Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Le succès grandissant du multicouche

Sujets relatifs :

Le succès grandissant du multicouche

© (Docs. Comap, Rehau, Nicoll.)

Même si le cuivre et le PER (Polyéthylène réticulé) restent prépondérants, le tube multicouche étend sa gamme et conforte ses positions dans le cadre d'une offre plus pointue. En perspective : une logique de « multiconnect hydraulique ».

Le tube en cuivre continue d'être largement utilisé pour l'alimentation en eau froide et chaude des appareils sanitaires, pour le raccordement des radiateurs à basse ou haute température, ainsi que pour les réseaux de climatisation. En effet, il représente encore, selon les spécialistes, entre 40 et 45 % du marché de l'hydrodistribution. Avec un débouché majeur : le secteur de la réhabilitation, lorsqu'il s'agit de rénover et modifier des installations existantes.

Pour autant, les tubes en matériau de synthèse confirment une emprise grandissante. « En 2013, le polyéthylène a enregistré une progression à deux chiffres de presque 15 % », constate Thierry Bedard, en charge du département Chauffage-sanitaire de la société Rehau, mais aussi président du Cochebat, groupement de fournisseurs autant présents sur l'hydrodistribution que sur le plancher chauffant/rafraîchissant.

En France, les membres de cette organisation professionnelle réalisent entre 80 et 90 % des ventes de canalisations en Polyéthylène réticulé (appelé « PER » ou « PE-X »), Polyéthylène résistant à la température (PE-RT), Polybutène (PB) et multicouche (composite associant polyéthylène et aluminium). Ces technologies sont principalement utilisées en hydrocâblé, sous forme de pieuvres hydrauliques encastrées dans les dalles ou chapes qui assurent une alimentation individuelle des points de puisage et émetteurs. Mais, elles peuvent aussi constituer une distribution de chauffage classique, en bitube classique, ou monotube parfois adopté en maison individuelle.

Exigence de calorifugeage

À lui seul, le polyéthylène, sous forme de PE-X et PE-RT, pèse environ 40 % du marché. Comment expliquer sa réussite en 2013 ? D'abord, il faut souligner le dynamisme de l'offre. Les nouvelles générations de tubes en PE-RT, fabriquées avec des résines récentes améliorées, viennent concurrencer le PE-X traditionnel.

Rappelons que ce matériau de synthèse, même à haute densité (PEHD), se caractérise par une résistance médiocre à la chaleur. Seule la réticulation (une opération soit chimique soit physique qui confère au matériau une meilleure résistance mécanique et donc évite sa déformation avec la température) lui permettait d'être utilisé en faible épaisseur dans les réseaux intérieurs de distribution d'eau chaude, ou dans les installations de chauffage. Or, cela n'est plus vrai aujourd'hui. En effet, le PE-RT n'a pas besoin d'être réticulé. La suppression de cette étape industrielle lui procure un avantage en matière de compétitivité économique.

Autre facteur favorable : le positionnement fort du chauffage à eau chaude en construction neuve, dû à un bon niveau de confort du fait de la transmission de la chaleur par radiation, et à la possibilité d'y raccorder un système de production de chaleur à énergie renouvelable (bois, solaire, géothermie, chaleur issue de l'incinération des ordures ménagères).

Une performance qui est bien sûr conditionnée par la limitation des pertes thermiques du réseau dans les volumes non-chauffés. Il faut veiller à cet impératif de calorifugeage y compris dans le cas des alimentations - bouclées ou non - en eau chaude sanitaire. Cette exigence est rappelée dans le « Guide pratique RT 2012 » publié par l'association Énergies et avenir (1), avec l'appui technique du Costic et du bureau d'études Cardonnel.

Ce même document, consacré à la saisie et à l'optimisation des réseaux des distributions en résidentiel, selon la méthode de calcul Th-BCE 2012, attire l'attention des concepteurs sur la nécessité d'isoler les tubes, afin d'éviter de transformer involontairement les dalles en plancher chauffant. Ainsi, est-il indiqué que « l'hydrocâblé induit des longueurs de canalisation élevées qui peuvent engendrer des surchauffes dans les pièces où sont situés les collecteurs », autrement dit où tous les tubes se rejoignent. L'isolation thermique se justifie donc autant par un critère d'économie que de confort.

