Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Le verre (re)calculé aux eurocodes

Sujets relatifs :

Le verre (re)calculé aux eurocodes

Plusieurs nouveaux textes, fondés sur l’introduction de la réglementation européenne, modifient le dispositif contractuel.

L’ensemble des textes portant sur le verre connaît depuis un an une mise à jour complète, aboutie via la publication sous peu des nouveaux DTU 39 Parties 4 & 5. Ces nouveautés font suite à la refonte des Cahiers du Cstb 3488 v2 consacrés aux Vitrages extérieurs collés et 3574 v2 pour les Vitrages extérieurs attachés. Ce travail, qui consiste pour l’essentiel à mettre au goût des Eurocodes les versions précédentes, est aussi l’occasion d’une harmonisation générale et de précisions que présentent Frédéric Valem, ingénieur spécialiste Façades légères, à la direction des Techniques et des méthodes de Socotec.

CTB : Quels sont les fondements de cette évolution des textes relatifs au verre et quel domaine recouvrent-ils ?

Frédéric Valem : Il s’agit de l’ensemble constitué par les NF DTU 39 P4, mémento Calculs des épaisseurs de vitrages, et FD DTU 39 P5 Fascicule de documentation consacré aux prescriptions pour l’utilisation des vitrages, dont les dernières versions dataient d’octobre 2006, d’une part, et des Cahiers du Cstb 3488 VEC et 3574 VEA, d’autre part. Le premier à être mis à jour a été le Cahier 3488, publié dès mars 2011, suivi du Cahier 3574, sorti en janvier 2012. Le DTU 39.4 est spécifiquement consacré au calcul et dimensionnement des vitrages vis-à-vis des efforts mécaniques, le 39.5 est le mémento Sécurité, fascicule de documentation qui précise certains points spécifiques. La mise en conformité avec les Eurocodes a, en effet, conduit à revoir entièrement le dispositif, puisque tant les valeurs des efforts que certains modes de calcul ont évolué.

CTB : Les premiers textes modifiés ont été les Cahiers 3488 et 3574...

F.V. : En effet. Il s’agissait d’actualiser les méthodes de calcul appliquées au VEC. La révision a été menée dans le but d’établir une méthode générale permettant d’utiliser les mêmes principes dans les autres textes. Deux séries de documents ont servi de base, les Eurocodes pour la prise en compte des phénomènes Neige, Vent et Séisme, et une pré-norme européenne de dimensionnement des vitrages, en considérant ces ouvrages comme des éléments du clos couvert. Le résultat est un ensemble de méthodes relativement simples et accessibles.

De ce document, on retiendra par ailleurs qu’il conserve le principe d’utilisation des pattes de sécurité (retours d’expérience montrant l’utilité) et qu’il autorise le collage sur site uniquement pour des cas exceptionnels (difficulté d’accès pour le remplacement). En règle générale, cela signifie la conservation de l’usage de cadres secondaires entre vitrage et ossature. Il est intéressant de noter aussi que cette mise à jour des textes lève l’ambiguïté précédente qui permettait d’obtenir des résultats différents selon qu’on calculait les vitrages tenus sur quatre côtés avec le DTU 39, ou avec le Cahier VEC de novembre 2003.
Pour ce qui est du Verre extérieur attaché et du Cahier 3574, il englobe tout vitrage fixé ponctuellement par des pattes (certains cas de vitre de garde-corps) en le considérant comme un verre structurel, qui assure notamment la reprise de son poids propre.

CTB : Les modifications sont-elles importantes sur les DTU ?

F.V. : S’il y a des changements, les rédacteurs se sont attachés à suivre au plus près la logique des versions précédentes. Pour le DTU 39 P4, les plus importants concernent notamment les données de référence qui ont toutes été alignées sur les valeurs indiquées dans les Eurocodes (3 : Neige, 4 : Vent, voire 8 : Sismique). Des tableaux entièrement repris, spécialement les pressions du vent, présentent les différentes valeurs établies à partir des textes européens. Et, là encore, les rédacteurs se sont attachés à garder dans ce document une approche la plus simple possible, en particulier en conservant des formules du même type que les précédentes, tout en intégrant le principe retenu dans la pré-norme européenne évoquée plus haut. Et, malgré ces différentes évolutions par rapport au précédent DTU, cette nouvelle approche de calcul permet d’aboutir à des dimensionnements très proches de ceux obtenus par les précédents calculs. Ces épaisseurs ont d’ailleurs toujours donné satisfaction puisque, même sous des pressions très fortes (tempêtes de 1999), les vitres se sont principalement brisées à la suite de chocs occasionnés par des objets transportés par le vent.

On pourrait, toutefois, relever une augmentation des épaisseurs des vitrages dans le cas des verrières.

CTB : Les changements les plus importants concernent le Fascicule de documentation.

F.V. : Plusieurs points du DTU 39 P5 sont précisés :

• les garde-corps à fixations « légères » qui n’étaient pas couverts par les textes précédents sont désormais intégrés de façon précise. Cette introduction a été faite à la suite d’une importante concertation entre intervenants de la profession. On dispose désormais de méthodes d’évaluation harmonisées qui permettent de définir des solutions sécurisantes et satisfaisantes.
• Le parasismique fait également partie des évolutions référentielles actuelles, et à ce titre est également intégré dans cette révision. Les précédents textes renvoyaient aux règles PS 92 et à leur chapitre 15 sur les façades légères et les vitrages.
L’Eurocode n’est pas très précis sur le sujet et ne lui consacre pas de chapitre particulier, si ce n’est à travers des éléments non- structuraux, en présentant des exigences essentielles, mais sans dispositions précises. Aussi, le principe du tableau de choix des vitrages des Règles PS92 a-t-il été repris en alignant les paramètres à ceux de l’Eurocode 8. Des études complémentaires en cours permettront sans doute de préciser des dispositions constructives types.
• Au niveau des exigences des vitrages de sécurité, l’analyse est désormais réalisée pour chaque composant du vitrage isolant, afin de différencier les exigences intérieure et extérieure, et de pouvoir traiter la problématique thermique en cas d’empilement de verres feuilletés associé à la présence d’un store.
On signalera également dans la prescription concernant la prise des risques de heurt, le renvoi sur les données liées à la sécurité incendie. Le type de local et son effectif par rapport à cette réglementation permettent de définir les éléments à risque comme, par exemple, les vitrages dans les circulations principales et leurs accès.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°315

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

La Coprec, qui regroupe les organismes tierce partie, propose un nouveau service : celui de l’instruction du permis de construire.  La Coprec et les organismes tierce partie* saisissent l’opportunité de[…]

Un label Effinergie patrimoine pour 2019

Un label Effinergie patrimoine pour 2019

Cinov : « Avec la loi ESSOC, les TPME de l’ingénierie indépendantes (re)deviennent les maîtres de l’œuvre ! »

Cinov : « Avec la loi ESSOC, les TPME de l’ingénierie indépendantes (re)deviennent les maîtres de l’œuvre ! »

Permis d'innover pour 8 lauréats

Permis d'innover pour 8 lauréats

Plus d'articles