Le Télédoc de Bercy a 25 ans et tourne toujours

Sujets relatifs :

PHOTO - 674954.BR.jpg

© (Doc. H.d’E.)

L’automate de distribution du courrier du ministère de l’Économie et des Finances, est le meilleur moyen pour gérer le courrier en interne. Un quart de siècle après son installation, il résiste à la dématérialisation du document.

1 PROGRAMME Faire circuler 5 tonnes de courrier chaque jour

Comment distribuer rapidement et à moindre coût plusieurs tonnes de courrier à 6 000 destinataires ? L’exercice se complique quand il faut couvrir cinq bâtiments de 230 000 m 2 hors œuvre et 42,8 kilomètres de couloirs.
Paul Chemetov et Borja Huidobro, les architectes du gigantesque ministère de l’Économie et des Finances français, réalisé dans le quartier de Bercy à Paris de 1986 à 1988, ont répondu à la question en innovant avec le Télédoc, un rail qui parcourt tous les bâtiments et tous les étages. Complètement intégré dans la structure, il fait partie des réseaux techniques de distribution (eau, air, électricité haute et basse tensions) implantés lors de la conception des bâtiments.
Sur ce rail électrifié à crémaillère circulent des wagonnets - ou valisettes charriots - automoteurs et intelligents. Comme un petit train électrique. Le courrier livré par La Poste (aujourd’hui 1,5 tonne) arrive à la gare centrale le matin dès 6h00. Il est trié, puis déposé dans les wagonnets. Les destinations sont programmées sur chaque valisette selon un code à trois chiffres baptisé « numéro de Télédoc » qui est inscrit sur toutes les adresses postales des agents du ministère. Le wagonnet est alors fermé et envoyé sur le réseau pour acheminer son contenu, limité à 12 kilos, vers 122 gares réparties dans tous les bâtiments. Il circule à l’horizontale, puis à la verticale sur le rail, passe dans les couloirs des sous-sols, dans les gaines techniques et dans les faux plafonds, orienté par 204 automates d’aiguillage.
Une fois à destination, un bip signale son arrivée aux secrétaires chargées de réceptionner et de distribuer les missives aux personnes concernées. Pendant la journée, le courrier interne (2 tonnes en moyenne) transite aussi sur le Télédoc. Les wagonnets sont programmés par les secrétaires pour aller directement d’une gare à une autre, sans passer par le triage central. Le soir, le courrier à poster (1,5 t) est expédié à la gare centrale par le même processus, pour être timbré et expédié.
Au total, 5 tonnes de papier auront circulé pendant la journée. À 20h00, un système de « purge » manuelle rapatrie automatiquement toutes les valisettes à la gare centrale.

2 ÉTAT DES LIEUX Un équipement figé, mais très performant

Depuis 1988, ce sont pratiquement les mêmes rails et les mêmes wagonnets qui circulent sur le Télédoc. Les 122 gares d’arrivées sont installées dans des locaux techniques. Elles accueillent 3 à 5 wagonnets en instance d’arrivée ou de départ. Ils sont rapatriés automatiquement, en cas d’encombrement dans la journée, et le soir lors de la « purge ». Le réseau est relativement figé et couvre les bâtiments existants. Les modifications peuvent être coûteuses. En cas d’incendie, des portes coupe-feu se ferment automatiquement sur le réseau, afin d’éviter des appels d’air et sécuriser les étages.

Le volume de base est atteint

Les progrès de la numérisation, de la dématérialisation des documents et du courrier électronique ont, il y a quatre ans, fait réfléchir les gestionnaires du Télédoc. Tous les ans, le nombre des courriers distribués est en diminution : de 10 tonnes au début des années 2000, il s’est réduit à 5 tonnes en 2008. Un poids qui, depuis, n’a pas bougé. « Nous avons sans doute atteint le volume de base de circulation du courrier papier du ministère, une quantité qui justifie amplement le maintien du système à son niveau de performance actuel. Aujourd’hui, la question de son arrêt ne se pose donc pas », confirme Alain Doré, responsable du pôle Exploitation maintenance du Grand-Bercy. Présents sur place, quatre techniciens et un ingénieur de Swisslog gèrent et entretiennent en permanence les 5,5 kilomètres de rail, les 204 sélecteurs/aiguilleurs et les 445 wagonnets. Ils travaillent en continu de 6h00 à 20h00, entretiennent le réseau, dépannent les éventuels dysfonctionnements.
Le nombre de panne supérieure à 60 minutes est nul : le programme de maintenance préventive ne laisse place à aucun dysfonctionnement. En moyenne, il y a cinq incidents par jour, le plus souvent dus à une mauvaise utilisation du Télédoc : une valisette mal refermée ou surchargée, bloquée ou perdue, car mal orientée sur un mauvais numéro de gare. Pratiquement, il n’y a jamais de déraillement, ni de collision.