Règles de mise en œuvre

La conception et la mise en œuvre des réseaux sont encadrées par les DTU. Il faut, notamment, se référer à la norme NF DTU 60.1 relative à la plomberie sanitaire pour bâtiments, et à la norme NF DTU 60.11 qui fixe les règles de calcul des installations, et le dimensionnement des boucles d'eau chaude sanitaire. Ces deux textes ont été révisés. Leurs nouvelles versions sont respectivement disponibles depuis décembre 2012 et août 2013.

Malgré cette réactualisation, les canalisations en matériau de synthèse, ainsi d'ailleurs que tous les raccordements par sertissage, restent couverts par la procédure de l'Avis technique délivré sous l'égide du Cstb. Au-delà des préconisations spécifiques à chaque produit, les conditions générales de mise en œuvre sont réunies dans un « Cahier des prescriptions techniques communes ». Il s'agit du CPT 2808-V2, lui-même complété et amendé en novembre 2011. Applications visées : l'alimentation des points de puisage en eau froide et chaude sanitaire (classe 2), la distribution des radiateurs à basse température et chauffage par le sol (classe 4), les circuits de raccordement des radiateurs ou ventilo-convecteurs à haute température (classe 5), les installations de rafraîchissement et conditionnement d'air jusqu'à une température minimale de 5 °C (classe « Eau glacée »).

Le CPT précise les règles d'engravement des réseaux en cloisons (pose en pratiquant une saignée). Il définit les modalités d'encastrement soit en dalle, soit en chape ou forme de pente réalisée directement sur plancher porteur (pose des tubes et/ou gaines avant coulage du béton). À noter : il n'est pas autorisé d'intégrer les canalisations dans le complexe d'une chape flottante coulée sur isolant, ni dans le mortier de pose d'un carrelage ou revêtement de sol. Il faut alors les loger dans l'épaisseur d'un ravoirage préalable.

Enrobage et recouvrement minimal : 2 cm, tant en dalle qu'en chape ou forme de pente. Les réseaux sont positionnés dans un ferraillage en cas de dalle pleine, ou sur entrevous en cas de plancher avec poutrelles.

Tubes prégainés et préisolés

Deux options d'encastrement sont prévues : soit avec tubes nus, noyés directement dans le béton ou mortier, soit avec tubes protégés par un fourreau ou une gaine. Dans le premier cas, les éléments d'équipement et de structure sont indissociables. L'ouvrage relève d'une garantie décennale. Dans le second cas, il est possible de remplacer la canalisation. Le régime de la garantie biennale peut être appliqué.

À souligner : le CPT 2808-V2 restreint le champ de l'incorporation directe. Celle-ci est strictement interdite pour les installations de climatisation ou rafraîchissement. Elle n'est autorisée pour les réseaux d'eau chaude sanitaire et de chauffage que si la température reste inférieure à une limite de 60 °C.

Le CPT encadre les modalités de pose sous fourreaux afin de garantir le libre mouvement des canalisations, pour retrait et/ou introduction. Des sections minimales sont exigées. Avec deux cas de figure : les tubes sont soit prégainés en atelier, soit fourreautés sur chantier après coulage. Dans la première hypothèse, ou si la gaine est simplement aiguilletée afin de faciliter le tirage, il faut prévoir un taux de remplissage maximal de 73 %. Ainsi, pour une canalisation de 16 mm de diamètre extérieur, il sera nécessaire de déployer un fourreau de 18,7 mm de diamètre intérieur. Dans la seconde hypothèse, les contraintes sont renforcées : le taux de remplissage ne pourra pas dépasser 60 % (gaine de 20,8 mm).

Les pieuvres hydrauliques sont réalisées avec du tube commercialisé en couronnes, généralement jusqu'à un diamètre de 32 mm et dans des longueurs pouvant aller jusqu'à 100 ou 200 m, voire plus. Les produits sont tous proposés en version prégainée qui permet de mieux maîtriser la durée et le coût des chantiers. Le plus souvent, ils sont aussi disponibles dans une version préisolée.

En revanche, l'offre qui conjugue prégaine et préisolation reste encore balbutiante et relativement réduite. Mais, les fournisseurs se préparent à accompagner la mise en pratique de la RT 2012.

