Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Le point sur ... Plafonds suspendus : des précisions sur les conditions d'usage

Sujets relatifs :

Le point sur ... Plafonds suspendus : des précisions sur les conditions d'usage

Jean-Paul Balcon, ingénieur à la direction des techniques et des méthodes de Socotec.

Éléments d'ossature, classes d'exposition, restrictions d'emploi. la nouvelle version du DTU consacré aux plafonds suspendus est devenue beaucoup plus explicite.

En décembre 2008, le DTU 58-1 « Plafonds suspendus » a connu, comme beaucoup de textes réglementaires, une évolution pour une mise à niveau s'appuyant sur les normes européennes. Une occasion d'introduire des précisions aussi bien sur les conditions d'usage que sur la mise en œuvre et de mettre à la disposition des lecteurs des outils pratiques de décision. Jean-Paul Balcon en livre la sustance.

CTB : Le nouveau texte sur le DTU intervient-il sur les matériaux ?

J.-P. B : Pour tout ce qui est matériaux, le document de référence demeure la norme EN 13-964 « Plafonds suspendus - Exigences et méthodes d'essai » qui est déjà très précise et très complète. Elle définit aussi bien les éléments d'ossature que les éléments d'habillage.

C'est également cette norme qui définit les classes d'exposition en fonction des degrés d'humidité. Ces niveaux dépendent du couple température/humidité, des risques de condensation ou du degré d'agressivité des ambiances. Quatre classes sont ainsi définies, notées de A à D. Les trois premières classes (A, B et C) sont parfaitement définies. La classe D englobe l'ensemble des conditions sévères d'humidité et d'agressivité qui dépendent beaucoup du local (par exemple, les piscines). C'est d'ailleurs aux Documents particuliers du marché (DPM) de fixer les conditions d'agressivité et au fabricant d'indiquer si son produit est adapté à ces conditions.

Comme point de repère et sans être exhaustif on peut donner quelques exemples de protection contre la corrosion d'éléments en acier en fonction des locaux :

- Classe A (bureaux) ou classe B (salles de spectacles) : acier galvanisé Z 100

- Classe C (cuisines collectives) : acier galvanisé Z100 avec laquage 20 µ.

- Classe D (piscine) aucune indication précise : mini-classe C et plus si besoin (Z100 double laquage ?).

En ce qui concerne les éléments d'habillage, le fabricant définit également la classe d'exposition, la classe de déformation et la classe de charge (ponctuelle, linéaire, réparties ou pas du tout).

A l'utilisateur de choisir le matériel adéquat.

Sous l'appellation éléments d'ossature, on englobe un système complet qui comprend les profils porteurs, les entretoises, les éléments de suspension, y compris les liaisons basses vers les profils et hautes vers le porteur, à l'exception toutefois de la cheville.

Pour les éléments de suspension, la valeur annoncée par le fabricant est obtenue sur la base d'une valeur caractéristique avec un coefficient de sécurité de 2.5.

L'ambiance du local (et donc sa classe), les charges admissibles et la rigidité du système sont autant de qualités ou performances que le fabricant doit définir car il doit proposer des systèmes complets. Un kit d'ossature de plafond suspendu comprend donc l'ossature primaire avec son entraxe, les profils entretoises avec leurs entraxes, l'élément de suspension complet avec son entraxe.

Le fabricant précise la protection anticorrosion de l'ensemble, la charge admissible, la classe de déformation de l'ossature sur la base d'une charge de X kg/m² par exemple.

CTB : Y a-t-il des nouveautés en termes de mise en œuvre ?

J.-P. B. : Oui, dans le domaine de la pose, le Cahier des clauses techniques (CCT) est beaucoup plus précis qu'autrefois.

En premier lieu, il définit précisément les locaux. En procédant de manière nominative, il apporte un aide véritable à l'utilisateur. Le DTU n'a pas tranché dans certains cas et c'est aux DPM de l'indiquer (par exemple, une salle polyvalente relève soit de la classe B, soit de la classe C). Il précise quand il est nécessaire ou non de prendre en compte les risques de soulèvement et donne des précisions sur les exigences à avoir sur les plenums de grande hauteur. Par exemple, entre 2 et 4 m il est nécessaire de prévoir une ossature intermédiaire. Au-delà de 4 m, l'ouvrage est hors DTU.

Le texte précise également que si un plafond suspendu peut recevoir des accessoires (avec ou sans renfort), il ne peut en aucun cas, supporter des éléments d'équipement.

CTB : Que dit le DTU au regard des cloisons ?

J.-P. B : Le DTU exprime clairement le principe que le plafond suspendu n'est absolument pas apte à tenir en tête une cloison. Toutefois, il existe un cas particulier. Sur la base d'un dossier technique à constituer, la tenue latérale d'une cloison amovible et démontable peut être assurée par un plafond suspendu dès lors que la construction est réalisée hors zone sismique.

CTB : Le DTU a-t-il intégré l'utilisation des plafonds suspendus en zone sismique ?

J.-P. B : Pour la France métropolitaine et les DOM-TOM, les dispositions à mettre en œuvre y sont indiquées. C'est directif, mais très précis.

CTB : Le texte s'exprime également sur les fixations ?

J.-P. B : Les fixations au support doivent être de type multiple (c'est-à-dire trois par profilé) et pour un support béton il doit, en outre, être qualifié pour un béton fissuré.

En fait, l'exigence de base est directement dans la norme EN 13964 et elle n'en a que plus de poids : Les chevilles relevant de l'ETAG 001 partie 6 sont des chevilles multiples pour béton fissuré. Elles conviennent pour cet usage. Il n'existe pas, à ce jour, de chevilles laiton relevant de l'ETAG 001 partie 6.

CTB : Avez-vous un clin d'œil sur ce DTU ?

J.-P. B : Il est en effet assez cocasse d'y voir mentionné qu'un plafond suspendu peut intégrer un pare-vapeur en indiquant, dans la ligne suivante, que l'on ne peut pas garantir la continuité de la barrière de pare-vapeur. ce qui est plein de bon sens.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°291

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Un label Effinergie patrimoine pour 2019

Un label Effinergie patrimoine pour 2019

Difficile de proposer une rénovation énergétique des bâtiments du patrimoine sans braquer des architectes. Raison pour laquelle le collectif Effinergie, soucieux des enjeux de rénovation liés au[…]

Cinov : « Avec la loi ESSOC, les TPME de l’ingénierie indépendantes (re)deviennent les maîtres de l’œuvre ! »

Cinov : « Avec la loi ESSOC, les TPME de l’ingénierie indépendantes (re)deviennent les maîtres de l’œuvre ! »

Permis d'innover pour 8 lauréats

Permis d'innover pour 8 lauréats

Loi Essoc : vers "un choc sans précédent dans la simplification des normes de construction"

Loi Essoc : vers "un choc sans précédent dans la simplification des normes de construction"

Plus d'articles