux devront impérativement débuter début 2021 pour une livraison le 31  décembre 2023 et occupation en mars  2024.

La barre est haute

Ce projet est un beau terrain de jeu. En effet, le futur village s’étalera sur trois communes – L’Île-Saint-Denis, Saint-Denis et Saint-Ouen – avec 445 000  m2 de surface de plancher dans le village olympique et paralympique et le cluster des medias. Quarante  bâtiments seront à construire ou à transformer par 29  maîtres d’ouvrage publics et privés. Anne Hidalgo, présidente de la Solideo, met le curseur haut et souhaite que ces constructions soient exemplaires en termes d’émission carbone et qu’elles ne se limitent pas aux jeux Olympiques. Ces édifices seront pensés pour être réversibles – la filière bois travaille d’ailleurs sur le sujet ; ils deviendront après les jeux olympiques en 2025 des bureaux, logements, commerces… Ils seront aussi conçus en fonction des futurs changements climatiques : « Le confort d’été sera pensé pour que ces bâtiments soient adaptés à horizon 2050 », précise Anne Hidalgo. L’accent sera mis sur la préfabrication, les circuits courts et le recyclage. 

Ces bâtiments seront aussi des laboratoires d’innovation et d’expérimentation. Concernant les toitures, elles devront être actives, intégrant l’énergie et produisant de l’énergie renouvelable, la biodiversité, la gestion des eaux pluviales… Tous seront full BIM au service d’une ville collaborative, accessibles et résilients dans le contexte du climat de 2050. « Les objectifs seront mesurables et mesurés, donnant lieu à un retour », précise Anne Hidalgo. Ce village comprendra également des constructions laboratoires : un bâtiment 100 % déplaçable ; un autre issu à 100 % du recyclage, dont 50 % du réemploi ; un avec zéro déchet d’exploitation ; un qui réinvente le béton via des bétons bas carbone ; un autre qui décline des matériaux alternatifs.

Sécurisation de la matière première

Un cap pour la filière bois française qui « ne sera plus l’exception, mais la norme », selon Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris à l’urbanisme, projets du Grand Paris, développement économique et attractivité. Reste quelques interrogations et défis à relever : d'une part, la sécurisation de la matière première, d’autant que l’objectif visé par Anne Hidalgo est de 50 % de bois garanti origine France. Par ailleurs, 70% des entreprises impliquées devront être françaises. La question du coût est aussi à creuser : « Le dépassement toléré est de 10 %, selon Céline Terrier-Laurens. C'est possible étant donné les économies d’échelle et l’ampleur du projet. »

Prochain Meet-Up le 10  mai, dans les locaux de la CCI Paris Île-de-France. Il rassemblera les PME/TPE/Structures de l’ESS et constructeurs et opérateurs pressentis pour le village des athlètes.

* Cette procédure ne concerne que deux des trois parties du village olympique : celle située sur Saint-Ouen gérée par la Solideo et celle située sur L’Île-Saint-Denis, qui s’inscrit dans le cadre d’une ZAC préexistante et pilotée par la SEM Plaine Commune Développement.

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Bertrand Bedel, nouveau président de la Fédération de l’Industrie du Béton (FIB)

Bertrand Bedel, nouveau président de la Fédération de l’Industrie du Béton (FIB)

L’Assemblée Générale 2019 de la Fédération de l’industrie du Béton (FIB), qui s’est tenue le 21 juin à Paris à la Maison des Travaux Publics, sur le thème :[…]

25/06/2019 | Actualité
Smart Apartment au service du maintien à domicile des seniors par SmartHab et SeniorAdo

Smart Apartment au service du maintien à domicile des seniors par SmartHab et SeniorAdo

Un bâtiment en cache un autre - Commissariat de Sevran (93)

Un bâtiment en cache un autre - Commissariat de Sevran (93)

Concilier sécurité et serenité - Commissariat de Livry-Gargan (93)

Concilier sécurité et serenité - Commissariat de Livry-Gargan (93)

Plus d'articles