Modalités de raccordement

Au cours des cinq dernières années, le tube multicouche a presque multiplié par deux sa part de marché. On estime que ce type de canalisations composites, avec feuille d'aluminium prise en sandwich entre deux couches de polyéthylène, représente aujourd'hui 10 % de l'hydrodistribution. Cette technologie prend place dans une offre plus diversifiée. « Il n'y a pas de solution universelle, il faut privilégier une approche rationnelle au cas par cas », explique Benoît Smagghe, vice- président de Cochebat et responsable Marketing/support technique chez Comap. Cette société a d'ailleurs développé une gamme de raccords passerelles, appelée « Multiconnect », afin de faciliter les transitions entre tubes de nature différente. Le matériau est donc sélectionné en fonction de l'application, et en relation avec le savoir-faire spécifique du professionnel en charge du chantier. Ainsi, les industriels diversifient les modes d'assemblage : brasage, sertissage radial ou à glissement, raccords à compression avec écrou de vissage ou de type Push-Fit, c'est-à-dire « instantanés », car ne nécessitant pas d'outil. Il suffit de pousser le tube dans un dispositif qui va le pincer et bloquer...

Les multicouches relèvent de la procédure de l'Atec (voir tableau). On compte une trentaine d'acteurs, dont deux plus particulièrement dynamiques : les sociétés Uponor et Nicoll. Les systèmes sont tous admis en classes 2, 4, 5 et « Eau glacée », avec une typologie de famille B qui impose de faire appel aux raccords exclusifs du fournisseur. Les produits intègrent une épaisseur minimale d'aluminium qui varie entre 0,2 et 0,5 mm. Ils sont disponibles en barres jusqu'à un diamètre de 110 mm, d'où des applications en parties communes : conduites horizontales et colonnes montantes, tant en logement collectif qu'en tertiaire.

Bien entendu, dans le secteur hospitalier ou en établissement d'accueil de personnes âgées, il faut veiller aux contraintes liées à la lutte contre les légionnelles et autres bactéries nuisibles. Les procédures de nettoyage et décontamination des réseaux nécessitent des performances adaptées.