Tous les mouvements en temps réel

Un tableau synoptique visualise le réseau sur les cinq bâtiments couverts par le réseau. Il affiche en temps réel le circuit et les mouvements des wagonnets, indique les zones où il y a un incident. En cas de problème, le bouton de « purge » donne l’ordre à tous les wagonnets de revenir à leur gare centrale.
Au jour le jour, les techniciens concentrent leur attention sur la maintenance préventive. Il s’agit d’éviter les pannes en surveillant d’abord le bon fonctionnement du circuit, le rail, les automates et les capteurs. Ensuite, ils changent préventivement les composants d’usure, et plus particulièrement les cartes électroniques des sélecteurs de lecture optique. Trois fois par an, les wagonnets sont inspectés et, selon leur état, révisés au moins une fois par an. Il s’agit autant de contrôler la partie motrice que la valisette elle-même, son système de fermeture et ses accessoires mobiles. Toutes les pièces détachées du système sont usinées spécialement à l’usine Swisslog située à Saint-Amand-Montrond dans le Cher.

3 BILAN Une obligation de résultat

Plusieurs travaux de modernisation sont lancés en 2008-2009, vingt ans après la première mise en service du Télédoc. Ils consistent à changer le système de Gestion technique centralisée (GTC), installer un nouveau tableau synoptique numérique, remplacer 27 portes coupe-feu, 125 m de voie et 155 m de crémaillère.
Ces interventions visent avant tout à fiabiliser et optimiser l’installation de plusieurs manières. D’abord il s’agit de comptabiliser les « entrées/sorties » des wagonnets dans les gares, afin de mieux réguler les flux, ensuite pour visualiser les points d’encombrement du réseau, enfin dans le but de maintenir en bon état de fonctionnement le circuit tout en optimisant la sécurité incendie.
Le système actuel ne permet toujours pas d’avoir un suivi individuel des wagonnets automoteurs. L’équipe de maintenance ne sait donc pas lesquels sont les plus utilisés, la distance qu’ils ont parcourue et leur position sur le réseau à un instant précis réseau. Un manque qui nécessite une surveillance régulière pour assurer un entretien préventif et systématique de tous les wagonnets. À l’inverse, le rajout de cette fonction serait sans doute trop coûteux pour que l’investissement en valle réellement la peine.
Le contrat signé avec Swisslog prévoit l’entretien complet du système. Le prix est fixe. La garantie de résultat qui lui est attachée couvre aussi bien l’entretien courant, que la réparation ou le changement des pièces défectueuses.
Le Télédoc de Bercy est donc un équipement très rentable. Les autres sites qui l’exploitent (AXA, Bibliothèque nationale de France, tribunal de Bobigny ou hôpital Georges-Pompidou) montrent qu’il est particulièrement adapté aux grandes administrations publiques ou privées qui ont besoin de faire circuler très vite beaucoup de papier.

N°319

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°319

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Aquarel empile ses bureaux en porte-à-faux

Aquarel empile ses bureaux en porte-à-faux

La morphologie particulière de ce bâtiment a nécessité la mise en œuvre de deux techniques atypiques de reprise des porte-à-faux. Situé en bordure de Seine et en face du parc de l'île[…]

22/06/2017 | Gros oeuvreChantier
Reconversion d'envergure à Charenton-le-Pont

Reconversion d'envergure à Charenton-le-Pont

Dalles post-contraintes pour parking aérien

Dalles post-contraintes pour parking aérien

L’hippodrome de Longchamp monte ses tribunes

L’hippodrome de Longchamp monte ses tribunes

Plus d'articles