Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Le stade Mayol réussit sa transformation

Virginie Pavie

Sujets relatifs :

FICHE TECHNIQUE DU CHANTIER

Maître d'ouvrage Ville de Toulon [83]
Maître d'œuvre Duchier Pietra Architectes (mandataires), Ingerop Conseil Ingénierie (BET pluridisciplinaire et OPC), ERG (géotechnicien)
Bureau de contrôle BTP Consultants
Coordinateur Qualiconsult SPS Qualiconsult
Entreprises Structure : Bec (mandataire), Groupement Bec, Senec (gros œuvre), Baudin Chateauneuf (charpente métallique), EMP (peinture),  So.Te.Ca (revêtements de sols), Var Industrie (mandataire), groupement Var Industrie (serrurerie), Asten (habillage), Labastère (châssis et mur-rideau) Ascenseur AMS CVC, désenfumage, plomberie CCS Courant fort et faible Snef Signalétique Oxygravure
Calendrier Dévoiement des réseaux : été 2015. Démarrage des travaux : octobre 2015. Livraison 1re tranche : septembre 2016. Livraison 2e tranche : juillet 2017.
Coût des travaux 8,95 M€ HT

CONTRAINTES

Un chantier en cœur de ville dans un stade en activité
Le programme d'extension du stade Mayol s'inscrit dans un contexte urbain difficile. Situé à l'angle d'un nœud routier majeur, l'ouvrage surplombe une sortie de tunnel, la voie de desserte d'un centre commercial, une ancienne voie ferrée enterrée que la ville souhaite réhabiliter à terme, ainsi qu'un parking souterrain… Son sous-sol très encombré voit également passer plusieurs réseaux d'assainissement qu'il a fallu dévoyer avant le démarrage des travaux, et se compose en outre de remblais anciens gagnés sur la mer au début du siècle dernier. À ces contraintes de site, qui ont impliqué tout au long du projet d'optimiser les choix techniques et les phases de chantier nocturnes, s'est ajoutée l'obligation de maintenir en fonctionnement le stade et d'assurer la mise en sécurité provisoire du public les jours de match.

Le stade Mayol réussit sa transformation

© 8,95 M€ HT D + P Architectes

Haut lieu du rugby, le stade toulonnais sort rajeuni d'une lourde opération de rénovation et d'agrandissement. Le tout dans un environnement urbain dense et protégé du centre-ville.

À Toulon, les travaux d'agrandissement du stade Mayol se terminent au terme de deux années d'un chantier complexe mené par une maîtrise d'œuvre composée de l'agence d'architecture Duchier Pietra et du BET pluridisciplinaire Ingérop. Grâce au reprofilage de la tribune Bonnus et à la création dans son prolongement d'un nouveau quart de virage, ces derniers offrent à la Ville, propriétaire des lieux, 2 700 places supplémentaires, portant ainsi la capacité totale à près de 18 300 personnes. Ils participent dans le même temps au renouveau d'une enceinte sportive créée au début des années 1920 en plein cœur de ville, et plusieurs fois réaménagée.

Respect des nouvelles règles parasismiques

Rythmé par le calendrier des matchs du Rugby Club Toulonnais, le chantier a été mené en deux temps. La première tranche, d'octobre 2015 à septembre 2016, a concerné la reconfiguration de la partie basse de la tribune Bonnus. Au lieu de s'en tenir au projet initial qui prévoyait de transformer en tribune « debout » la moitié inférieure des gradins afin de gagner 1 000 places supplémentaires, la maîtrise d'œuvre a décidé de réduire la pente actuelle de 32° à 27°, offrant ainsi le même nombre de places, mais assises cette fois, et une meilleure cohérence d'ensemble. La tribune a été en partie démolie jusqu'au niveau de la coursive intermédiaire. De cet ouvrage en béton armé construit en 1965, seuls ont été conservés les poteaux et les poutres crémaillères. Près de 1 kilomètre linéaire de micropieux a été foré à 20 m de profondeur pour compenser un sol à faible portance. Dans le cadre des nouvelles règles parasismiques, les têtes des pieux ont été liaisonnées par des longrines en béton armé et la nouvelle tribune désolidarisée de la partie haute par un joint de dilatation de 5 cm. L'ensemble a également été rendu indépendant du parking d'un centre commercial présent sous la pelouse du stade. La tribune a été prolongée jusqu'au terrain, recouvrant une ancienne trémie de 4 m de large qui servait jusqu'à il y a peu d'exutoire de fumées du parking en cas d'incendie. Sur l'arrière de la tribune, la coursive intermédiaire a également été élargie de 2 m environ afin de fluidifier la circulation lors des mi-temps. Le choix d'un plancher en bacs collaborants, prenant appui sur les poutres existantes, a permis de se passer de l'étape d'étaiement qui aurait gêné la circulation routière en dessous.