FournisseurProduitAtecTubeÉcartement entre fixations préconiséen pose horizontaleRaccords
NuméroParutionExtensionCompositionØ en mm
Épaisseur minimale de la feuille alu (en Ø 16 mm)TypeMatériauxAutre mode visé par lAtec
AQUATECHNIKSafety System14/13-18832013
PE-Xb/Al/PE-XbDe 16 à 26 en couronne ou en barre
0,3 mm80 cm maximumÀ compressionPPSU
BLANSOLGladiator14/09-14442009
PEX/AL/PEXDe 17 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mm1,20 m pour les Ø 17 et 201,50 m pour les Ø 25 et 32À glissementLaiton
COESCoesklima14/09-1459*V12012
PEX/Al/PEDe 16 à 32 en couronne De 16 à 75 en barre
0,2 mm1,00 m pour les Ø 16 à 252,00 m pour les Ø 32 à 75À sertirLaiton ou bronze
COMAPBeta Skin14/12-1721*V12014
PERT/Al/PEHDDe 14 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mm80 cm pour Ø 14 et 16 100 cm pour Ø 18 et 20 150 cm pour Ø 26 et 32À sertirMétal PPSUÀ compression
Multiskin14/12-1722*V12014
PE-Xc/Al/PE-XbDe 14 à 32 en couronne ou en barre
0,4 mm80 cm pour Ø 14 et 16 100 cm pour Ø 18 et 20 150 cm pour Ø 26 et 32À sertirMétal PPSUÀ compression
Multiskin 414/09-1481*V22014
PE-Xc/Al/PE-XcDe 16 à 32 en couronne De 16 à 63 en barre
0,4 mmIdem ci-dessus, plus respectivement 170, 180et 200 cm pour Ø 40, 50 et 63À sertirMétal PPSUÀ compression
DUOFILMaximetal14/09-1329 14/09-1329*022009 2011Giacomini Multistrato Ryb Terra XLS CDP MultiquickPE-RT/Al/PE-RTDe 16 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mm1,00 m pour les Ø 14, 16 et 20 1,50 m pour les Ø 25 et 26À sertir À glissementMétal PPSUÀ compression
DW VERBUNDROHRMultitubo14/10-1560*V22014
PERT/Al/PERTDe 16 à 75 en couronne ou en barre
0,2 mmDe 120 à 150 cm pour les Ø 16 à 32 De 170 à 240 cm pour les Ø 40 à 75À sertirLaiton
EMMETIGerpex-Fivpress14/09-1457*V12012
PE-Xb/Al/PE-XbDe 16 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mmDe 1,00 m pour le Ø 16 à 2,00 m pour le Ø 32À sertirMétal
FOSHAN RIFENGRifeng14/09-1524*V12011Ebrille MonflexBanninger B FlexPEX/AL/PEXDe 16 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mm50, 60, 70 et 80 cm respectivementpour les Ø 16, 20, 25 et 32À sertirLaitonÀ compression
FRÄNKISCHETuratec14/13-18802013
PERT/Al/PERTDe 16 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mmDe 1,20 m pour le Ø 16 à 2,00 m pour le Ø 32À sertirLaiton PPSUPush-Fit
Alpex-Duo XS et L14/13-18522013
PE-Xb/Al/PEHDDe 16 à 63 en couronne ou en barre
0,2 mmDe 1,20 à 1,75 m pour Ø 16 à 26Et de 2,00 à 2,50 m pour Ø 32 à 63À sertirLaiton PPSUPush-Fit
GEBERITMepla et Mepla Therm14/12-1747 14/12-17482012
PE-Xb/Al/PEHDDe 16 à 75 en couronne ou en barre
0,37 mm en couronne 0,47 mm en barreNon-précisé dans l AtecÀ sertirMétal PVDF
PushFit14/09-15022010
PE-Xb/Al/PE-RTDe 16 à 25 en barre
0,2 mm100 cm pour les Ø 16 et 20 150 cm pour le Ø 25Push-FitMétal PVDF
GEORG FISCHER JRGJRG Sanipex MT14/11-1643*V12013
PE-Xc/Al/PE-XDe 16 à 32 en couronne De 16 à 63 en barre
0,4 mmDe 1,00 à 1,50 m pour Ø 16 à 26Et de 2,00 à 2,50 m pour Ø 32 à 63À compressionBronze PPSU
GIACOMINIMulticouche14/08-13072008
PE-Xb/Al/PE-XbDe 14 à 63 en couronne ou en barre
0,4 mm1,00 m pour les Ø 14, 16 et 20 1,50 m pour le Ø 26À sertirLaitonÀ compression
HAKAGERODURHakathen- L14/13-19212014
PERT/Al/PEHDDe 14 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mm80 cm pour Ø 14 et 16 100 cm pour Ø 18 et 20 150 cm pour Ø 26 et 32À sertirLaiton
HENCOHenco RIX-c14/13-1844*V12014
PE-Xc/Al/PE-XcDe 16 à 26 en couronne ou en barre
0,2 mm80 cm pour Ø 16 120 cm pour Ø 20150 cm pour Ø 26À sertirLaiton PVDFPush-Fit
Henco14/10-1608*V12014
PE-Xc/Al/PE-XcDe 14 à 63 en couronne ou en barre
0,4 mmDe 80 à 150 cm pour Ø 16 à 26De 160 à 200 cm pour Ø 32 à 63À sertirLaiton PVDFPush-Fit
IPAIpalpex14/13-18292013Tuborama Sanili Almatherm PEXPE-Xb/Al/PE-XbDe 16 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mm40 cm pour Ø 16 et 20 60 m pour Ø 26 et 32À sertirLaitonÀ compression
