Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Le R32, tête de file des fluides frigorigènes

Le R32, tête de file des fluides frigorigènes

Atlantic et Fujitsu proposent, sur Interclima+Elec, leur première PAC air/air au R32.

© Atlantic

Les industriels travaillent au remplacement de leurs fluides frigorigènes. L'offre au R32 se précise, mais d'autres fluides sont à l'étude.

La réglementation sur les gaz fluorés - qui organise la raréfaction des HFC (hy-drofluorocarbones) R410A, R134a et R407C - est en vigueur depuis 2015. Tous les fabricants de systèmes de chauffage et de réfrigération travaillent au remplacement de leurs fluides frigorigènes.

Certains ont déjà franchi le pas. Daikin a été le premier à mettre sur le marché européen, dès 2013, une PAC air/ air au R32. Ce fluide pur, qui possède un potentiel de réchauffement planétaire trois fois moindre que le R140A, est plébiscité par les constructeurs japonais, notamment Hitachi et Panasonic.

Ce dernier présente à Interclima+Elec une nouvelle console pour le résidentiel, ainsi qu'une gamme de monosplit de 12 à 20 kW pour le tertiaire (commercialisation mars 2018). Le R32 a pour avantage d'être proche du R410A, dans lequel il est utilisé pour moitié en mélange, et ne requiert que des adaptations mineures. Ce fluide, qui présente de meilleures performances que le R410A, offre deux stratégies possibles : conserver des équipements de mêmes dimensions en améliorant leurs performances (de 5 à 10 %), ou réduire leur compacité à performances égales au R410A. Cela passe notamment par le redimensionnement des compresseurs et éventuellement des échangeurs.

HFO et fluides naturels

Atlantic (avec son partenaire Fujitsu) lance sur le salon sa première PAC air/air au R32, positionnée haut de gamme avant d'être étendue au reste du catalogue en 2018. Le R32 est bien adapté aux PAC air/air. Son utilisation est aussi possible dans les modèles air/eau. Daikin lance ainsi cet automne une première PAC air/eau double service avec ce fluide. Selon Atlantic, celui-ci rend difficile la production d'ECS à 55 °C et oblige à étager la compression ou à utiliser des compresseurs à injection, plutôt réservés à des machines de puissances supérieures et plus coûteuses. Pour Bosch, le R32 est le fluide qui va s'imposer, au moins de manière transitoire. Mais il y a d'autres candidats comme les hydrofluoro-olefines, ou HFO (dont le R452B expérimenté par des constructeurs chinois), et les fluides naturels (CO , hydrocarbures - extrêmement inflammables et de fait réservés aux faibles puissances - et ammoniac). Panasonic, qui a racheté Sanyo, dévoilera quant à lui une gamme de réfrigération de petite puissance au CO , testée depuis un an. L'entreprise prévoit ensuite de lancer avec ce même fluide des DRV au plus tôt en 2019. Cette technologie impose de revoir toute la conception des machines pour fonctionner à pression élevée (environ 120 bars). Celles-ci sont équipées de compresseurs à double étage, avec un contrôle de la pression et un pilotage plus fin.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°363

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Polantis lance la 4e édition de son concours BIM

Polantis lance la 4e édition de son concours BIM

Pour cette quatrième édition, les candidats devront plancher sur la création d’un centre socio-culturel dans le quartier des Pyramides d’Évry-Courcouronnes. Remise des prix le 3 octobre à[…]

24/04/2019 | ActualitéLogiciels - Applis
1er programme certifié « NF Habitat HQE Ville de Paris »

1er programme certifié « NF Habitat HQE Ville de Paris »

Décret Tertiaire : les acteurs de l’efficacité énergétique saluent la concertation

Décret Tertiaire : les acteurs de l’efficacité énergétique saluent la concertation

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

Plus d'articles