Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Le tout-bois à l'épreuve de la réalité

Le tout-bois à l'épreuve de la réalité

Le bâtiment Max Weber, de l’université de Nanterre (92), présente une structure en bois, des plafonds en CLT avec solives en sous-face et des sols en béton brut pour l’inertie thermique (architecte Pascal Gontier).

© Hervé Abbadie

Si les projets ambitieux de construction bois se multiplient, une partie de la structure demeure fréquemment réalisée en béton ou en acier pour des raisons techniques ou économiques.

Des bâtiments de grandes dimensions peuvent être conçus entièrement en bois, avec une structure en panneaux CLT, en association ou non avec de l'ossature bois. Cette démarche est défendue par des architectes comme Pascal Gontier, qui la met en œuvre dans le bâtiment Max Weber de Nanterre (92) en R+4, ou par l'agence Koz Architectes, dans les résidences Tête en l'air en R+4, à Paris, ou Sensations (R+11), dont la livraison est prévue en 2019 à Strasbourg (67).

Dans les faits, les matériaux coexistent pour des questions de budget, mais aussi de résistance structurelle ou de facilité de pose. Le bois n'appréciant pas d'avoir les pieds dans l'eau, les fondations et sous-sol, le socle et parfois même le rez-de-chaussée sont en béton. Pour la tour Hyperion, à Bordeaux (33), en R+17, les trois premiers niveaux sont prévus en béton. Pour le reste, le béton est aussi souvent sollicité pour le noyau et vient s'associer au bois pour les planchers longue portée.

Dans le hall d'entrée de l'immeuble de bureaux Opalia en R+7, de l'agence e ), où se trouve un large porte-à-faux, une poutre reconstituée soudée métallique de quinze mètres reprend les charges de cinq étages.

Synchroniser les équipes sur le terrain

Concernant le noyau, les deux principales options sont le CLT ou le béton, et l'arbitrage effectué est souvent économique. Néanmoins, l'alliance d'un noyau béton et d'une superstructure bois présente des contraintes structurelles dues aux différences dans les tolérances, un aspect qu'il faut prendre en compte au niveau de l'interface.

L'organisation du travail entre les équipes bois et béton est aussi à synchroniser. Le délai du chantier peut, par[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°368

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

L’entreprise AGP a réalisé en 25 ans une quinzaine de relevé de Notre-Dame. Il compile aujourd’hui les différents nuages de points réalisés afin de proposer une maquette complète de[…]

18/04/2019 | Actualité
Notre-Dame : « Les travaux de rénovation sont la cause de trois quart des incendies des bâtiments historiques » Claude Delahaye (Verspieren)

Notre-Dame : « Les travaux de rénovation sont la cause de trois quart des incendies des bâtiments historiques » Claude Delahaye (Verspieren)

Notre-Dame : enjeux juridiques autour de la reconstruction

Notre-Dame : enjeux juridiques autour de la reconstruction

Le point sur l’expérimentation E+C-

Le point sur l’expérimentation E+C-

Plus d'articles