IVARMultipress14/10-15952010Danfoss Pressfitting ; Somatherm MultiXPE-RT/Al/PE-HDDe 16 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mmDe 1,20 à 2,00 m en horizontal pour les Ø de 16 à 32À sertirMétal
NICOLLFluxo14/13-18282013
PE-Xb/Al/PE-XbDe 16 à 32 en couronne De 16 à 75 en barre
0,2 mm en couronne 0,4 mm en barre1,00 m pour Ø 16 et 20 1,50 m pour Ø 26À sertirMétalÀ compression
NUPIGECOMultinupi14/12-17782012
PERT/Al/PEHDDe 16 à 32 en couronne, De 16 à 63 en barre
0,3 mmNon-précisé dans lAtecÀ sertirLaiton PPSU
OVENTROPCombi Système14/12-17762012
PE-Xc/Al/PE-XbDe 16 à 40 en couronne ou en barre
0,4 mmNon-précisé dans lAtecÀ sertirBronzeÀ compression
PRANDELLIMultyrama14/10-1561*V12012Novaplast VesboPE-Xb/Al/PE-XbDe 16 à 32 en couronne De 16 à 63 en barre
0,2 mm1 m pour Ø 16 et 20 1,50 m pour Ø 25 Et 2 m pour Ø 32 à 50À sertirLaiton
REHAURautherm Multi14/13-18632013
PE-Xc/Al/PE-RTDe 16 à 25 en couronne De 16 à 40 en barre
0,2 mm120 cm pour Ø 16 et 20 150 cm pour Ø 20180 cm au-delàÀ glissementCorps laiton bague PVDFÀ compression
SANHAMultiFit-Flex14/13-18602013
PERT/Al/PEHDDe 16 à 32 en couronne ; de 16 à 63 en barre
0,2 mmDe 1 à 2 m pour Ø 16 à 32 Et de 2,25 à 2,75 m pour Ø 40 à 63À sertirMétal
TECETeceflex14/13-18812013
PE-Xc/Al/PE-RTDe 16 à 25 en couronne ou en barre
0,24 mm100 cm pour Ø 16 115 cm pour Ø 20Et 130 cm pour Ø 25À glissementMétal PPSU
Tecelogo14/10-1614*V22013
PE-Xc/Al/PE-RTDe 16 à 50 en couronne ou en barre
0,2 mmIdem ci-dessus plus 150 cm pour Ø 32 180 cm pour Ø 40 Et 200 cm pour Ø 50Push-FitMétal PPSU
TRAMultitrapress14/10-15542011
PE-Xb/AL/PE-XbDe 16 à 32 en couronne De 16 à 63 en barre
0,25 mm1 m pour Ø 16 et 20 1,50 m pour Ø 25 Et 2 m pour Ø 32 à 63À sertirMétal
UNIDELTADeltAll14/10-15632010Ivar MPPEX/AL/PEXDe 16 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mmDe 1,20 à 2,00 m en horizontal pour les Ø de 16 à 32À sertirLaiton
UPONORSystème multicouche14/13-1858*V12014
PERT/Al/PERTDe 16 à 32 en couronne De 16 à 110 en barre
0,2 mm en couronne0,4 mm en barre1,20 m pour Ø 16 en couronne 1,60 m pour Ø 16 en barreÀ sertirLaiton PPSUPush-Fit
VALSIRPexal14/13-19232014
PE-Xb/Al/PE-XbDe 14 à 32 en couronne De 16 à 90 en barre
0,3 mmDe 1,00 m pour le Ø 16 à 3,00 m pour le Ø 90À sertirLaiton PPSUÀ compression
Mixal14/10-1559*V12014
PEX/Al/PE-MDDe 16 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mm80 cm maximumÀ sertirLaiton PPSU
VAN MARCKETubipex alu14/12-17202012
PEXb/Al/PEXbDe 16 à 32 en couronne ou en barre
0,2 mm1 m pour Ø 16 à 20 1,50 m pour Ø 25 Et 2 m pour Ø 32À sertirMétal
VIEGAPexfit Pro14/13-18872013
PE-Xc/Al/PE-XcDe 16 à 25 en couronne De 16 à 63 en barre
0,2 mm1,00 m pour les Ø 16 et 201,50 m pour les Ø 25 à 63À sertirBronze PPSU
Pexfit Fosta14/11-16372011
PE-Xc/AL/PEDe 16 à 25 en couronne ou en barre
0,3 mm1,00 m pour les Ø 16 et 20 ; 1,50 m pour le Ø 25À sertirBronze
WAVINPush and Press14/13-1827*V12014
PE-Xc/Al/PEDe 16 à 25 en couronne De 16 à 63 en barre
0,2 mm1,20 m pour Ø 16 et 20 1,50 m pour Ø 25 Et 1,80 m au-delàÀ sertirLaitonPush-Fit

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Des cloisons avec isolant biosourcé certifiées résistantes au feu

Des cloisons avec isolant biosourcé certifiées résistantes au feu

Siniat et Biofib’ développent des solutions de cloisons intégrant un isolant biosourcé certifiées résistantes au feu. Ce partenariat répond aux exigences actuelles de performances énergétiques, environnementales et...

01/12/2020 | IsolationMateriaux
L’étanchéité sur tous les tableaux

L’étanchéité sur tous les tableaux

La terre cuite fait le mur

La terre cuite fait le mur

Saint-Gobain s’embarque dans le plan de relance

Saint-Gobain s’embarque dans le plan de relance