Un virage de 440 tonnes

Débutée en juillet 2016, la deuxième tranche de travaux s'est concentrée à l'angle des tribunes Bonnus et Delangre avec la création d'un quart de virage couvert d'environ 1 600 places. L'ouvrage a été conçu dans la continuité de la tribune Bon-nus dont il reprend le profil et le rythme des portiques. Le métal remplace ici le béton armé pour des raisons de poids et de phasage de chantier. Juxtaposé à la trémie routière enterrée avenue Franklin-Roosevelt et enjambant des voies de circulation, ainsi qu'une voie ferrée désaffectée que la ville souhaitait maintenir, le quart de virage ne disposait en effet que d'un nombre limité d'appuis possibles. Sa construction devait en outre s'opérer le plus rapidement possible afin de limiter le temps d'interruption du trafic.

La structure métallique du nouveau quart de virage est construite en surplomb d'un axe routier, à quelques centaines de mètres du port de Toulon.

L'assise de l'ouvrage a été donnée par l'ancrage à près de 22 m d'une trentaine de pieux de Ø 80 cm, et le coulage d'une dalle de 50 cm d'épaisseur. La fonction structurelle de cette dalle était double, servant de liaison entre les pieux, afin de respecter la réglementation parasismique, et répartissant les efforts ponctuels transmis par la superstructure et ses 440 tonnes à vide. Le quart de virage se déploie en encorbellement au-dessus du RdC aménagé en parvis et espace de circulation. Il repose sur 7 poteaux métalliques encastrés. Le squelette de l'ouvrage est composé de 10 portiques rayonnants de 10 m de hauteur et 4 à 6 m d'entraxe, en poutre reconstituée soudée à inertie variable. Les portiques sont stabilisés par des pannes et repris sur une poutre treillis horizontale en arc de cercle dont les membrures principales mesurent jusqu'à 20 m de portée.

Une poutre treillis de grande dimension assure la reprise des efforts de l'ouvrage et leur transmission aux poteaux verticaux qui bordent plusieurs axes de circulation.

Gradins préfabriqués

Sur cette charpente sont boulonnées les grandes poutres crémaillères qui servent d'appui aux gradins en béton. Bien que plus lourds que des éléments métalliques, ces derniers représentent le seul compromis qui a été fait sur le poids global de l'ouvrage, pour des questions de cohérence architecturale et de confort acoustique. Les gradins ont été préfabriqués en éléments de 5 m de long, à l'aide de 74 moules différents. Des réservations ont été aménagées en sous-face des pièces béton pour leur permettre d'être fixées aux sabots des poutres crémaillères, eux-mêmes équipés de 2 à 3 goujons soudés. Un clavetage en béton a permis de solidariser l'ensemble.

Le dimensionnement de la tribune basse respecte les nouvelles normes parasismiques.Sa structure est désolidarisée de la partie supérieure.

En raison de la proximité des voies de circulation et du risque de propagation d'incendie depuis un véhicule, toute la charpente métallique de l'ouvrage a été rendue SF 1 h. Les portiques ont été floqués et habillés de panneaux en aluminium composite laqué blanc, et les profilés apparents ont été traités avec une peinture intumescente.

La charpente métallique a été préfabriquée en atelier et livrée par tronçons sur site.Les portiques rayonnants mesurent près de 10 m de hauteur.

En partie haute du virage, une coursive a été aménagée en 8 loges avec circulation périphérique et vue panoramique sur la rade de Toulon. Elle est desservie par un ascenseur panoramique en vitrage extérieur attaché qui sert également d'accès aux gradins pour les PMR. La cage d'ascenseur métallique a été désolidarisée de la superstructure afin de ne pas créer de points durs vis-à-vis des efforts horizontaux dus au vent ou au séisme. La couverture du quart de virage assure la continuité architecturale avec la tribune Bonnus. Des fléaux, boulonnés à l'arrière des portiques, se prolongent en partie haute par des consoles de 17 m de porte-à-faux et servent de support à des panneaux sandwichs laqués blanc. À l'extérieur, une résille en métal déployé confère à l'enceinte sportive son homogénéité architecturale.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°361

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Conception, du divin au dessin

Conception, du divin au dessin

Entre renouveau programmatique et invariants symboliques, la construction des lieux de culte doit toujours composer avec les particularismes liturgiques. En dépit d'une apparente désaffection de la société pour la[…]

16/11/2017 |
Entrer dans la lumière

Dossier

Entrer dans la lumière

Trame unique pour mixité programmatique

Trame unique pour mixité programmatique

Ces bâtiments qui jouent avec le vide

Dossier

Ces bâtiments qui jouent avec le vide

Plus d'articles