Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Le staff une technique ancienne sans cesse réinventée

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Inventé en 1850, le staff permet de réaliser une infinie variété de formes architecturales, d’assurer une excellente protection incendie des ouvrages, tout en participant à l’isolation thermique et acoustique des volumes décorés.

Le staff est un matériau malléable très léger, constitué de gypse naturel semi- hydraté (CaSO4, 1/2 H2O) renforcé de fibres : sisal ou fibres de verre, conformément à la norme NF P 73-301. Ainsi, les ouvrages en staff sont constitués d’un ensemble d’éléments moulés de 2 à 3 mm d’épaisseur juxtaposés et fixés au support par scellement ou vissage, puis scellés entre eux et rejointoyés, afin de former des surfaces continues sans joint apparent.

Les ornements d’architecture intérieure en staff sont fabriqués en plâtre dans des moules à l’intérieur desquels on applique des filaments de sisal, de jute ou de chanvre suivant les sinuosités, creux et saillies du modèle. Une fois séché, il se pose facilement à l’aide de petites pointes d’acier, par collage ou par scellement. Ainsi, le procédé a donné son nom à la profession de « staffeur ». Aujourd’hui, ce procédé évolue avec la technique permettant d’obtenir des éléments de grandes portées tout aussi fins tels que le Stratistaff (voir encadré).

Sur le chantier, la fixation et les joints sont réalisés au plâtre colle à prise lente. Pour les moulures ou ornements de grandes tailles, la fixation mécanique utilise des vis électrozinguées, à raison d’une vis par mètre. La tête de vis est fraisée dans la moulure et ensuite rebouchée. En ce qui concerne la peinture, il est impératif de suivre les recommandations du fabricant, d’appliquer la peinture sur un support sec et sous une humidité relative ambiante (< 80 %).

Performances techniques optimales

Le staff est un matériau aux multiples propriétés. Sa malléabilité se traduit par une grande variété de formes décoratives (colonnes cannelées ou torsadées, lambris, décors de plafonds moulés…). Leur création se complète par un travail aussi « aisé » de reconstitution de moulages dégradés qui habillaient systématiquement les habitats bourgeois du xixe siècle.

Ininflammables et incombustibles (M0), les éléments en staff assurent également une excellente protection incendie. Une protection active par évaporation de l’eau de constitution et une protection passive jouant le rôle d’écran limitant la propagation du feu. D’où leur emploi actuel dans la réalisation d’ouvrages techniques, tels que les gaines et conduits coupe-feu.

Ajoutées à cela, les performances en matière d’isolation thermique et de correction acoustique. En effet, grâce à son faible coefficient de conductivité (0,3<η<0,56 d’après la norme EN 12524), le staff participe également à la correction acoustique des lieux en permettant la création de formes, de surfaces rigides ou courbes qui réfléchissent les sons sans les absorber et/ou les diffusent. Enfin, par la structure cristalline spécifique du plâtre, il joue un rôle dans la régulation hygrométrique des espaces qu’il décore.

Techniquement, tout commence par le moulage qui s’effectue en formant un noyau de plâtre, véritable négatif de l’épreuve, sur lequel on « traîne » un[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Le bois atteint la moyenne hauteur

Le bois atteint la moyenne hauteur

Le match mondial de la construction bois en hauteur fait parfois oublier à quel point le développement du marché de la moyenne hauteur, notamment tertiaire, est devenu exponentiel, tout particulièrement en France.[…]

15/05/2019 | Technipédia
Façades changeantes (1/2) - Quand le bâtiment a bonne mine

Façades changeantes (1/2) - Quand le bâtiment a bonne mine

Façades changeantes (2/2) - Vous avez dit fa(ça)des ?

Façades changeantes (2/2) - Vous avez dit fa(ça)des ?

Une vitrine du bâtiment intelligent

Une vitrine du bâtiment intelligent

Plus d'articles